Femmes : sexisme, racisme vs science et histoire #1

L’historienne Claudine Cohen tente de dépasser les clichés sur le « sexe faible » dans la préhistoire.
L’image de la femme dans la préhistoire oscille entre des clichés, façonnés bien plus par les préjugés de l’époque que par la recherche scientifique.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/sciences/article/2016/11/21/cherchez-la-femme-prehistorique_5035326_1650684.html#QCBIoXtsShWlZHTI.99

Depuis une trentaine d’années des études d’ethnologie et de préhistoire ont réévalué les rapports homme-femme dans les société préhistorique.
Si la femme, de par son rôle dans la reproduction (grossesse puis allaitement), était plus “statique” cela ne l’empêchait pas de participer activement aux activités du groupe.

En quelques années on a reconnu aux femmes un vrai rôle économique et social dans la société préhistorique.
– Au Paléolithique le plus ancien, les activités féminines étaient sans doute liées au charognage, au dépeçage, à la transformation et au transport des animaux morts.
Ces activités ne requièrent pas une force physique particulière et la femme a parfaitement pu y participer.
– Au Paléolithique supérieur, les femmes ont un rôle actif de cueillette, de collecte et sont donc pourvoyeuses de nouriture. Par ailleurs, la chasse masculine étant rarement fructueuse, ce “complément alimentaire” féminin devait souvent être la seule source de nourriture pour le clan.
On retrouve ce partage des tâches dans certaines sociétés actuelles de Bushmen en Afrique du sud. Pour Claudine Cohen : “…à l’homme chasseur s’ajoute donc la femme collectrice…”

On pense également que la gent féminine, moins mobile que les mâles chasseurs, pouvait se consacrer à des ouvrages manuels tels que la fabrication d’outils, d’armes ou le tissage (en fibres végétales). On a retrouvé plusieurs statuettes anthropomorphes représentant des “vêtements” ou des parures…
On peut effectivement se poser la question sur cet a priori… Les femmes ont parfaitement pu être à l’origine des fresques rupestres ou de l’art mobilier.
 
 
       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Cette association absorbera les deux structures régionales du livre normandes, l’ARL et le CRL, et constituera la nouvelle agence normande du livre.  Normandie Livre & Lecture est la nouvelle agence de coopération des métiers du livre en Normandie, à compter du 1er janvier 2018. L’association Normandie Livre & Lecture a pour objectif de promouvoir le
Viva Culture ! sur Ouest Track Radio.  La Rubrique des spectateurs, une année de radio à podcaster…
2017 14 mai 2017, Dick Anegarn au Tetris, un concert qui twiste ! 28 mai, Olivier Saladin et l’art populaire, 6ème Grande Conversation MCH. 11 juin, Sonia Anton raconte Le Havre, Le Galet et la crevette. 25 juin, la fête de la musique et les festivals d’été. 9 juillet, Lire à la plage à Yport avec
LES ENTRETIENS DE VIVACULTURE sur OUEST TRACK. COM : écoutez les en podcast !
11 MARS l’artiste plasticienne Claire Lise Chobelet 25 MARS  Hélène Emery, Théâtre du Passage à Fécamp 8 AVRIL l’artiste Hélène Delprat au Musée des Beaux Arts de Caen 22 AVRIL la médiation entre artistes et publics Martine Sabatier du Transfo 6 MAI Samir de la bouquinerie, café littéraire Les Yeux d’Elsa 20 MAI le peintre
Retour à Reims
Retour à Reims.   Didier Eribon a écrit « Retour à Reims » en 2009. C’est à la fois un récit très personnel et une analyse politique et sociologique.  Il raconte dans ce livre son retour dans sa ville natale après des années de rupture et d’exil, retour qu’il n’a pu envisager qu’après la mort de son
Corto Maltese – 50e anniversaire – 10mn chronique- sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH. 
Nous célébrons en ce moment, le 50eme anniversaire de Corto Maltese, le héros de la bande dessinée de Hugo Pratt. C’est à Lyon que l’on pourra voir l’exposition Hugo Pratt, lignes d’horizon, jusqu’au 24 mars 2019, au Musée des Confluences. Une très belle scénographie nous emmène à travers le monde, là où Hugo Pratt a emmagasiné
Commémorer la traite, l’esclavage et leurs abolitions
Le 10 mai est la “journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition” depuis 2006. La France est le premier État et demeure le seul qui, à ce jour, ait déclaré la traite négrière et l’esclavage “crime contre l’humanité“. Elle est également le seul État à avoir décrété une journée

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...