AFFAIRES IMAGINAIRES

Promenade avec Kafka
La première de ce spectacle est au Bastringue !!!!
c’est Vendredi 09, samedi 10 et dimanche 11 octobre
allez sur le site www.lebastringue.fr

La compagnie Les Nuits Vertes

Pourquoi Kafka ? Pourquoi encore… Parce que c’est magique, parce que ces œuvres sont une quantité infinie de petites poupées russes que nous avons envie de découvrir, les unes après les autres. Chacune unique et pleine de fantaisie, de rêve et d’émerveillement. 

Bien loin de La Métamorphose, du Procès ou encore du Château… il y a un journal, il y a des fragments, il y a des cahiers commencés mais pas achevés, il y a des rêveries sans limite, des folies douces, des cauchemars loufoques, des visions, des envolées… 

Oui Kafka c’est aussi ça, une FORCE ONIRIQUE, un imaginaire sans bride, c’est cela que nous voulons donner à entendre aux spectateurs. Il ne s’agit pas de réinventer les textes de Kafka, mais de les faire écouter différemment, avec humour, tendresse et avant tout laisser place à toute la poésie dont ils sont imprégnés. 

Un autre visage de Kafka, voilà ce que nous souhaitons dessiner au travers de cette lecture-spectacle. Nous avons pour cela sélectionné des textes moins emblématiques de Kafka néanmoins d’une intensité égale et d’une liberté incroyable. 

Les mots, la musique et les images se mêlent ensemble pour transporter le spectateur dans l’univers fou et jouissif de Kafka où rien n’est impossible… surtout se laisser emporter… 

Dans un espace scénique volontairement étroit, cadré et encadré par les images vidéos de Camille Sénecal, il y a de multiples voix qui naissent… Celle de Laëtitia Botella, comédienne, ainsi que celle de Pauline Denize, chanteuse et musicienne. 

La création vidéo devient espace scénique, l’anti-chambre de notre imaginaire. Comédienne et chanteuse se mélangent aux images, se fondent en elles ou s’en détachent… Et l’univers sonore est comme un tapis de mousse qui se déroule sous les pieds des spectateurs au fur et à mesure qu’ils avancent dans ce rêve éveillé. 

Le spectateur est comme projeté dans une boîte aux merveilles, une boîte à musique, une boîte à songes… De cet écrin s’échappe une seule et unique voix, celle d’un Kafka rêvasseur et malicieux ! 

On ne devrait lire que les livres qui nous piquent et nous mordent. Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d’un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ?     Kafka

entrée: 10€, 9€* ou 8€*     *avec pass 6 ou 12 entrées

réservations au 02 76 80 77 27, mais de préference sur notre page

LE BASTRINGUE
136 rue Docteur Postel

76620 Le Havre
Email : contacter@lebastringue.fr
Tél: 02 76 80 77 27

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Commentaires

  • By Véronique Garrigou - on

    J’ai vu ce spectacle au Bastringue dans la douceur d’un dimanche après-midi d’automne, c’est rare finalement d’aller au spectacle en plein jour…Je connais et j’apprécie Laetitia Botella, que j’ai déjà vue sur grande scène dans Les larmes amères de Petra Von kant. Que j’ai beaucoup aimée dans Lys Martagon l’an dernier. Qui m’avait joyeusement guidée dans ma découverte du Pompidou Mobile à Caucriauville. Et dont j’avais apprécié les choix poétiques lors d’un festival du Goût des autres lorsqu’elle avait prêté sa voix aux poètes de la guerre 14. Elle fait ici une fois de plus honneur à la littérature en rendant hommage à un Kafka intime, rêveur et fragile, un Kafka en suspens au coeur de ses histoires inachevées. Elle n’est pas seule, une jeune musicienne enveloppe les mots, les accompagne, les console, de sa musique, de son chant. C’est très beau. Les deux jeunes femmes sont dans un écrin blanc et argent, lumière et ombre, une légèreté de plume et de tulle nous frôle. Au début j’ai craint que la présence continuelle des images vidéos projetées sans fin sur cet écrin et sur les visages me gêne, cela faisait beaucoup, écouter, regarder, si j’écoutais je perdais les images, si je m’attachais aux images je perdais le fil des mots, et puis peu à peu tout a pris sa place et ce tout m’a enveloppée, avec tendresse, humour, mélancolie, émotion. Un bien joli spectacle. Véronique Garrigou

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
L’Apéro des spectateurs/février 17
Réunis le 9 février,   les spectateurs que nous sommes ont échangé sur quelques évènements culturels du mois. Voici un rapide aperçu… nous nous sommes réjouis de
Jean Defrêne, adhérent de notre association, homme politique et militant associatif, est mort
Jean Defrêne,  maire honoraire de Rouelles, membre du Parti Socialiste puis du Parti radical de gauche au Havre, ancien maire de Rouelles et adjoint au
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...