Pieter_Bruegel_II_-_Peasant_Wedding_Dance_-_Walters_37364
atelier-farandole

Un rythme obsédant

J’ai revu avec émotion BIT de Maguy Marin, au Volcan, proposé par Le Phare d’Emmanuelle Vo Dinh. La farandole, c’est le souvenir têtu qui m’est resté de ma première vision de BIT à Paris.
Cette danse populaire, proche aussi du « sirtaki », que les membres déroulent sous forme de branle en chaîne, pratiquée, dit-on, au cours de toutes les réjouissances populaires, s’enroule, disparait, réapparait, gravit les plans inclinés d’un décor encombrant. Entre eux on se glisse, se dissimule, il faut les parcourir sans se rompre le cou, en vêtements simples ou de fête. La farandole, un entrelacement d’êtres en train de danser, avance avec un naturel et une fluidité enviables, dus sans doute à un travail répété. Certains citent Dante dans « Le purgatoire » de « La divine comédie » : Cette montagne est telle qu’elle est toujours rude pour commencer ; mais plus on monte, et moindre est la fatigue.  Le titre – BIT, beat – traduit « le rythme binaire » du langage informatique (symboliquement, comme le code 1 ou 0, il n’y a pas de choix, soit on danse, soit on disparait.) mais aussi « la cadence », celle de la composition musicale également .

atelier-farandole
Quoiqu’il arrive, de noir, de cruel, de terrible, de barbare, le groupe se reforme, serpente, reprend avec ténacité, presqu’avec indifférence, le rythme de vie qui est celui de cette ronde répétitive. C’est parfois une danse macabre. Dante encore dans « L’enfer ». « Laissez toute espérance en entrant dans l’Enfer ! » Au sommet d’une porte en sombres Caractères Je vis gravés ces mots Chargés de noirs.
Evocations d’orgies – le glissement des corps dénudés sur le plan couvert d’une étoffe rouge est d’une grande douceur, on ne sait plus si le sexe ou la mort réunit ces corps alanguis – visions crues de viols, de morts profanés, messes noires, pluie d’or, amplifiées par la musique de Charlie Aubry, minimaliste, lancinante, qui lance aussi des bruits de guerre, des pulsations des horreurs dont toutes les époques sont, hélas, coutumières. Les scènes sont picturales, on pense souvent au Moyen-Age, à Brueghel l’ancien, Jérôme Bosch, Hans Memling…

Pour certains spectateurs, c’est insupportable. Il est vrai que la chorégraphe, dans sa peinture radicale des êtres humains, ne craint pas l’expressionnisme. Je vois dans BIT la condition humaine, sans romantisme, sur le fil du temps, le temps court de la vie et celui de l’histoire. L’humanité est menée par le bout du nez, entre ses pulsions de mort et ses pulsions de vie, irrépressibles.
La vie malgré tout. Jusqu’à la dernière image, celle d’un saut dans le vide, comme on se jette dans la mort. C’est beau et c’est terrible. Cut.
Isabelle Royer

 

 

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
7eme grande conversation – Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues, la ville transformée Le vendredi 13 avril prochain, l’association MCH recevra François Delaroziere, directeur artistique de la Cie la Machine. Il aura carte blanche, à la bibliothèque Oscar Niemeyer, à 18h 30. L’entrée sera libre. Il parlera de sa démarche, de sa collaboration avec les artistes, les techniciens et les décorateurs qui
10 MN CHRONIQUE – VIVACULTURE – sur Ouest Track.com, le dimanche à 11h
A retrouver sur notre site www.asso-maisondelaculture.fr dans Actualités / Rubrique des spectateurs 2017 14 mai : Une ville qui fait rêver le monde, exposition Los Angeles, à Lyon 28 mai : histoires de musées 11 juin : faire la fête, les 500 ans du Havre 25 juin : Une série culte : Le prisonnier. 09
Razzia, un film de Nabil Ayouch  Ou l’art de se tromper de colère.  1982. Un instituteur renonce à ce qui fait sa joie : enseigner aux enfants la beauté du monde. L’arabisation forcée exerce sa violence religieuse jusque dans ces superbes montagnes reculées de l’Atlas marocain, et les écoliers kabyles, magnifiquement filmés, n’y comprennent plus rien.
Apéro des spectateurs du 20 mars 2018 au Monte-Cristo
C’était un petit apéro de printemps mardi, agréable et sympathique. Comme on n’était que 4 (Isabelle, Liliane, Sylvette et moi) on a pris le temps de bavarder. Sylvette était curieuse de savoir ce qu’on avait pensé de sa soirée aux Yeux d’Elsa consacrée au Printemps des poètes. Liliane qui aime beaucoup cet endroit pour l’ambiance
7eme Grande conversation  -Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues – La ville transformée Carte blanche à François Delaroziere L’association MCH – Maison de la Culture du Havre, invite François Delaroziere, le vendredi 13 avril 2018, à 18h30, à la Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre, pour la 7e édition de la Grande Conversation. François Delaroziere, pendant son compagnonnage avec le Royal
PETIT RESUME DE L’ APERO DES SPECTATEURS DU 20/2/2018
Une pièce de théâtre : « Love and money » (THV : théâtre de l’Impossible)  Bien jouée ; pièce intéressante et mise en scène plaisante. Mais certaines personnes ont trouvé que les différentes phases de la pièce donnaient un aspect décousu et longuet, parfois. En fait, la pièce était conçue comme une  série de sketchs sur un même thème. Personnellement,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...