“Nous et les autres”, au Musée de l’homme

L’exposition “Nous et les autres, des préjugés au racisme” s’attaque au sujet complexe des discriminations à l’aide d’un dispositif interactif et immersif.

« Catégoriser est un processus universel de notre fonctionnement cognitif, explique une voix off. Mais les catégories utilisées ne sont pas naturelles. Chaque société construit les siennes les accompagnent souvent de jugements de valeur et de hiérarchisation. » http://www.telerama.fr/sortir/au-musee-de-l-homme-dans-la-peau-d-une-personne-discriminee,156419.php

Au Musée de l’homme, pour la commissaire de l’exposition “Nous et les autres”, le racisme n’est pas une fatalité. Évelyne Heyer explique qu’elle ne croit pas que “loin soit naturellement raciste, on le voit bien quand on regarde l’histoire des sociétés humaines, il y a énormément de moments où on n’a pas de données sur un racisme qui aurait été prégnant“. En 2016, plus d’un millier d’actes racistes ont été recensés en France. (Francinfo)

Baptisé « Nous et les autres » et sous-titré« Des préjugés au ­racisme », l’événement prend à bras-le-corps un phénomène on ne peut plus contemporain : celui de la formation de ce mécanisme qui conduit à haïr et exclure un être humain supposé biologiquement différent.(…)
« Depuis vingt ans, la psychologie sociale, la génétique, les sciences sociales, l’histoire ont beaucoup investi les questions ­relatives à l’altérité et au racisme, souligne Evelyne Heyer, professeure d’anthropologie génétique au Muséum national d’histoire ­naturelle et cocommissaire de l’exposition. Nous avons voulu les faire connaître et en présenter une synthèse originale. »(…)

On découvre ainsi la construction juridique de la catégorie « noire » aux Antilles, absente du Code noir de 1685, mais activée en 1733 pour exclure les Noirs libres de l’accès à la terre.
Colonisation française, ségrégation aux Etats-Unis, obsession de la pureté raciale dans l’Allemagne nazie ou encore délire nationaliste au Rwanda : si les organisateurs ont choisi de proposer quatre gros plans assez classiques, ils offrent des échappées vers des situations moins ­connues – les Pygmées en Afrique ou les Aïno au Japon. « Le racisme n’est pas l’apanage des Blancs envers les Noirs. Noirs envers Noirs, Blancs envers Blancs, l’Histoire est riche. »
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/sciences/article/2017/04/03/comprendre-la-fabrique-du-racisme_5105255_1650684.html#R1P8Z8mRvfdxK7VQ.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
  Smart factory, la fabrique d’œuvres d’art, au Tetris Il resta silencieux pendant un long moment Il se tut pendant un moment Il était
            Il est des fictions qui rassemblent toutes les générations, et cela sur plusieurs années. Le Prisonnier, série télévisée de
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...