robert-lepage-887

887 Robert Lepage au Festival d’Automne

Nom de code : 887 (prononcer 8-8-7) pour un souvenir d’enfance, celui de l’auteur-acteur-metteur en scène québécois Robert Lepage, qui revient à Paris, où il fait l’ouverture du Festival d’automne, avec un de ces solos où il excelle. Toujours aussi virtuose, aussi magicien, Lepage s’interroge sur la mémoire et l’identité en plongeant dans son enfance, où explosent les bombes du FLQ (Front de libération du Québec) et où la Belle Province s’émancipe sur le plan culturel.(..)
Je n’ai pas l’ambition de faire des spectacles à grand déploiement : mon travail a toujours été beaucoup plus intimiste. Quand on m’a proposé de faire le Ring, de Wagner, ou de travailler à Las Vegas, j’ai été étonné, mais j’ai essayé de prendre cela comme un deuxième ou un troisième conservatoire.

Que vous ont apporté ces expériences ?

Elles m’ont fait réfléchir sur le contact avec le public. On ne pense pas apprendre grand-chose, quand on va à Las Vegas, et pourtant, j’y ai beaucoup appris quand j’ai mis en scène KA pour le Cirque du Soleil. Là-bas, vous jouez devant un public qui n’a rien à voir avec le public habituel du théâtre. Là, vous comprenez un peu mieux ce qui dépasse les frontières, les cultures, la langue, la convention. Le travail à l’opéra, c’est la même chose dans un autre milieu : vous travaillez avec des gens qui ont des talents suprahumains – des chanteurs qui ont des voix plus grandes que nature, comme les acrobates vont au-delà des capacités du corps humain –, donc on a la même idée du dépassement, de personnes qui sont presque des demi-dieux. Les chanteurs ne peuvent pas chanter des banalités, ils ne peuvent se faire les interprètes que de choses viscérales… Cela me réconcilie avec le théâtre, qui a tendance à se cinématographier de plus en plus, tandis que le cirque et l’opéra nous ramènent à la théâtralité, à la dimension démesurée de la vie.(…)

our Le Rossignol, par exemple, je m’intéressais à la culture vietnamienne depuis longtemps, mais ce spectacle était une excellente occasion d’explorer le lien entre la marionnette et la présence du chanteur. A l’opéra, le chanteur est toujours complexé physiquement ou malhabile, ou alors le metteur en scène essaie de le faire bouger comme un acteur, ce qui est une erreur. Le physique d’un chanteur d’opéra est là pour supporter la voix. Travailler avec une marionnette permet de décomplexer les chanteurs, d’envoyer le physique dans la figurine. Après, quand vous revenez au théâtre, vous comprenez bien des choses. Ce que le corps raconte, ce que le texte veut dire, ce qui est redondant… Finalement, toutes ces explorations, c’est toujours pour chercher comment mieux raconter une histoire. Car le théâtre reste mon territoire : c’est là que j’écris, que je m’exprime. En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/scenes/article/2015/09/09/robert-lepage-un-acteur-c-est-un-sportif-de-la-memoire_4749758_1654999.html#RrZpRDDrJOXHt45w.99
       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
7eme grande conversation – Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues, la ville transformée Le vendredi 13 avril prochain, l’association MCH recevra François Delaroziere, directeur artistique de la Cie la Machine. Il aura carte blanche, à la bibliothèque Oscar Niemeyer, à 18h 30. L’entrée sera libre. Il parlera de sa démarche, de sa collaboration avec les artistes, les techniciens et les décorateurs qui
10 MN CHRONIQUE – VIVACULTURE – sur Ouest Track.com, le dimanche à 11h
A retrouver sur notre site www.asso-maisondelaculture.fr dans Actualités / Rubrique des spectateurs 2017 14 mai : Une ville qui fait rêver le monde, exposition Los Angeles, à Lyon 28 mai : histoires de musées 11 juin : faire la fête, les 500 ans du Havre 25 juin : Une série culte : Le prisonnier. 09
Razzia, un film de Nabil Ayouch  Ou l’art de se tromper de colère.  1982. Un instituteur renonce à ce qui fait sa joie : enseigner aux enfants la beauté du monde. L’arabisation forcée exerce sa violence religieuse jusque dans ces superbes montagnes reculées de l’Atlas marocain, et les écoliers kabyles, magnifiquement filmés, n’y comprennent plus rien.
Apéro des spectateurs du 20 mars 2018 au Monte-Cristo
C’était un petit apéro de printemps mardi, agréable et sympathique. Comme on n’était que 4 (Isabelle, Liliane, Sylvette et moi) on a pris le temps de bavarder. Sylvette était curieuse de savoir ce qu’on avait pensé de sa soirée aux Yeux d’Elsa consacrée au Printemps des poètes. Liliane qui aime beaucoup cet endroit pour l’ambiance
7eme Grande conversation  -Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues – La ville transformée Carte blanche à François Delaroziere L’association MCH – Maison de la Culture du Havre, invite François Delaroziere, le vendredi 13 avril 2018, à 18h30, à la Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre, pour la 7e édition de la Grande Conversation. François Delaroziere, pendant son compagnonnage avec le Royal
PETIT RESUME DE L’ APERO DES SPECTATEURS DU 20/2/2018
Une pièce de théâtre : « Love and money » (THV : théâtre de l’Impossible)  Bien jouée ; pièce intéressante et mise en scène plaisante. Mais certaines personnes ont trouvé que les différentes phases de la pièce donnaient un aspect décousu et longuet, parfois. En fait, la pièce était conçue comme une  série de sketchs sur un même thème. Personnellement,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...