“Comprendre la progression de l’art chorégraphique”

(…) Les chorégraphes contemporains regardent dans le rétro et ressuscitent des spectacles de leurs débuts…. ces flash-back tracent les origines des artistes en réactivant des œuvres matrices de leur parcours.

A l’affiche du Centre national de la danse, à Pantin, Early Works décline des spectacles emblématiques de Lucinda Childs, Claudia Triozzi, Vera Mantero, Maria Ribot, Maguy Marin et Mathilde Monnier. Au Théâtre national de Chaillot, à Paris, Michèle Noiret présente Palimpseste Duo, relecture de sa pièce fondatrice Solo Stockhausen (1997). Au Cirque Royal, à Bruxelles, Anne Teresa De Keersmaeker remet en piste Rain (2001). Depuis 2013, Jean-Claude Gallotta s’attache tous les deux ans à sortir un spectacle tombé dans les oubliettes.

(….). Nombreux sont les chorégraphes apparus dans les années 1980 qui laissaient le dossier patrimoine à la danse classique.

Pourtant, depuis une dizaine d’années, le retour de manivelle est flagrant. En 2011, les directeurs de théâtre remplissaient les salles avec des reprises des joyeuses eighties devenues des « produits d’appel » selon la formule de Jean Ripahette, de la compagnie Gallotta. Le temps qui file, la mort de figures phares comme Pina Bausch, partie sans laisser aucun testament, et Merce Cunningham, ont aiguisé le débat sur la conservation de la danse, résume Jean-Claude Gallotta, 66 ans.

A la tête du Centre national de la danse depuis 2014, Mathilde Monnier a mis en place un axe « patrimoine et archivage ». « Il me semble important aujourd’hui de faire vivre l’histoire de la danse de façon très tangible en remontant et présentant des pièces majeures de son évolution, explique-t-elle. Celles qui ont été des succès pour la plupart mais surtout des déclics esthétiques.Elles permettent de faire comprendre la progression de l’art chorégraphique. Les artistes vieillissent, certains de leurs spectacles, non. »

Lire aussi :   Jean-Claude Gallotta cherche l’étrange dans l’intime

Parmi les maillons forts de Early Works, les performances des années 1960 de l’Américaine Lucinda Childs, Duo d’Eden (1986) de Maguy Marin, Olympia (1993) de Vera Mantero, ou Park (1998), installation mémorable de Claudia Triozzi dans laquelle elle apparaissait sous un casque de saucisses.(…)

Ce pas de côté inventif accélère le pouls de Palimpseste Duo de Michèle Noiret. A partir de Solo Stockhausen, noyau dur de sa gestuelle et de son parcours, la chorégraphe belge a recréé une séquence en solitaire qu’elle a ensuite élargie à un pas de deux avec David Drouard. Une extension qui fait palpiter les couches du temps. Elle transmettra aussi un extrait à une jeune interprète du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. Patrimoine, héritage et transmission, la danse contemporaine se retourne sur elle-même pour penser à son avenir.

Early Works, CND, Pantin. Jusqu’au 14 octobre. Tél. : 01-41-83-98-98.

Palimpseste Duo Théâtre de Chaillot, Paris. Jusqu’au 8 octobre. Tél. : 01-53-65-30-00.

Rain, Cirque Royal, Bruxelles, jusqu’au 7 octobre.

  • Rosita Boisseau
    Journaliste au Monde

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/scenes/article/2016/10/07/les-choregraphes-contemporains-cedent-au-retro_5009724_1654999.html#bXgGV5IcbcWa33Yz.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
  Smart factory, la fabrique d’œuvres d’art, au Tetris Il resta silencieux pendant un long moment Il se tut pendant un moment Il était
            Il est des fictions qui rassemblent toutes les générations, et cela sur plusieurs années. Le Prisonnier, série télévisée de
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...