Femmes : sexisme, racisme vs science et histoire #1

L’historienne Claudine Cohen tente de dépasser les clichés sur le « sexe faible » dans la préhistoire.
L’image de la femme dans la préhistoire oscille entre des clichés, façonnés bien plus par les préjugés de l’époque que par la recherche scientifique.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/sciences/article/2016/11/21/cherchez-la-femme-prehistorique_5035326_1650684.html#QCBIoXtsShWlZHTI.99

Depuis une trentaine d’années des études d’ethnologie et de préhistoire ont réévalué les rapports homme-femme dans les société préhistorique.
Si la femme, de par son rôle dans la reproduction (grossesse puis allaitement), était plus “statique” cela ne l’empêchait pas de participer activement aux activités du groupe.

En quelques années on a reconnu aux femmes un vrai rôle économique et social dans la société préhistorique.
– Au Paléolithique le plus ancien, les activités féminines étaient sans doute liées au charognage, au dépeçage, à la transformation et au transport des animaux morts.
Ces activités ne requièrent pas une force physique particulière et la femme a parfaitement pu y participer.
– Au Paléolithique supérieur, les femmes ont un rôle actif de cueillette, de collecte et sont donc pourvoyeuses de nouriture. Par ailleurs, la chasse masculine étant rarement fructueuse, ce “complément alimentaire” féminin devait souvent être la seule source de nourriture pour le clan.
On retrouve ce partage des tâches dans certaines sociétés actuelles de Bushmen en Afrique du sud. Pour Claudine Cohen : “…à l’homme chasseur s’ajoute donc la femme collectrice…”

On pense également que la gent féminine, moins mobile que les mâles chasseurs, pouvait se consacrer à des ouvrages manuels tels que la fabrication d’outils, d’armes ou le tissage (en fibres végétales). On a retrouvé plusieurs statuettes anthropomorphes représentant des “vêtements” ou des parures…
On peut effectivement se poser la question sur cet a priori… Les femmes ont parfaitement pu être à l’origine des fresques rupestres ou de l’art mobilier.
 
 
       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Si quelqu’un vous dit avoir vu un lapin rose de 61 mètres, allongé sur les hauteurs des Alpes, en Italie, croyez-le. Ou alors allez vérifier,
  Smart factory, la fabrique d’œuvres d’art, au Tetris Il resta silencieux pendant un long moment Il se tut pendant un moment Il était
            Il est des fictions qui rassemblent toutes les générations, et cela sur plusieurs années. Le Prisonnier, série télévisée de
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...