Retour sur la Grande conversation du 11 avril 2015 au Tétris

Quelle drôle d’idée ce thème Le spectacle vivant et la nudité pour la 3ème édition de la Grande conversation de l’association MCH ! Le nu sur scène ? Malaise ? Moralisme ? Critère de programmation ? N’est-ce pas un non sujet ? Il faut dire que l’an dernier le Festival Whoopee! au Satellite Brindeau nous avait fait, avec justesse, découvrir l’intégration de la nudité dans des performances. Nous voulions en savoir davantage !

A la rescousse, notre équipe pilotée par Catherine Désormière, a invité Marcel Freydefont, scénographe, historien de l’art,  Roland Huesca, auteur de La danse des orifices, Daniele Gutman, professeur d’histoire de l’art, Gaèl L. et Annliz Bonin, performeurs, Jérôme Le Goff, metteur en scène, performeur, Eric Douchin, enseignant en philosophie et spécialiste de l’opéra…

En fait le diaporama introductif nous a rappelé que le nu relève d’une longue tradition dans les arts depuis l’antiquité, notamment en esthétique et en Occident… Aujourd’hui, la « beauté » perd de sa suprématie au profit de l’homme inventeur de lui-même.

Le sens de la nudité est déterminé par les contextes sociaux (nostalgie du « bon sauvage », naturisme, expressionnisme, peace and love, révolte contre l’aliénation, érotisme, arme politique), et par la formation du regard (voir, n’est-ce pas pré-voir ?).

Pour la danse, nous n’avions pas mesuré le traumatisme de l’apparition du sida : elle a alors perdu sa belle insouciance au cours des années 80. Question de génération, après Jérôme Bel, Olivier Dubois peut retrouver avec Tragédie, la danse comme une vraie dépense d’énergie, une « extase ».

Quel paradoxe que la confrontation entre le corps « réel » sur scène et l’idée de représentation ! Comme si la nudité était la transgression d’un tabou contre le jeunisme et le formatage des canons esthétiques …Ou une libération dans un univers qui commercialise les corps…L’irruption d’une vérité dans une société aseptisée…

Au fond, ce que l’artiste ayant travaillé sur l’image de soi, nous donne à voir, c’est la diversité des corps, des nudités, des vérités. Il questionne, plus qu’il ne répond. Il déconstruit.

Isabelle Royer

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Rubrique des spectateurs

 
Jean Defrêne, adhérent de notre association, homme politique et militant associatif, est mort
Jean Defrêne,  maire honoraire de Rouelles, membre du Parti Socialiste puis du Parti radical de gauche au Havre, ancien maire de Rouelles et adjoint au
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,
Thelma recherche Louise désespérément…au Bastringue.
Le choix du titre fait référence à deux  film,  Thelma et Louise de  Ridley Scott (1991)et Recherche Suzanne désespérément de Suzanne Seidelman (1985). Les deux

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...