Nouvelles générations : Les grandes maisons de la décentralisation théâtrale ne font plus rêver
Ils sont en première ligne à Avignon : Thomas Jolly met en scène Thyeste, de ­Sénèque, dans la Cour d’honneur du Palais des papes, en ouverture du Festival, le vendredi 6 juillet. Le lendemain, ­Julien Gosselin lance à la FabricA son marathon de huit heures, d’après les romans de Don ­DeLillo Joueurs, Mao II, Les Noms. L’an dernier, c’était Caroline Guiela
Le monstre est un doudou
Perdu #Lost Il bouge trop. Il ne parle pas. Il fait des bêtises. Il n’en fait qu’à sa tête. N’écoute rien. N’obéit pas. Stop ! Voici sans doute ce qu’ont dit les parents de ce petit garçon que l’on retrouve seul, à l’orée d’une forêt, avec son doudou, abandonné. On est au Chapeau d’ébène théâtre, à
L’air est moins lourd
Les goguettes A Avignon, on peut voir de tout, dans le IN, dans le OFF, c’est l’occasion rêvée de voir tout ce que l’on peut faire sur une scène. Par exemple, les chansonniers. On les voit à la télévision, sur You tube et sur certains plateaux parisiens. L’Essaïon nous a fait découvrir les Goguettes : quels
Le cirque, ce n’est pas de la gymnastique
Les heures séculaires des Sélène. Un spectateur met sans doute beaucoup de soi dans la vision d’un spectacle. Comment regarder le « main à main » aérien de Laura de Lagillardaie et Olivier Brandicourt, dans le jardin du musée Vouland, sans être touché par sa douceur ? De là à comprendre ce corps à corps lent et puissant

Recherche

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...