revo

Ah oui, la révolution est théâtrale !

C’était le jeudi et le vendredi 10 et 11 décembre, au Volcan, Ça ira (1) Fin de Louis, création 2015 de Joël Pommerat/ Cie Louis Brouillard.

 Comme on est loin de la sécheresse des livres d’histoire gonflés de dates : 1789, 5 mai, 17 juin, 9 juillet, 14 juillet, 4 août, 6 octobre… Des déclarations, des faits, des compromis. Et entre ces dates, le soulèvement et la ferveur de ceux qui franchissent un obstacle qu’ils n’auraient pas imaginé si la nécessité ne les y avait poussés. C’est à une fracture, douloureuse, en effondrements et rebonds que nous convie Joël Pommerat. Comment subjuguer toute la salle d’un théâtre ? Comment la faire frémir, immergée lui semble-t-il dans l’Histoire ? Eh bien, en faisant la Révolution ! En recréant un bouillonnement lointain et qui nous paraît finalement si familier ; en surprenant le public qui physiquement prend conscience que c’est ici que sa propre histoire se joue sous ses yeux. Car tout est là, vivant, contradictoire, déterminé, pusillanime, versatile, opportuniste, inconstant, valeureux et têtu. Humain. Joël Pommerat, hors de toute théorie, nous rappelle que nous sommes faits de ce qui se passe sur la scène. Nous sommes, qu’on le veuille ou non, marqués par cette cassure, nous faisons partie d’un après. Nous le savions, mais savoir n’est pas vibrer avec une trentaine de comédiens. Savoir est une connaissance des faits, une réflexion froide.
Les comédiens, parlons-en : extraordinaires d’ardeur et de vérité parfois jusqu’à l’incandescence. Il y a dans cette représentation, une grande générosité et, il faut le dire, un humour à petites doses qui nous rappelle que dans les moments les plus graves, surgit toujours l’étincelle de la liberté d’esprit.
« Ça ira, oui, ça ira… » dit Louis XVI, à la fin, à peine convaincu par ses propos – et s’il savait ! – toujours dans un entre-deux, vacillant entre ce qu’il est ou peut-être n’est pas, ne le sachant pas trop et l’affirmant pourtant : « Je suis le roi ! ». Il répète, semble-t-il, ce qu’on lui dit depuis qu’il est né : « Tu seras, tu es roi … » mais le croit-il lui-même, prenant des décisions de roi ? Certes, on a pitié de lui, on ne lui en veut pas, nous, du haut de notre XXIème siècle, et pourtant avec une certaine cruauté, on se dit que, bientôt, de ce : Ça ira (1) Fin de Louis, il y aura forcément : Ça ira (2) et… oui, on ira.

Catherine Désormière

       

A propos de l'auteur

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
L’Apéro des spectateurs/février 17
Réunis le 9 février,   les spectateurs que nous sommes ont échangé sur quelques évènements culturels du mois. Voici un rapide aperçu… nous nous sommes réjouis de
Jean Defrêne, adhérent de notre association, homme politique et militant associatif, est mort
Jean Defrêne,  maire honoraire de Rouelles, membre du Parti Socialiste puis du Parti radical de gauche au Havre, ancien maire de Rouelles et adjoint au
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...