Georges Rosevègue, ancien directeur de la MCH, est mort

Nous venons d’apprendre le décès de Georges Rosevègue qui fut le directeur de la Maison de la Culture du Havre (MCH) de 1975 à 1984. Continuateur de son prédécesseur Bernard Mounier, il s’est employé à « stabiliser et renforcer le socle de l’ambition culturelle de la Maison de la culture du Havre qui dépassait les limites de la région, mais passait largement par son équipe permanente ».

Rosevegue_dans-bureau0001

Georges Rosevègue dans son nouveau bureau de ce qu’on n’appelait pas encore le petit Volcan. photographie Gérard Lecompte.

Comme il en témoigne dans le texte qu’il a écrit pour notre livre « Culture et démocratie: une histoire de la Maison de la culture du Havre » (2016, Presses universitaires de Rouen et du Havre), « à l’intensité d’une programmation de créations originales et de spectacles de toutes disciplines, s’ajoutent des évènements sur de nouvelles thématiques d’une étonnante actualité : les étrangers et les immigrés, les femmes, le travail ouvrier, l’exode rural, la psychiatrie (…), le colonialisme et le racisme, (…) l’union de la Haute et de la Basse-Normandie. »

Georges Rosevègue eut aussi à mener le chantier du nouvel équipement décidé pour la MCH, alors encore essentiellement active au Théâtre de l’Hôtel de Ville : la construction de l’espace Oscar Niemeyer et de ses bâtiments que les Havrais appelleront le grand et le petit Volcan.

Le souvenir est vif : « Le bulletin de campagne municipale de 1977 du candidat d’opposition et futur maire de 1995 proclamait : « Les Havrais n’ont pas besoin d’une Maison de la culture mais ce qu’ils veulent c’est un casino et un jardin public ». Au même moment, ces Havrais signaient par milliers, y compris sur les marchés et dans les entreprises, à l’initiative des CE,  où je me rendais, l’appel pour une Maison de la culture : les plus âgés ajoutaient : « Je sais que je n’en profiterai pas mais il faut « ça » pour mes enfants et petits-enfants ! » Pas moins de trois campagnes de pétitions ont été menées de 1973 à 1980. De 7 000 à 12 000 signatures ont été recueillies pour la construction tant attendue et remises au cabinet du ministre à Paris. »

volcan3

C’est un homme toujours animé des mêmes idéaux et de la même fougue, qui était venu apporter son témoignage lors de la présentation de notre livre le 4 novembre 2016 à la Galerne.  Il nous avait redit sa conviction quant à l’importance des relations entre le monde de la culture et celui du travail (ce qui s’était concrétisé par la signature en 1984 d’une convention exemplaire entre le ministère de la culture, la municipalité, la Maison de la culture et 41 comités d’entreprises, associés à des sociologues et des historiens). Nous l’avions revu au Salon du livre à Paris où nous présentions Culture et démocratie, il tenait à partager cette histoire, si importante pour le Havre et la France, en raison de «  notre identité revendiquée, de la pluri, trans, inter-disciplinarité de l’action culturelle de notre établissement. »

Nous sommes heureux d’avoir pu entendre sa parole et de pouvoir la transmettre pour les nouvelles générations en la publiant dans notre livre.

Nous adressons nos sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Photographie d’accroche de l’article : « vernissage de l’exposition Jean Renoir en janvier 1982 : Georges Rosevègue entre François Truffaut et Vincent Pinel. » (crédit Daniel Fondimare)

       

Ajouter un commentaire

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...