Des nouvelles de Lambert-Wild :EN ATTENDANT GODOT

« A cet endroit, en ce moment, l’humanité, c’est nous, que ça nous plaise ou non, dit Vladimir à Estragon, dans En attendant Godot*. Profitons-en, avant qu’il soit trop tard. Représentons dignement pour une fois l’engeance où le malheur nous a fourrés. » Magnifiquement incarnés par les comédiens ivoiriens Michel Bohiri et Fargass Assandé, cette humanité apparaît bien plus que digne dans le spectacle créé par Lorenzo Malaguerra, Marcel Bozonnet et Jean Lambert-Wild. Elle renvoie à une authenticité, une vibration qui nous happent, nous gagnent – dès les premiers mots de ces deux êtres saisis dans le mystère de l’existence – à la cause de l’abstraction profondément vivante, du hors le temps éminemment concret dont se nourrit la pièce de Samuel Beckett.(…)

Qui sont ce Vladimir et cet Estragon ? Deux hommes, comme ils le disent sans davantage se singulariser. Deux être humains semblables à n’importe quels autres. Que font-ils là, près d’un arbre, dans un espace désertique (la scénographie, joliment épurée, est de Jean Lambert-Wild) ? Ils attendent Godot. Ils passent le temps, soumis au poids des choses. « Le vent se lève !… Il faut tenter de vivre ! », écrivait Paul Valéry, en 1920, dans son poème Cimetière Marin.(..)

Rejoints par les autres personnages qui, eux aussi, viennent peindre l’étrangeté et l’extravagance de la condition humaine (Jean Lambert Wild compose un Lucky dont la présence soulève l’âme), Michel Bohiri et Fargass Assandé ne cessent d’impressionner l’espace théâtral de leur corporalité terrienne. De leurs voix roulantes et charnues. A l’image du jeu de Marcel Bozonnet, dont le Pozzo hautement expressif semble échappé d’un chapiteau (le rôle du Garçon est, lui, interprété par Lyn Thibault), cette création d’une précision toute musicale prend le parti du burlesque et de la vitalité. Manuel Piolat Soleymat

http://www.journal-laterrasse.fr/en-attendant-godot-6/

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon
Quoi qu’il entreprenne, Aurélien Bory place son évolution sous le signe des rencontres.
Aurélien Bory, à la tête de la Compagnie 111 depuis 2000, a dégagé un espace spectaculaire inédit entre cirque, danse, musique et théâtre, avec l’obsession de
Cirque Plume : “Nous avons conçu des spectacles populaires sans verser dans le niaiseux ni le commercial. “
Pour quelles raisons avez-vous décidé de mettre fin à l’aventure du Cirque Plume en annonçant votre dernier spectacle ? Cette création est le début d’une aventure, pas la
Enquête sur les représentations de la culture
C’est dans une indifférence médiatique presque totale que le ministère de la Culture a publié en septembre dernier une enquête sur les représentations de la

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...