Laure Delamotte-Legrand/Le Phare / Figurer l’absence

MASQUE
nom masculin
(italien maschera, du bas latin masca)

Objet recouvrant et représentant parfois tout ou partie du visage, qui est porté dans diverses occasions de la vie sociale selon les peuples et les époques.

Pièce d’étoffe, morceau de velours, de satin, dont les dames se couvraient le visage pour protéger leur teint.

Objet représentant, généralement de manière symbolique, un visage ou une gueule animale, revêtant une valeur sacrée et porté ou exhibé dans l’accomplissement de cérémonies religieuses dans diverses sociétés. Masque eskimo, indien, africain, océanien…

Objet représentant un visage ou une gueule animale, qui symbolise un affect, un comportement ou un rôle, porté par les acteurs de théâtre dans diverses cultures. Masque antique, grec, tragique, comique; commedia dell’arte; masque japonais…

Modelé, traits (expressifs) du visage.
Attitude, comportement feint, affecté par quelqu’un.

En théâtre et chant, l’ensemble composé du pavillon pharyngo-buccal et des cavités nasales intervenant comme résonateur dans la production de la voix.

Moulage exécuté sur une empreinte en creux prise sur le visage d’une personne vivante ou morte.
Masque mortuaire, funéraire.

Jeter, lever, tomber le masque.

— Laure Delamotte-Legrand, le 4 mai 2020

Création jeune public 2020
 
 « Dans un paysage de légende façonné par le froid et la glace, au cœur de l’interminable automne norvégien, deux fillettes se découvrent et se reconnaissentSiss et Unn, Unn et Siss. De caractère apparemment opposé, elles s’attirent et se troublent, jusqu’au soir où les yeux plongés dans un même miroir, elles scellent un pacte, un lien aussi indéfectible qu’inexplicable, ténu comme un cristal de givre et puissant comme le palais de glace figé au pied de la cascade. Le lendemain Unn disparaît… »

La forêt de glace s’inspire du roman Le Palais de glace de l’écrivain norvégien Tarjei Vesaas.
Il s’agit pour cette nouvelle pièce à destination du jeune public, de convoquer la poésie de la langue de l’auteur, qui s’incarne dans ce roman initiatique dont l’intrigue, mystérieuse, est laissée en suspens et permet ainsi une libre interprétation dans son adaptation.
Siss et Unn sont-elles deux ? Ou bien n’est ce que l’évocation d’une seule et même fillette qui voit s’évanouir l’enfant en elle pour devenir une jeune fille ?
Avec La forêt de glace, je souhaite créer une pièce climatique où les corps qui évoluent dans une nature mystérieuse, évoquent plus qu’ils ne racontent.
L’écriture de Vesaas s’impressionne de paysages nordiques, célèbre une nature féérique aux sons cristallins et utilise une langue aussi claire que profonde… par ce qu’elle ne dit pas : tout avait un épiderme si mince si mince si mince.

 

REPRÉSENTATIONS

02.02.21 — Espace Culturel de la Pointe de Caux, Gonfreville l’Orcher


Une pièce pour enfants — infans / qui ne parle pas.
— Emmanuelle Vo-Dinh

       

Ajouter un commentaire

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...