Chantons en français !

Le Tetris et l’association Maison de la culture du Havre vous invitent à fêter le français sur les scènes musicales actuelles le samedi 12 mars à 15h lors d’une grande conversation ouverte à tous.
Pourquoi des artistes choisissent-ils de chanter en français ? Comment s’y préparent-ils ? Existe-t-il des formations spécifiques ? Sur quelles scènes se produire ? Et pour quel avenir ? Chanter en français est-il démodé ? Ou pas…
Vous pourrez en débattre avec les invités présents au Snake (le bar du Tetris). Des chanteurs de tous horizons, des universitaires qui présenteront leurs filières originales et créatives (Bordeaux, Le Havre), le directeur du Trianon Transatlantique, scène conventionnée chanson francophone, un chef d’entreprise spécialisé dans l’import de musique et un avocat défenseur du droit de la langue française.
Et pour ceux qui en veulent plus, le Tetris accueillera à 20h30 le concert de Mass Hysteria.
Et tout ça en français avant la grande semaine de la Francophonie !
Christine Baron /MCH
http://static.booska-p.com/images/sons/ladea-j-ai-le-power-normal.jpg

       

A propos de l'auteur

Commentaires

  • By Isabelle Royer - on

    Le français fait de la résistance

    Le Monde.fr | 17.03.2016 à 09h50 | [Revu et… corrigé] La chronique hebdomadaire de Lucien Jedwab, correcteur au « Monde ».

    C’est la Semaine de la langue française et de la francophonie. Vais-je faire la moue ? Non. Quoique… Il aura été question des « menaces » qui pèsent sur le français, et même de sa « survie ». Un mot, en ­particulier, aura été écrit et prononcé : « invasion ».

    En cause, l’anglo-américain, « cheval de Troie » d’une économie pas si virtuelle. (…)Et quelques-uns de ces bug , chip , download , e-mail , hacker , hashtag , plug&play , reset , ­ smartphone , streaming ou worm ont été supplantés par des mots ­compris à Domrémy comme puce ou ver. Alors même que d’autres peinent à s’imposer (on ne gagne pas une « guerre » au premier coup tiré) : ainsi mot-dièse ou téléphone intelligent. Et que d’autres encore font jeu égal, comme courriel (dû à nos amis québécois, qui sont sur la ligne de front) ou pirate.

    Il faut dire qu’il y eut des précédents, au XIXe siècle, avec la Perfide Albion, qui prétendait contribuer à la ­régénération ­morale et physique de notre jeunesse. Nous y gagnâmes, entre autres, le tennis, le football ou le golf (pas le cricket, thank God ! ). Mais le français n’en est pas mort pour autant… Autre précédent, où des ­puristes, déjà, montèrent au créneau (les châteaux forts allaient pourtant perdre les leurs) : la Renaissance, avec son « envahissement » de mots italiens qui nous donnèrent ballet, banque, bombe, courtisane, escale, mascarade ou violon.

    Conclusion ? Il n’y a pas de langue « pure ». Nos voisins par-delà le « Channel » en savent quelque chose : plus de la moitié de leur vocabulaire est d’origine… française. Et je ne pense pas aux « c’est la vie », « déjà vu » ou « bon appétit ». Mais à blue jean (bleu de Gênes) ou denim (toile de Nîmes) ; manager (­ménager) ou ticket (estiquet) ; caddie (cadet) ou hockey (hoquet) ; ­ poney (poulenet) ou poultry (pouletrie). Même tennis (« tenez ») et… sport (desport, « amusement ») en sont. Alors, un partout, la balle au centre ?
    Lucien Jedwab
    Journaliste au Monde

    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/m-actu-chroniques/article/2016/03/17/le-francais-fait-de-la-resistance_4884358_4573473.html#W2px6dpvus8IAqlX.99

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Jean Defrêne, adhérent de notre association, homme politique et militant associatif, est mort
Jean Defrêne,  maire honoraire de Rouelles, membre du Parti Socialiste puis du Parti radical de gauche au Havre, ancien maire de Rouelles et adjoint au
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,
Thelma recherche Louise désespérément…au Bastringue.
Le choix du titre fait référence à deux  film,  Thelma et Louise de  Ridley Scott (1991)et Recherche Suzanne désespérément de Suzanne Seidelman (1985). Les deux

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...