Exposition « Lumière ! Le cinéma inventé »

Louis Lumière employait un langage direct à l’égard de ses nouvelles recrues. Au début de l’année 1896, un an après l’accueil enthousiaste du premier film de l’histoire (La Sortie de l’usine Lumière à Lyon), l’inventeur du cinéma cherche des opérateurs capables de sillonner la planète : il veut qu’ils constituent un catalogue d’images en mouvement afin de diffuser le cinématographe dans le monde entier. « Ce n’est pas un métier que nous vous offrons mais plutôt un travail de forain, de batteur d’estrades, lance alors Louis Lumière. Cela peut durer six mois, plus peut-être ! »
On dit souvent que Louis Lumière considérait son invention avec un certain scepticisme. En fait, il lui envisageait déjà un débouché : partir à la découverte du monde pour le filmer – « apporter le monde au monde », résume le cinéaste Bertrand Tavernier. L’exposition « Lumière ! Le cinéma inventé », qui débute le 27 mars au Grand Palais, à Paris, restitue parfaitement les deux moments du cinémato­graphe Lumière : son invention, mais aussi le fait que cette technologie a, d’emblée, été à l’affût du monde. Comme si les frères Lumière, Auguste et Louis, et leurs opérateurs avaient voulu léguer leur époque à la postérité.

L’exposition célèbre les 120 ans du premier tournage des frères Lumière, le 19 mars 1895, à Lyon, et de la première présentation de l’invention, trois jours plus tard, à Paris. Le 28 décembre de la même année, une première séance publique payante a lieu au Salon indien du Grand Café, boulevard des Capucines, à Paris. Symboliquement, l’exposition « Lumière ! » reprendra en 2016  : cent vingt ans après, elle partira sur les traces des opérateurs que Louis Lumière a envoyés faire le tour de la planète à partir de 1896.

Grâce au travail de ces opérateurs, Louis Lumière constitue un immense catalogue – 1 000 titres dès 1898, 1 500 au total, qui seront pour la première fois montrés en intégralité au Grand Palais. (…)

Les plus doués se révéleront d’authentiques cinéastes, élaborant, de manière empirique, les premières figures de la grammaire cinématographique (…)

Grâce au génie de Louis et Auguste Lumière, les appareils qu’emportent ces opérateurs sont solides et maniables  : ils tiennent dans une caissette grande comme une valise et ils pèsent 5 kilos, alors que leur homologue américain, le kinétoscope d’Edison, est dix fois plus lourd. Au bout de cette odyssée émerge un phénomène inconnu à la fin du XIXsiècle : la mondialisation des images et, avec elle, l’idée que l’humanité vit sur une planète dont les moindres recoins deviennent accessibles.(…)

Lorsqu’il évoque le cinéma, Jacques ­Rittaud-Hutinet, historien du cinéma et auteur du Cinéma des origines.Les frères Lumière et leurs opérateurs (Champ Vallon 1985), parle d’un «  voyage immobile » : le spectateur est invité à visiter le monde. (…) « La mondialisation des images, c’est la création d’une nouvelle mémoire et d’une captation du temps, estime Jacques Rittaud-Hutinet. Ce sont des films d’une minute, et on a le sentiment que la mort est vaincue par la science. Nous allons nous voir revivre éternellement. »

« Pourquoi ce grand bourgeois qu’est Louis Lumière a-t-il l’idée saugrenue d’envoyer des opérateurs à travers le monde ?, se demande Thierry Frémaux, le commissaire, avec Jacques Gerber, de l’exposition « Lumière ! ». Il y a d’abord une idée industrielle : Lumière a des comptoirs à l’étranger pour diffuser les produits photographiques des usines Lumière. Il a en outre les moyens financiers de le faire : Lumière est devenu riche grâce à ses inventions. Mais il y a surtout ce geste poétique et philosophique qui consiste à dire que le cinématographe servira à ce que les hommes se racontent ­entre eux. »(…)

En apportant le monde au monde, le cinématographe Lumière fait naître une nouvelle figure, celle du spectateur.  Le public est dans un premier temps subjugué par le cinématographe, raconte Jacques Rittaud-Hutinet. Puis, avec le temps, il entre dans un rapport original avec cette invention : ce qu’il voit lui appartient. Il veut voir dans sa ville son propre train, puis il veut voir sa propre image, il veut entrer dans un rapport de possession avec celle-ci. »

Peu à peu, le public manifeste en effet le désir de se voir à l’écran. Un souhait qui correspond à celui des souverains et monarques, qui saisissent d’emblée l’importance du fait d’être filmés.(…)

Le « moment Lumière », cette période où les opérateurs sillonnent le monde à la recherche d’images, dure très peu de temps : elle commence en 1896 et se termine au tout début des années 1900. Dans ce bref intervalle, les opérateurs ont saisi la futilité d’une époque : de nombreux films montrent des passants qui traversent une rue, des défilés militaires ou le sacre d’un prince. Ils ont aussi saisi un moment de l’histoire où, selon Thierry Frémaux, « on a l’impression que le monde est à chacun, qu’il est désormais accessible, et qu’il va vers le meilleur ». Il faudra attendre la première guerre mondiale pour comprendre que ce n’est pas le cas.

Tourné en 1900, l’un des plus grands films Lumière, Le Village de Namo, de ­Gabriel Veyre, montre la rue d’un village du Vietnam. Les images sont filmées d’une chaise à porteur et l’on aperçoit le sourire d’un enfant courant après la caméra. Au-delà de la maîtrise impressionnante de l’outil cinématographique par Gabriel Veyre, cette scène procure un bonheur perpétuel. Elle restitue l’innocence des pionniers de la caméra, mais aussi l’idée que le cinéma a été conçu pour prendre acte d’un certain appétit de vivre.
Samuel Blumenfeld
Journaliste au Monde

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/cinema/article/2015/03/26/et-lumiere-fut_4602189_3476.html#DWgFfCDJvKKYRoz3.99

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
  Smart factory, la fabrique d’œuvres d’art, au Tétris Il resta silencieux pendant un long moment Il se tut pendant un moment Il était
            Il est des fictions qui rassemblent toutes les générations, et cela sur plusieurs années. Le Prisonnier, série télévisée de
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...