Steve Paxton, Lucinda Childs et de Trisha Brown sont à Paris !

du 3 octobre 2015 au 13 novembre 2015

A l’aube de ses quatre-vingts ans, Trisha Brown a annoncé tirer sa révérence. Elle est une figure à ce point fondatrice, à ce point en questionnement, à ce point indissociable du paysage chorégraphique… qu’il est toujours difficile d’imaginer la laisser s’éloigner. Alors que les interrogations sur le devenir de son œuvre sont toujours vives, on ne manquera pas de profiter ici et maintenant des multiples occasions qui nous sont offertes pour voir, revoir ou même découvrir la richesse de son travail. Au Centre National de la Danse, une Roof Piece inédite sur les toits de Pantin nous replongera dans l’atmosphère des années 70, accompagnée d’une petite sélection de ses Early Works. A Chaillot, sa compagnie présentera une magnifique collection de quatre pièces couvrant presque quarante ans de création. Matière à apprécier la complexité d’une écriture, pourtant immédiatement accessible dans la justesse d’une présence, dans l’approche mathématique d’un espace ou d’un temps, ou dans le lien ténu avec la musique.

Quand l’actualité croise l’histoire

Cet automne exceptionnel, qui rassemble dans le même temps à Paris Trisha Brown, Steve Paxton et Lucinda Childs, nous raconte aussi un pan d’une histoire profondément pionnière et prolifique. Tous étaient rassemblés, dans les années 60, au sein de la « Judson Church » (Le Judson Dance Theater), lieu de recherche et d’expérimentation qui a permis à la danse de franchir un cap et d’ouvrir des territoires totalement inexplorés. Au Théâtre de la Ville, c’est une pièce incontournable de Lucinda Childs qui est reprise : Available Light joue du minimalisme tout en flirtant avec la composition symphonique de John Adams et une scénographie déployant un double espace dans un effet saisissant. Quant à Steve Paxton, sa rareté sur nos scènes le rend précieux : c’est en solo qu’il se présente au Théâtre des Abbesses, pour une re-discussion autour de son œuvre Bound, avec le danseur Jurik Konjar.

Nathalie Yokel

http://www.journal-laterrasse.fr/trois-americains-a-paris/

Centre national de la danse
1 Rue Victor Hugo, 93500 Pantin, France

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
  Smart factory, la fabrique d’œuvres d’art, au Tetris Il resta silencieux pendant un long moment Il se tut pendant un moment Il était
            Il est des fictions qui rassemblent toutes les générations, et cela sur plusieurs années. Le Prisonnier, série télévisée de
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...