Street artistes havrais au Sonic

Dans Paris Normandie :

“Le Sonic accueille jusqu’à la fin du mois l’exposition collective de quatre street artistes havrais : Konze Tipé, El Cuervo, Teuthis, Kero. Dans des univers artistiques très différents, ces artistes ont pour point commun de s’exprimer dans la rue à travers le graff, les collages ou les stickers…

Cette belle exposition riche de vingt-cinq œuvres a déjà séduit de nombreux visiteurs. « C’est l’occasion de montrer au public un autre volet de notre travail », confie Guillaume El Cuervo à qui l’on doit d’avoir réuni ces artistes aussi différents que talentueux. Créateur du sympathique personnage baptisé « Capuche boy » par ses fans, habituellement collé sur les façades ou accroché aux gouttières des bâtiments havrais, Guillaume El Cuervo a travaillé d’autres formats pour installer son personnage sur les murs du Sonic, en apesanteur entre rêve et réalité…

On retrouve également les sérigraphies de Kero, peintre graphiste havrais dont on apprécie le mélange d’inspiration africaine et d’influence graffiti. Il revisite les masques africains en les retravaillant à l’ordinateur pour les transformer en logos. « L’intérêt de cette exposition est d’y découvrir des styles très éclectiques. Nos quatre univers artistiques se côtoient pour montrer que le graffiti ne se résume pas à un nom sur un mur », explique-t-il.

Enfin, un autre graffeur, Konze Tipé présente ses portraits « directement inspirés des Simpsons, de Picasso et d’Hofmann ». L’exposition ne serait pas complète sans les mystérieuses créatures marines de Theutis, directement inspirées du dessin naturaliste. L’artiste expose quelques dessins préparatifs aux nombreux collages qu’il dispose au gré de ses envies dans notre ville.”

Jusqu’au 29 février au Sonic (Fort de Tourneville rue du 329e-R.I.). Entrée libre du mardi au dimanche de 13 h 30 à minuit et le samedi de 13 h 30 à 20 heures.

 
 
 
 
       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon
Quoi qu’il entreprenne, Aurélien Bory place son évolution sous le signe des rencontres.
Aurélien Bory, à la tête de la Compagnie 111 depuis 2000, a dégagé un espace spectaculaire inédit entre cirque, danse, musique et théâtre, avec l’obsession de
Cirque Plume : “Nous avons conçu des spectacles populaires sans verser dans le niaiseux ni le commercial. “
Pour quelles raisons avez-vous décidé de mettre fin à l’aventure du Cirque Plume en annonçant votre dernier spectacle ? Cette création est le début d’une aventure, pas la
Enquête sur les représentations de la culture
C’est dans une indifférence médiatique presque totale que le ministère de la Culture a publié en septembre dernier une enquête sur les représentations de la

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...