Le journal Le Monde et le théâtre

Des adhérents recommandent Le Monde du 6 juillet : spectacles, combat des intermittents, analyse de Thomas Ostermeier…

De quoi « nourrir » un spectateur !

Dans l’édition de ce dimanche, différents articles sur le théâtre sont à noter, en particulier:
– l’entretien avec Thomas Ostermeier… {Pour lui, la notion vague de « bobos » caractérise plutôt des spectateurs bourgeois des centres-villes (frappés, NDLR) d’une certaine paresse…}
– l’article co-écrit par JF Sivadier
– l’article de Fabienne Darge consacré à Lucrèce Borgia. Pour information, David Bobée est le directeur du CDN de Haute-Normandie, nouvellement créé (regroupement du théâtre des Deux-Rives, de la Foudre de Petit-Quevilly et du théâtre de Mont Saint-Aignan).
Après Grignan, ce spectacle (le meilleur des 4 Lucrèce?) devrait se donner à la Foudre du 9 au 17 décembre (on peut trouver sur internet: Béatrice Dalle joue Lucrèce Borgia / Relikto).

Roger et Chantal Gresser: « Victor Hugo écrit Lucrèce Borgia, en 1833, après le cuisant échec du Roi s’amuse. Il avait besoin d’un succès, il l’eut : la pièce fut un triomphe – qui ne se dément pas, presque deux siècles plus tard, au vu de l’accueil enthousiaste que reçoivent ces spectacles récents, notamment les versions de Denis Podalydès et de David Bobée, actuellement visibles à la Comédie-Française et au château de Grignan (Drôme).

Hugo, qui fut en France un des premiers grands admirateurs et commentateurs de Shakespeare, disait d’ailleurs des Borgia qu’ils étaient « les Atrides du Moyen Age ». Mais il a su surtout donner à cette histoire une forme populaire, plus accessible et familière, pour le public de son temps que la tragédie grecque.

C’est sans doute ce qui explique la fortune actuelle de la pièce, dans un théâtre français qui cherche désespérément, depuis quelques années, la pierre philosophale d’un « théâtre populaire », dont la définition et les contours semblent s’être perdus avec le naufrage général du grand modèle français de l’après-guerre.

Nietzsche disait que, « ce qui frappe chez Victor Hugo, c’est l’absence de pensée. Ce n’est pas un penseur, c’est un être de la nature : il a la sève des arbres dans les veines ». C’est un théâtre d’émotions premières, simples et immédiatement recevables, pour peu qu’il soit joué en connaissance de cause, avec de l’allant et du coeur. Et dans ces cas-là, il séduit, dans un paysage théâtral qui s’est peu à peu scindé radicalement entre des formes cérébrales et élitistes, et un théâtre de boulevard, lui, souvent décérébré.

THÉÂTRE POPULAIRE AU SENS NOBLE

Ce n’est pas un hasard si le grand redécouvreur d’Hugo, en France, a été Jean Vilar, l’inventeur du Théâtre national populaire, et si la grande mise en scène de Lucrèce Borgia, dans la période contemporaine, a été signée par Antoine Vitez, son successeur à la tête du TNP. David Bobée ne dit pas autre chose, quand il explique avoir choisi la pièce parce qu’elle relève d’« un théâtre populaire au sens le plus noble du terme, apte à toucher le public dans sa diversité »….Fabienne Darge (aperçu)

       

A propos de l'auteur

Association MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Portrait fragmenté
George Sand, Aurore Dupin, fragments d’intimité Isabelle Krauss est George Sand. On connait la romancière auteure de plus de soixante-dix romans, cinquante volumes d’oeuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques. Aurore Dupin est devenue George Sand. A une époque où les femmes étaient sous la tutelle d’un
L’Histoire en chansons
Chat noir Ces comédiens, chanteurs, danseurs sont alertes, vifs, souvent drôles. Ils ont étudié précisément les documents, et composent une reconstitution historique. Ils nous invitent à pousser la porte d’un cabaret mythique Le Chat noir ouvert par Rodolphe Salis entre 1882 et 1897. Le créateur applique une nouvelle formule avec poètes, musiciens, chansonniers, peintres. Fantaisie,
Dieu est un chômeur de plus
Le CV de Dieu Le choix des comédiens est capital. C’est une lapalissade, mais si Dieu n’était pas interprété par JF. Balmer, la pièce de Jean-Louis Fournier n’aurait pas la même saveur.  On l’a vu au cinéma, à la télévision, au théâtre. Il a joué Louis XVI, Richard Wagner, Henry IV, Racine, Malesherbes, Georges Pompidou…C’est
Le comédien est un boxeur
L’effort d’être spectateur Pendant un long moment Pierre Notte a des gants de boxe : une sorte de Prométéo à la Rodrigo Garcia, mis en scène par François Berreur,  vu au Volcan, au Havre, il y a plusieurs années. Prométéo, le Titan qui a donné l’art aux hommes  : « Comme le boxeur, qui se relève
L’homme qui a des amis n’est pas un raté
La vie est belle On pourrait s’étonner qu’une compagnie adapte au théâtre le film La vie est belle de Franck Capra, avec James Stewart, d’après The greatest Gift, une nouvelle de Philip Van Doren Stern. Ce film d’après-guerre, 1946, est devenu un classique projeté à Noël, adoré par les américains et par les cinéphiles. La
Une rencontre
Une chambre en attendant Son fils est parti « faire le djihad ». Il a 20 ans. Depuis, son père dit qu’il est parti en voyage. Dans une chambre d’hôtel à la frontière turco-syrienne, il attend, son fils l’a appelé pour rentrer. Il est venu et il tourne en rond.               

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...