Austérité et culture

Par Ingrid Merckx26 février 2015 Cyril Seassau : « En période d’austérité, la culture passe au second plan »

Face à la baisse des dotations aux collectivités, le Syndeac lance des rencontres sur la place des arts et de la création.

L’austérité n’épargne pas la culture. Mais les marches pour la culture et les mobilisations des intermittents au printemps 2014 ont permis de maintenir le budget pour 2015. Alors qu’il était en baisse de 4 % en 2013 et de 2 % en 2014, il est reconduit à 7 milliards d’euros, dont une hausse de 2 % pour la création et un maintien des moyens des directions régionales des affaires culturelles (Drac). Le problème est que cette stabilisation intervient au moment de la baisse des dotations de l’État aux collectivités. Or, depuis les années 1980, la vie culturelle en France repose sur un partenariat dynamique entre État et collectivités. Ce maillon s’affaiblissant, tout l’équilibre est fragilisé. D’autant plus que la réforme territoriale entame une refonte de la gouvernance des politiques publiques, dont celles qui concernent le secteur culturel. Quelle place pour la culture dans cette réforme ? L’éclairage de Cyril Seassau, directeur du Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles (Syndeac), qui organise pendant plusieurs semaines des rencontres intersyndicales et interrégionales en France sur ce thème.

Quel est l’enjeu du tour de France organisé par le Syndeac à propos de la réforme territoriale ?

Cyril Seassau : (…) Le millefeuille territorial que certains dénonçaient débouche aujourd’hui sur un millefeuille législatif : la loi Mapam sur les compétences des nouvelles métropoles (janvier 2014), la loi sur la réforme territoriale avec sa carte de treize régions (décembre 2014) et la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République), qui est en discussion à l’Assemblée. On est en train de modifier en profondeur notre rapport aux différentes administrations et échelles de gouvernance. Dans le secteur des arts et de la culture, depuis la fin des années 1980, les politiques publiques se sont toujours appuyées sur des dynamiques volontaristes et complémentaires entre l’État et les collectivités. Cet empilement de lois vient poser la question de l’intégration de la culture et de la création dans les politiques globales.

Que craignez-vous avec ces réformes ?

Musique trop faible

Le 5 février, lors d’une question écrite, Pierre Laurent, sénateur communiste de Paris, interpelle la ministre de la Culture sur la situation des scènes de musique actuelle (Smac). La dotation pour 2015 est de 120 000 euros. « Extrêmement faible », commente le sénateur : « Pour rappel, en 2010, avait été fixé l’objectif de soutenir, a minima, une Smac par département à hauteur d’une valeur plancher de 75 000 euros. Le plan pluriannuel qui avait été élaboré n’a pas été respecté, si bien que le bilan de la politique publique de soutien aux Smac est pour le moins contrasté. » La réponse de Fleur Pellerin est attendue.

Tout d’abord, un risque de concentration des volontés politiques et des moyens. On observe déjà une polarisation des questions culturelles, avec l’apparition de zones blanches. Et se profile la déconstruction d’une politique – inachevée – de maillage territorial, ce qui fait craindre des inégalités entre les territoires et à l’intérieur des territoires.(…)
Deuxièmement, nous plaidons pour une gouvernance partagée entre les territoires et l’État afin que, via la Convention territoriale d’exercice partagé, soit garantie une continuité des projets et que la culture soit intégrée aux discussions sur d’autres secteurs : éducation artistique, emploi, organisation du territoire, etc. Enfin, la loi NOTRe parle de compétences partagées, ce qui est positif mais insuffisant. Nous voulions que cette compétence soit obligatoire pour tous et partagée entre tous. Nous redoutons une carte de France avec des compétences culturelles modulaires.

Des décisions relatives au livre ou aux arts plastiques sur un territoire peuvent-elles se retrouver soumises aux aléas politiques locaux ?

On connaît les écueils de la situation actuelle, mais les réformes en cours ne les pallient pas complètement. Le Syndeac défend la présence d’un maximum d’acteurs autour de la table. Si des négociations ont lieu entre la ville, l’État, le département, la région, les intercommunalités et les communautés d’agglomération, on se réserve le maximum de chances de trouver une solution d’intérêt général. Certains territoires ont déjà lancé des concertations, comme les Pays-de-la-Loire et Rhônes-Alpes. Finalement, les rencontres que nous organisons inaugurent la méthode de concertation que nous demandions : elles permettent aussi aux spectateurs de s’exprimer. La question de la place de l’art et de la création est déterminante : que serait une société avec des industries culturelles mais sans garantie sur la diversité de la création ? Nous avons été consultés pendant de nombreuses années pour préparer une loi sur la création qui a finalement été réduite et morcelée. Elle doit être présentée à l’automne : nous souhaitons qu’elle reconnaisse la place des artistes dans notre société, la liberté de création, de programmation et de diffusion, mais aussi la fonction émancipatrice du projet culturel.

Le spectacle vivant est-il un secteur négligé ?

Ça a été le cas, mais les mobilisations des intermittents et des marches pour la culture ont permis d’obtenir une levée du gel des crédits de l’État en 2015, et même une promesse d’augmentation des crédits généraux en 2016. Sauf que cela intervient dans un contexte de baisse des dotations aux collectivités et de tassement des subventions publiques. Dans une politique globale d’austérité, la culture n’est pas le premier choix pour tous. Ce n’est pas une compétence obligatoire. Par conséquent, quand certaines villes sont étranglées budgétairement, c’est souvent le premier secteur à souffrir.(…)

Observez-vous une forme d’ingérence d’élus dans la programmation ?

En effet, nous voyons de plus en plus d’élus qui défendent une politique de la demande supposée d’un public contre la politique de l’offre que les scènes proposent : présenter des œuvres que les spectateurs ne verront pas ailleurs, avec une diversité de propos et d’esthétiques qui déstabilisent, car c’est une des fonctions de l’art. (…) Par ailleurs, on est toujours surpris quand des élus soutiennent un projet en ajoutant : « Il faudra faire beaucoup de médiation », alors que le lien aux publics fait partie du cœur de nos métiers ! On ne pose pas un geste artistique sans l’accompagner. Tout cela montre à quel point il est important de questionner à nouveau la place de l’art dans notre société, et de continuer d’expliquer et de partager le quotidien des projets. Cyril Seassau est directeur du Syndeac.

http://www.politis.fr/Cyril-Seassau-En-periode-d,30201.html

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon
Quoi qu’il entreprenne, Aurélien Bory place son évolution sous le signe des rencontres.
Aurélien Bory, à la tête de la Compagnie 111 depuis 2000, a dégagé un espace spectaculaire inédit entre cirque, danse, musique et théâtre, avec l’obsession de
Cirque Plume : “Nous avons conçu des spectacles populaires sans verser dans le niaiseux ni le commercial. “
Pour quelles raisons avez-vous décidé de mettre fin à l’aventure du Cirque Plume en annonçant votre dernier spectacle ? Cette création est le début d’une aventure, pas la
Enquête sur les représentations de la culture
C’est dans une indifférence médiatique presque totale que le ministère de la Culture a publié en septembre dernier une enquête sur les représentations de la

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...