“La Leçon”, d’Eugène Ionesco

Par la Compagnie des Perspectives – Théâtre du Vieux balancier, Avignon 2014

La Leçon est peut-être l’œuvre la plus caractéristique de ce théâtre de l’absurde qui fleurit dans les années cinquante avec Adamov, Beckett, Pinget et, bien sûr, Ionesco.

Ici, en effet, c’est tout le savoir humain, comme les maîtres les plus éminents sont chargés de nous le transmettre, qui perd toute signification.  Les chiffres, eux-mêmes, qui paraissent d’une si implacable logique, ne savent plus à quel signe se vouer, entre l’addition et la soustraction, le plus et le moins. Et rien ne semble pénétrer la cervelle obtuse d’un élève impitoyablement sommé de répondre par un professeur aux méthodes également impitoyables.

Quant au langage, malgré de savantes considérations linguistiques et philologiques du professeur en question, il demeure une énigme absolue, « un aboli bibelot d’inanité sonore », pour paraphraser Mallarmé. On retrouve là une des obsessions d’Ionesco, telle qu’elle s’exprime, ou plutôt ne parvient pas à s’exprimer : « celle de l’étrangeté des vocables que nous utilisons et que l’on découvre, notamment, lors de l’étude d’une langue étrangère. Et justement Ionesco, ce Roumain, écrit dans une langue apprise, la nôtre.

Mais on retrouve encore dans La Leçon une autre thématique récurrente dans l’œuvre de l’auteur :  la critique du totalitarisme, de cette « volonté de possession » dont parle Bruno Dairou, le metteur en scène de la pièce.  Celle-ci s’exaspère dans un couple dominant/dominé, avatar de la relation maître/esclave, reprise dans la relation entre le maître et l’élève. Et Ionesco, comme Bruno Dairou, n’ignorent rien de cette fonction agonistique du théâtre ou les conflits sont portés à leur plus haute intensité. Le spectacle met ainsi en œuvre une inexorable confrontation entre le Maître, incarné par Arthur Schmidt-Guezennec, avec une violence soutenue et qui monte dans un insoutenable crescendo et l’élève, Antoine Robinet, parangon de soumission qui joue, dans un registre pathétiquement pitoyable, le souffre-douleur de ce pédagogue tortionnaire.

Une tension qui serait vite insoutenable si Ionesco n’avait pas épicé les cours de langues appliquées de cet étrange enseignant d’exemples plutôt cocasses : « Les roses de ma grand-mère sont aussi jaunes que mon grand-père qui est asiatique. » Et il n’est pas en reste dans les sciences exactes où il invente le plaisant pléonasme de « ressemblances identiques ». Cependant, il arrive un moment où les mots sont aussi les choses qu’ils désignent, où le couteau n’est plus seulement un terme aux sonorités arbitraires mais l’instrument redoutable d’un dénouement, absurde évidemment, tragique, seulement si l’on a oublié, comme nous y invite l’auteur, de prendre les choses graves à la légère.

Et c’est bien ainsi que Bruno Dairou (alias Philippe Seger) a choisi de monter la pièce. Avec une alternance parfaitement maîtrisée entre les moments les plus dramatiques et ceux où les propos oiseux, les incohérences verbales nous font pénétrer dans un univers insensé, au sens premier du terme, et dans une absolue déréliction du langage qui entraîne les personnages dans une folle dérive.

Yoland SIMON Radio Albatros

       

A propos de l'auteur

Association MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,
Thelma recherche Louise désespérément…au Bastringue.
Le choix du titre fait référence à deux  film,  Thelma et Louise de  Ridley Scott (1991)et Recherche Suzanne désespérément de Suzanne Seidelman (1985). Les deux
Dom Juan au 21ème siècle
DOM JUAN, Myriam Muller / Théâtre de Caen, janvier 2017 Myriam Muller, metteure en scène luxembourgeoise, n’a pas froid aux yeux : elle prend le chef d’œuvre

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...