Portrait fragmenté

George Sand, Aurore Dupin, fragments d’intimité

Isabelle Krauss est George Sand. On connait la romancière auteure de plus de soixante-dix romans, cinquante volumes d’oeuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques.

Aurore Dupin est devenue George Sand. A une époque où les femmes étaient sous la tutelle d’un homme, elle a beaucoup écrit et publié pour gagner sa vie et s’acquitter des charges de sa maison de Nohant. Elle sortait dans Paris habillée en homme pour ne pas être harcelée. Elle a connu la plupart des écrivains, musiciens et hommes politiques de son temps. Elle a plaidé pour les ouvriers et les paysans, pris parti pour la République. Bref c’est une grande dame.

Au théâtre des Italiens, la comédienne a choisi  certains extraits de son Journal et de ses lettres, selon qu’ils évoquaient  pour elle des fragments d’intimité.

Il est intéressant qu’elle commence en citant le premier roman Indiana de G. Sand dont on se souvient qu’il dénonçait la situation faite aux femmes à l’époque, dans le mariage et même dans l’amour. Confessions intimes qui avaient choqué les lecteurs.

Elle nous parle les yeux dans les yeux, sur une petite scène occupée par un piano et un banc. Elle laisse son épaisse chevelure noire et frisée libre, elle en joue parfois. Vêtue de noir, elle est assise sur le banc un long moment. Ou elle esquisse une gestuelle de danseuse mettant ses bras et ses mains en valeur, en citant des phrases affirmant l’amour de G. Sand pour le beau.

La romancière évoque son père mort d’un accident de cheval quand elle était petite, le banc est alors tombe et lieu de deuil nostalgique. Elle se remémore avec tendresse son fils qu’elle adore, sa fille qu’elle trouve sans grâce, deux amants, Chopin et Musset, met en avant à leur égard des sentiments maternels…Francis Squire, le pianiste, accompagne la comédienne en jouant du Chopin et du Liszt. Une fois ils se regardent comme s’il incarnait Chopin.

Peu de citations sur sa vie politique et républicaine. Elle détaille son goût pour la nature, les paysages.

Comment était George Sand ? Etait-elle douce, gracieuse, tendre, parée de ces qualités que l’on s’efforce d’inculquer aux filles depuis des siècles ?

Quand I. Krauss énumère toutes les coquetteries dites féminines qui horripilaient la romancière, leur préférant de beaucoup une vie intérieure et intellectuelle riches, la comédienne frappe le banc de son poing : on devine la rebelle, celle qui parcourait la campagne à cheval, celle qui aimait les hommes et travaillait beaucoup.

 

 

Isabelle Royer

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Portrait fragmenté
George Sand, Aurore Dupin, fragments d’intimité Isabelle Krauss est George Sand. On connait la romancière auteure de plus de soixante-dix romans, cinquante volumes d’oeuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques. Aurore Dupin est devenue George Sand. A une époque où les femmes étaient sous la tutelle d’un
L’Histoire en chansons
Chat noir Ces comédiens, chanteurs, danseurs sont alertes, vifs, souvent drôles. Ils ont étudié précisément les documents, et composent une reconstitution historique. Ils nous invitent à pousser la porte d’un cabaret mythique Le Chat noir ouvert par Rodolphe Salis entre 1882 et 1897. Le créateur applique une nouvelle formule avec poètes, musiciens, chansonniers, peintres. Fantaisie,
Dieu est un chômeur de plus
Le CV de Dieu Le choix des comédiens est capital. C’est une lapalissade, mais si Dieu n’était pas interprété par JF. Balmer, la pièce de Jean-Louis Fournier n’aurait pas la même saveur.  On l’a vu au cinéma, à la télévision, au théâtre. Il a joué Louis XVI, Richard Wagner, Henry IV, Racine, Malesherbes, Georges Pompidou…C’est
Le comédien est un boxeur
L’effort d’être spectateur Pendant un long moment Pierre Notte a des gants de boxe : une sorte de Prométéo à la Rodrigo Garcia, mis en scène par François Berreur,  vu au Volcan, au Havre, il y a plusieurs années. Prométéo, le Titan qui a donné l’art aux hommes  : « Comme le boxeur, qui se relève
L’homme qui a des amis n’est pas un raté
La vie est belle On pourrait s’étonner qu’une compagnie adapte au théâtre le film La vie est belle de Franck Capra, avec James Stewart, d’après The greatest Gift, une nouvelle de Philip Van Doren Stern. Ce film d’après-guerre, 1946, est devenu un classique projeté à Noël, adoré par les américains et par les cinéphiles. La
Une rencontre
Une chambre en attendant Son fils est parti « faire le djihad ». Il a 20 ans. Depuis, son père dit qu’il est parti en voyage. Dans une chambre d’hôtel à la frontière turco-syrienne, il attend, son fils l’a appelé pour rentrer. Il est venu et il tourne en rond.               

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...