Temps fort autour de l’orgue contemporain

Vendredi 6 novembre – 20h30 Eglise Saint-Genès-des-Carmes à Clermont-Ferrand

Temps fort autour de l’orgue contemporain: Kevin Bowyer (Ecosse)

Considéré par Bach, Mozart et tant d’autres comme le « roi des instruments », l’orgue cumule des caractéristiques exceptionnelles que l’on ne retrouve dans aucun autre instrument de musique : polytimbral, monumental, le plus souvent intransportable, puissant, à la tessiture la plus étendue qui soit, beau à voir, aux possibilités acoustiques inépuisables. 

Deux jours durant, l’orgue contemporain se fera entendre dans toute sa diversité avec la complicité d’ artistes et  de compositeurs français et écossais.

Titulaire de cinq premiers prix internationaux, interprète d’un large répertoire tant classique que contemporain, Kevin BOWYER est reconnu comme l’un des plus brillants jeunes organistes actuels. Jean-Luc Guionnet a composé pour lui la pièce « Fernwerk ».

Samedi 7 novembre – 11h00

 Temps fort autour de l’orgue contemporain (suite)

Deuxième concert d’orgue avec des oeuvres qui transcendent les idées reçues et enrichissent l’écoute du répertoire. Une musique profonde et révolutionnaire.

Solo d’orgue Samedi 7 novembre – 18h00 Cathédrale

Incline

Musicien atypique mêlant différents projets sonores,  Jean-Luc Guionnet divise son travail en autant de parties qu’il lui est offert d’occasions d’agir et de penser par le son. Entrer dans le ventre de la machine, voilà ce qu’il nous propose ici. Une expérience unique, un voyage dans l’architecture, une nef, un choeur, un bâtiment dans un bâtiment.  C’est une entrée dans cette mécanique comme dans une façon de penser.

Concert orgue et mix numérique Samedi 7 novembre – 20h30 Cathédrale de Clermont

ORGAN(E) mixage numérique pour orgue

Avant de plonger dans un univers sensoriel hors du commun avec la création « Organ(e) », en prélude, l’orgue de la cathédrale résonnera de tout son corps, avec l’oeuvre de Liszt « Prélude et fugue sur le nom de Bach » dont le final grandiose est impressionnant.

Organ(e) est une invitation à la dérive et au voyage, un concert sensitif joué et mixé en direct.

Mix numérique pour orgue, à la recherche des phénomènes sonores subtils. Le studio d’enregistrement rencontre l’orgue, pour une dérive harmonique, une expérience de concert à 360°, à quatre mains et deux pieds.»

 

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Portrait fragmenté
George Sand, Aurore Dupin, fragments d’intimité Isabelle Krauss est George Sand. On connait la romancière auteure de plus de soixante-dix romans, cinquante volumes d’oeuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques. Aurore Dupin est devenue George Sand. A une époque où les femmes étaient sous la tutelle d’un
L’Histoire en chansons
Chat noir Ces comédiens, chanteurs, danseurs sont alertes, vifs, souvent drôles. Ils ont étudié précisément les documents, et composent une reconstitution historique. Ils nous invitent à pousser la porte d’un cabaret mythique Le Chat noir ouvert par Rodolphe Salis entre 1882 et 1897. Le créateur applique une nouvelle formule avec poètes, musiciens, chansonniers, peintres. Fantaisie,
Dieu est un chômeur de plus
Le CV de Dieu Le choix des comédiens est capital. C’est une lapalissade, mais si Dieu n’était pas interprété par JF. Balmer, la pièce de Jean-Louis Fournier n’aurait pas la même saveur.  On l’a vu au cinéma, à la télévision, au théâtre. Il a joué Louis XVI, Richard Wagner, Henry IV, Racine, Malesherbes, Georges Pompidou…C’est
Le comédien est un boxeur
L’effort d’être spectateur Pendant un long moment Pierre Notte a des gants de boxe : une sorte de Prométéo à la Rodrigo Garcia, mis en scène par François Berreur,  vu au Volcan, au Havre, il y a plusieurs années. Prométéo, le Titan qui a donné l’art aux hommes  : « Comme le boxeur, qui se relève
L’homme qui a des amis n’est pas un raté
La vie est belle On pourrait s’étonner qu’une compagnie adapte au théâtre le film La vie est belle de Franck Capra, avec James Stewart, d’après The greatest Gift, une nouvelle de Philip Van Doren Stern. Ce film d’après-guerre, 1946, est devenu un classique projeté à Noël, adoré par les américains et par les cinéphiles. La
Une rencontre
Une chambre en attendant Son fils est parti « faire le djihad ». Il a 20 ans. Depuis, son père dit qu’il est parti en voyage. Dans une chambre d’hôtel à la frontière turco-syrienne, il attend, son fils l’a appelé pour rentrer. Il est venu et il tourne en rond.               

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...