revo

Ah oui, la révolution est théâtrale !

C’était le jeudi et le vendredi 10 et 11 décembre, au Volcan, Ça ira (1) Fin de Louis, création 2015 de Joël Pommerat/ Cie Louis Brouillard.

 Comme on est loin de la sécheresse des livres d’histoire gonflés de dates : 1789, 5 mai, 17 juin, 9 juillet, 14 juillet, 4 août, 6 octobre… Des déclarations, des faits, des compromis. Et entre ces dates, le soulèvement et la ferveur de ceux qui franchissent un obstacle qu’ils n’auraient pas imaginé si la nécessité ne les y avait poussés. C’est à une fracture, douloureuse, en effondrements et rebonds que nous convie Joël Pommerat. Comment subjuguer toute la salle d’un théâtre ? Comment la faire frémir, immergée lui semble-t-il dans l’Histoire ? Eh bien, en faisant la Révolution ! En recréant un bouillonnement lointain et qui nous paraît finalement si familier ; en surprenant le public qui physiquement prend conscience que c’est ici que sa propre histoire se joue sous ses yeux. Car tout est là, vivant, contradictoire, déterminé, pusillanime, versatile, opportuniste, inconstant, valeureux et têtu. Humain. Joël Pommerat, hors de toute théorie, nous rappelle que nous sommes faits de ce qui se passe sur la scène. Nous sommes, qu’on le veuille ou non, marqués par cette cassure, nous faisons partie d’un après. Nous le savions, mais savoir n’est pas vibrer avec une trentaine de comédiens. Savoir est une connaissance des faits, une réflexion froide.
Les comédiens, parlons-en : extraordinaires d’ardeur et de vérité parfois jusqu’à l’incandescence. Il y a dans cette représentation, une grande générosité et, il faut le dire, un humour à petites doses qui nous rappelle que dans les moments les plus graves, surgit toujours l’étincelle de la liberté d’esprit.
« Ça ira, oui, ça ira… » dit Louis XVI, à la fin, à peine convaincu par ses propos – et s’il savait ! – toujours dans un entre-deux, vacillant entre ce qu’il est ou peut-être n’est pas, ne le sachant pas trop et l’affirmant pourtant : « Je suis le roi ! ». Il répète, semble-t-il, ce qu’on lui dit depuis qu’il est né : « Tu seras, tu es roi … » mais le croit-il lui-même, prenant des décisions de roi ? Certes, on a pitié de lui, on ne lui en veut pas, nous, du haut de notre XXIème siècle, et pourtant avec une certaine cruauté, on se dit que, bientôt, de ce : Ça ira (1) Fin de Louis, il y aura forcément : Ça ira (2) et… oui, on ira.

Catherine Désormière

       

A propos de l'auteur

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
7eme grande conversation – Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues, la ville transformée Le vendredi 13 avril prochain, l’association MCH recevra François Delaroziere, directeur artistique de la Cie la Machine. Il aura carte blanche, à la bibliothèque Oscar Niemeyer, à 18h 30. L’entrée sera libre. Il parlera de sa démarche, de sa collaboration avec les artistes, les techniciens et les décorateurs qui
10 MN CHRONIQUE – VIVACULTURE – sur Ouest Track.com, le dimanche à 11h
A retrouver sur notre site www.asso-maisondelaculture.fr dans Actualités / Rubrique des spectateurs 2017 14 mai : Une ville qui fait rêver le monde, exposition Los Angeles, à Lyon 28 mai : histoires de musées 11 juin : faire la fête, les 500 ans du Havre 25 juin : Une série culte : Le prisonnier. 09
Razzia, un film de Nabil Ayouch  Ou l’art de se tromper de colère.  1982. Un instituteur renonce à ce qui fait sa joie : enseigner aux enfants la beauté du monde. L’arabisation forcée exerce sa violence religieuse jusque dans ces superbes montagnes reculées de l’Atlas marocain, et les écoliers kabyles, magnifiquement filmés, n’y comprennent plus rien.
Apéro des spectateurs du 20 mars 2018 au Monte-Cristo
C’était un petit apéro de printemps mardi, agréable et sympathique. Comme on n’était que 4 (Isabelle, Liliane, Sylvette et moi) on a pris le temps de bavarder. Sylvette était curieuse de savoir ce qu’on avait pensé de sa soirée aux Yeux d’Elsa consacrée au Printemps des poètes. Liliane qui aime beaucoup cet endroit pour l’ambiance
7eme Grande conversation  -Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues – La ville transformée Carte blanche à François Delaroziere L’association MCH – Maison de la Culture du Havre, invite François Delaroziere, le vendredi 13 avril 2018, à 18h30, à la Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre, pour la 7e édition de la Grande Conversation. François Delaroziere, pendant son compagnonnage avec le Royal
PETIT RESUME DE L’ APERO DES SPECTATEURS DU 20/2/2018
Une pièce de théâtre : « Love and money » (THV : théâtre de l’Impossible)  Bien jouée ; pièce intéressante et mise en scène plaisante. Mais certaines personnes ont trouvé que les différentes phases de la pièce donnaient un aspect décousu et longuet, parfois. En fait, la pièce était conçue comme une  série de sketchs sur un même thème. Personnellement,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...