Yoland Simon, ancien président de la Maison de la culture du Havre, écrivain, salue cet évènement : « C’est avec une immense joie que j’ai appris le Nobel d’Annie Ernaux. Depuis l’an 2000, où elle m’avait introduit auprès du Mercure de France pour la publication de mon livre Un Désordre ordinaire, j’ai entretenu avec elle une
Hommage au dramaturge Michel Vinaver
par Yoland Simon, écrivain, ancien président de la Maison de la culture du Havre. La parole vinavérienne nous parle de notre aujourd’hui. Plus actuelle que jamais, elle a caractérisé cette explosion des discours et cette dispersion de leur sens qui s’est invitée dans notre quotidienneté. Autour de nous, envahissantes et inquiétantes, prolifèrent les complexités administratives,
De Prague et de l’Ukraine, des hommes en noir et de la langue de ma mère.
Markowitcz pense...   Je suis né à Prague, vous savez. Mon père, journaliste communiste, à la fin des années 50, y était en poste, et c’est là que ma mère l’avait rejoint — venant d’URSS. Là, en 1959-1960, elle a appris le tchèque dans la joie, et le fait est que voir une jeune soviétique
Maroussia, œuvre ukrainienne de Marko Vovtchok réécrite en France
Qui en France se souvient de Marko Vovtchok ? En 1871, à Saint-Pétersbourg on peut lire Maroussia, une œuvre engagée condamnant l’occupation russe en Petite Russie (l’Ukraine). (…) L’auteure est Mariya mais son nom d’épouse, Markovitcha, deviendra Marko Vovtchok, lequel lui permet de diffuser ses œuvres dans ce contexte misogyne. La difficulté se double du

Recherche

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Ou renouvelez votre adhésion en ligne
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...