“Les p’tits bateaux” aux Bains Douches par le collectif des Gibus

Les Gibus, en 2013, j’avais adoré. Voir pour mémoire sur le blog de Seinechronique ( www.seinechronique.fr ) mon texte « On est parti de rien »…En septembre, plusieurs comédiens de ce collectif ont dansé au Phare sur une chorégraphie de Christophe Ly. Et j’avais adoré aussi. Voir ma chronique « Faut-il garder les poupées en boîte ? »… C’est dire comme mon attente et mon plaisir étaient grands ce mardi en allant les revoir au théâtre des Bains-Douches pour leur nouveau spectacle : « Les p ‘tits bateaux ».
Ludovic Pacot-Grivel les a de nouveau accompagnés, et mis en scène cette année dans un registre a priori très différent ( quoique…) : un montage de textes signés Pierre Desproges et, intercalés, des morceaux choisis de cette émission sur France Inter, « les p’tits bateaux », justement, où des enfants posent des questions très sérieuses à des adultes qui tentent sérieusement de leur répondre…
La mise en scène est très sobre, une ligne de chaises, pour un face à face sans complaisance avec le public. Et la musique, qui ponctue chaque séquence.
Je me demandais bien comment ils allaient s’en sortir, de l’humour corrosif et provocateur de Desproges…Eh bien…ils s’en sont très bien tirés ! Et si eux ne riaient pas, toujours sérieux voire peu amènes avec nous, public sollicité, parfois interpellé, nous, nous avons bien ri. Des jeux de mots, des situations absurdes, des histoires surréalistes où les cintres nous veulent du mal, où un petit prince au regard doux se fait traiter de p’tit con par la blonde Vénus de Milo, où les portes, aussi, doivent être ouvertes…ou bleues.
Les comédiens s’amusent sans doute aussi beaucoup, mais leur sérieux ne faiblit pas et le contraste est forcément drôle. On sent entre eux, comme il y a deux ans, une grande cohésion, une forte solidarité, une attention aux autres sans faille, une concentration remarquable. Et s’ils sont pourtant, au bout du compte, « chacun tout seul »…c’est une belle leçon de savoir- vivre ensemble sur une scène qu’ils nous donnent, en nous offrant le meilleur d’eux-mêmes. Sans compter que les textes sont loin d’être simples à mémoriser, l’Ondine de Giraudoux sans quasiment respirer et sans s’emmêler les pinceaux, chapeau…
Une belle collaboration entre un metteur en scène, des soignants et des patients de Pierre Janet tous pareillement comédiens, pour un résultat de haute tenue où chacun semble avoir trouvé une juste place et des textes qui lui vont comme un gant.
Alors l’humour, oui, un registre qui va bien aux Gibus, du moins cet humour-là, décalé, anticonformiste, celui qu’on appelle noir, souvent, avec à l’horizon quelque chose de tendre et de désespéré. Oui, ça leur va bien.
Et quand ils se rapprochent de nous, quand ils se lèvent de leur chaise pour s’aligner au bord de la scène, dans une proximité forcément très grande car le théâtre est tout petit, c’est pour une de ces questions d’enfant auxquelles des adultes répondent, à la radio. Des adultes qui ont compris que les enfants posent toujours des questions sérieuses, qui touchent à l’essentiel : la vie, la mort, l’amour.. Et dans ces questions, qui sont celles que finalement tout le monde se pose, dans ces réponses aussi, j’ai retrouvé la belle humanité de mes Gibus de 2013.
Parce qu’on est tous d’accord n’est-ce pas : quand on dit je t’aime à quelqu’un et qu’il répond moi aussi, eh bien comme le dit un des comédiens, si touchant : C’est le paradis…On n’a besoin de rien de plus. Et chacun alors de nous tourner le dos pour un slow langoureux. Si chacun le danse seul, si chacun s’enlace le dos de ses propres mains, c’est peut-être triste, c’est peut-être lourd de solitude. Mais c’est peut-être aussi la beauté d’un rêve partagé, parce qu’on rêve tous, avouons-le, du grand amour réciproque.
Et si l’on rit à ce simulacre de slow, ultime clin d’œil à Desproges qui ne l’aurait pas renié, c’est parce que les Gibus le dansent très bien, avec humour, tendresse et une pointe de dérision. Il faut bien se consoler…

Bravo à eux ! Et au prochain rendez-vous…

Véronique Garrigou

Les p’tits bateaux par le collectif des Gibus, aux Bains Douches, mardi 19 mai 2015les-ptits-bateaux

       

A propos de l'auteur

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Jean Defrêne, adhérent de notre association, homme politique et militant associatif, est mort
Jean Defrêne,  maire honoraire de Rouelles, membre du Parti Socialiste puis du Parti radical de gauche au Havre, ancien maire de Rouelles et adjoint au
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,
Thelma recherche Louise désespérément…au Bastringue.
Le choix du titre fait référence à deux  film,  Thelma et Louise de  Ridley Scott (1991)et Recherche Suzanne désespérément de Suzanne Seidelman (1985). Les deux

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...