cycle de dix films d’Akira KUROSAWA au Studio

Mercredi 21 septembre commence, avec Je ne regrette rien de ma jeunesse (1946), le cycle de dix films d’Akira KUROSAWA.

Akira Kurosawa est l’un des quatre grands cinéastes classiques du Japon, avec Mizoguchi, Ozu et Naruse, auxquels ont succédé des Imamura, des Oshima, des Kiyoshi Kurosawa, des Kore-eda qui témoignent tout autant de la grande richesse de cette cinématographie – tous cinéastes dont Le Studio, au fil des années, a fait amplement découvrir l’oeuvre.

Nous avons appris avec plaisir que l’Ambassade du Japon accorde bien volontiers son parrainage pour l’ensemble de ce cycle.

Elle sera représentée dès l’ouverture du cycle, le mardi 27 septembre à 20h30, par le Consul honoraire du Japon, M. Christian Leroux, qui fera une courte intervention, avant que Youri Deschamps ne présente Kurosawa et ce premier film. Une juste reconnaissance du travail méthodique que poursuit Le Studio.

Si vous n’avez pas encore le « dépliant Kurosawa » préparé par Le Studio, le lien ci-dessous vous permet de le consulter :

http://www.cinema-le-studio.fr/uploads/ImageSite/studio.pdf

A bientôt au Studio !

       

A propos de l'auteur

vice-président et trésorier de la Maison de la Culture du Havre délégué au Havre d'Actions pour promouvoir le français des affaires

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Jean Defrêne, adhérent de notre association, homme politique et militant associatif, est mort
Jean Defrêne,  maire honoraire de Rouelles, membre du Parti Socialiste puis du Parti radical de gauche au Havre, ancien maire de Rouelles et adjoint au
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,
Thelma recherche Louise désespérément…au Bastringue.
Le choix du titre fait référence à deux  film,  Thelma et Louise de  Ridley Scott (1991)et Recherche Suzanne désespérément de Suzanne Seidelman (1985). Les deux

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...