Hommage à Mag-ness, poète, slameur, photographe

Avec tristesse, nous rendons hommage à Mag-ness – nom d’artiste de Gérard Duchemin – décédé dans la nuit du 4 au 5 mai 2024. De par sa curiosité pour la vie artistique, sa route avait croisé sous de multiples formes, celle de notre association. Nous l’avions par exemple invité lors de notre grande conversation de mars 2016 consacré au français sur les scènes musicales actuelles.

Cette même année, Didier Guilliomet, devenu depuis membre de notre conseil d’administration, organisait une exposition de ses photographies au MuMa. Mathieu Amans, un des responsables de l’association Lignes d’horizons, membre également de notre conseil d’administration et qui tient la rubrique « L’Instant poésie » dans notre émission hebdomadaire VivaCulture sur la radio Ouest Track le connaissait bien aussi et a suggéré que nous publions le texte ci-dessous extrait de « La grande Clameur », anthologie du slam normand, publiée aux éditions de l’Aiguille en décembre 2016, rassemblée par Yoland Simon, écrivain, président de la Maison de la culture du Havre dans la deuxième moitié des années 80 et toujours adhérent de notre association, qui nous adonné son aimable autorisation. 

La tragédie du temps – MagNess

« Je cours je cours et je transperce mes rêves pour me retrouver juste un peu plus loin, avec les loirs de mes trêves ; dans une autre réalité où il n’y a pas de grèves ; un voyage transsibérien dans un monde de transfert où personne ne dit rien et je regarde dans ce silence gênant les mêmes gens, sous le ciel acide et sans couleurs de ce rêve lancinant je cours je cours et je prends ce train lancé sur la froideur automnale d’un matin sans fin ; dans un wagon où tous ces gens ne disent toujours rien ; tous captifs à poursuivre l’origine de leur funeste destin, dans un univers sans jeunes, morose et monotone au dévouement absolu et contraint, que rédige et dirige les maîtres de la dictée ; sinistre ministre, moine vautour inquisiteur, placide de ce paysage acide que je vous dépeins !

Alors je m’extirpe de ce lieu malade et sans Dieu, pour m’emboutir sur un quai transparent : sans tourterelles et sans luisances où le silence a redoublé de sa puissance ; oui ! car personne n’avance sous les écritures incohérentes qu’ils ne peuvent lire sur les écrans ; on dirait un H.G. Wells des morts vivants, aux bras ballants des gents au regard absent d’essence d’absinthe ? à la logique absurde qui ne comprennent ce qu’il y a devant, prostrés face à leurs assaillants, ces infâmes tyrans ; des mêmes gens mais ceux-là souverains de ce que dit le gouvernement.

Et je m’engloutis dans ce marécage d’impuissants, de ce rêve diaphane et languissant réveillé oppressamment par les coups rebiffés du cadran. Tic tac tic tac tic tac. Il faut y retourner… finis les rêves des dimanches…Les jours fastes de septembre à se parler, à s’étendre ? aujourd’hui c’est une vraie journée qui commence à s’esclaver à relever les manches assis sur le pont des longs wagons à queue qui s’ébranlent d’un temps passé et heureux des souvenirs qui s’étranglent dans la récolte oubliée de la saison des vendanges ; pas de chômage ni d’amusement dans cette démocratie ruinée perdue dans les Bermudes des paradis fiscaux les cartels du triangle.

A cinquante ans la trêve et les grèves c’est pour quand ; alors je recours ; sur les impossibles discours que je prête aux dictateurs qui eux se gargarisent d’un pouvoir acquis de la bêtise des spectateurs soutenus par des chefs de gare à qui on laisse trop souvent la voie libre pour gérer sans égards le train du vignoble avec les clés du couvent. Suis-je dans un vrai cauchemar un rêve hallucinatoire une simple brève, une brève de comptoir.

Moi aussi je suis perdu maintenant je cours en apnée aux limites de la rupture à la frontière de l’infarctus Ah putain ! Vais-je crever ? Wouah, Aarrh putain ! Vais-je crever ?  Non, ça y est, je sens je respire par le nez ce qui signifie que je suis bien dans un rêve de réalité, la tragédie du temps. »

MagNess

Leave A Comment

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Ou renouvelez votre adhésion en ligne
Nous contacter
Besoin de renseignements ?