Street art à Rouen : “une vraie histoire avec la rue et sa culture”

Dans Le Monde, Emmanuelle Jardonnet se réjouit des fresques urbaines installées cet été :

“(…) Rouen est apparue sur la carte du street art mondial. (…) L’ambition de la municipalité, en se lançant dans l’aventure à l’occasion de la 3e édition de sa triennale d’art dans l’espace public, « Rouen Impressionnée », était de « mettre en dialogue le patrimoine et les courants artistiques actuels » pour « décaler le regard » sur la ville, explique Christine Argeles, 1re adjointe en charge de la culture. Pour mener à bien ce projet de commande – auquel a été allouée une enveloppe de 120 000 euros (dont 40 000 de la ville et 30 000 de l’Etat) –, l’équipe a pris contact avec le Parisien Olivier Landes, repéré pour son travail dans l’ancienne casse du Fort d’Aubervilliers, l’In Situ Art Festival, en 2014.

Mandaté en tant que commissaire d’exposition, cet urbaniste de formation parle plus volontiers de « scénographie urbaine », où les œuvres épousent les contours et les problématiques de la ville. « J’ai observé les flux de la ville, et l’identité de ses différents quartiers, sélectionné des murs clés, puis choisi des artistes en fonction des caractéristiques de chaque lieu pour construire le parcours comme une expo », explique-t-il.

De cette grille de lecture ont émergé trois quartiers contrastés : celui du port, en plein renouveau, le centre-ville historique et un quartier populaire périphérique dans les hauteurs de la ville. « A ces trois zones correspondaient trois enjeux, précise l’adjointe à la culture : dans un quartier en devenir, on pouvait se permettre l’audace ; dans le centre-ville, au patrimoine dense et classé, il s’agissait de s’inscrire dans des contraintes fortes. Pour les Hauts de Rouen, l’enjeu était double : celui de l’appropriation des œuvres par les habitants d’un côté, de l’autre la possibilité de changer l’image et la perception du quartier. On monte désormais aux Sapins pour aller découvrir les fresques, et les gens sont frappés par son côté paisible et vert, c’est une réussite ! »(…)

La fresque ludique imaginée par le Lyonnais Brusk, qui a déployé un calamar mutant sur un bâtiment longiligne en bordure de la Seine.

Le calamar graffé de Brusk sur un quai de Rouen.

(…) Dans le quartier des Sapins, qui fut le premier ensemble de barres d’immeubles de la ville, dans les années 1950, l’approche est tout autre. « L’urbanisme est ici très répétitif, l’objectif était donc de rompre cette monotonie avec de nouveaux repères visuels, tout en prenant en compte que c’est un lieu de vie : les gens voient ces fresques depuis leur salon », précise Olivier Landes. « Dans ce dialogue avec l’espace public et l’urbanisme, on s’attendait à des réticences, donc nous avons énormément accompagné la phase de production et associé les écoles », souligne l’élue.

En résulte un parcours piéton à travers le quartier, où les pignons des immeubles réservent de belles surprises. (…)

L’immense pochoir de Jana & JS sur la salle de spectacles du quartier.
La fresque au pochoir du duo Jana & JS à Rouen.

(…) L’approche contextuelle et sensible de la ville fait moins de « Rouen Impressionnée » un « coup » qu’une proposition sur mesure, sorte de mise en abyme urbaine donnant de l’épaisseur à l’expérience et où la cohérence prime sur le « name-dropping » mural. « Les artistes sont très preneurs de contexte, qui ancre les œuvres dans leur environnement et permet d’aller au-delà de la belle photo qui sera diffusée sur Internet », souligne Olivier Landes. A noter que la majorité des peintres sélectionnés ici sont issus du graffiti. « Je préfère ce type de profils, qui ont une vraie histoire avec la rue et sa culture, qu’un parachutage pour embellir les murs », concède-t-il.

Détail de la fresque de Robert Proch sur le cinéma l’Omnia.
Détail de la fresque de Robert Proch sur le cinéma l’Omnia. ROUEN IMPRESSIONNÉE

D’une rangée d’une vingtaine de petites fenêtres, l’artiste a créé un effet de pellicule en mouvement dans une foule de visages et de silhouettes aux tons ocres, qui font habituellement partie de sa palette et respectent l’harmonie des couleurs de ce secteur protégé. « C’est un exploit de la part de l’artiste.” (…)

Une surface gravée par Alain Rault, dont les interventions dans les rues de Rouen ont été intégrées au parcours de street art.
Une surface gravée par Alain Rault, dont les interventions dans les rues de Rouen ont été intégrées au parcours de street art. ROUEN IMPRESSIONNÉE

Dans le parcours du centre-ville, le commissaire a intégré une œuvre à part, étrange joyau qui relève de l’art brut : celle d’Alain Rault, clochard soixantenaire et figure mutique et solitaire du quartier de la gare. Il pratique un « graffiti » gravé dans la lignée des traces immortalisées par les photos de Brassaï.

« Rouen Impressionnée », jusqu’au 26 septembre. Les visites, organisées tous les week-ends, devraient continuer au-delà. La mairie a également édité trois cartes détaillant chaque projet. www.rouenimpressionnee.fr

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/arts/article/2016/09/07/rouen-se-laisse-surprendre-par-le-street-art_4994074_1655012.html#usZBgFSF2dYBbm08.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
  Smart factory, la fabrique d’œuvres d’art, au Tetris Il resta silencieux pendant un long moment Il se tut pendant un moment Il était
            Il est des fictions qui rassemblent toutes les générations, et cela sur plusieurs années. Le Prisonnier, série télévisée de
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...