Spectacle événement « Décris-Ravage » d’Adeline Rosenstein

Cinq comédiens sans ornement et dépourvus d’artifice pour ce détournement brillant de la conférence-spectacle. En deux parties vivifiantes et bienveillantes ils nous racontent sans pathos l’histoire d’un conflit qui prend ses racines au XVIIIème siècle.

 Il sera présenté le mardi 30 janvier à 19h au Théâtre Le Passage (présenté également à Avignon l’été dernier au théâtre de Doms). Dans Décris-ravage, l’artiste allemande qui a grandi à Genève, étudié à Jérusalem et Berlin, travaillé entre Buenos Aires et Bruxelles, donne à voir une série de conférences historiques théâtrales consacrées à l’histoire de la « Question de Palestine ».

decris ravages1

La formule de « spectacle documentaire », si elle est pourtant absolument juste, ne suffit pas à rendre compte de la spécificité de Décris-Ravage dans sa simplicité, sa vitalité, son intelligence et son efficience théâtrales, de la pertinence de sa forme pour l’entreprise de compréhension qui est la sienne. (…)

Aucun « document » (vidéo, enregistrement sonore, photographie, cartes…) n’est ainsi présent en tant que tel sur la scène : leur évocation passe toujours par la voix et le corps des interprètes-enquêteurs, dans le dispositif scénique minimal d’un plateau presque nu. Ainsi de la parole des témoins convoqués, mais aussi, peut-être de manière encore plus significative, des images, photographiques ou cartographiques : puisqu’il s’agit bien de défaire les clichés et les images trompeuses, que cette histoire est aussi une histoire de regard porté et concrètement déformant de l’Occident sur l’Orient, il importe alors de décrire ces images pour les déconstruire, les lire, en soulever les possibles non réalisés (le « passé préféré », comme le dit une belle expression du spectacle)….

Très documenté, nourri de récits cinglants, de témoignages intimes, de pièces du répertoire arabe, ce spectacle prend de la hauteur historique. Partant de la fin du XVIIIe siècle, il parcourt les ravages du colonialisme jusqu’à 1948, date de la création de l’Etat d’Israël.

Six épisodes pour tenter de démêler l’énorme nœud de ce conflit, en reclassant les faits, les cartes et les argumentaires.
> pour en savoir + : http://www.theatrelepassage.fr/saison/d%C3%A9cris-ravage
>
> Les adhérents de l’association MCH pourront réserver des places pour le spectacle « Décris-Ravage » à un tarif préférentiel de 11 € (au lieu de 16€). Pour cela, merci d’écrire : helene.emery@theatrelepassage.fr
>
> Le spectacle « Décris-Ravage »- mardi 30 janvier à 19h :
> Durée : 4h avec entracte
> Le spectacle est constitué de 6 épisodes de 30 minutes avec de courtes pauses entre chaque épisode, d’une durée de 5 à 10 minutes et une grande pause au milieu pour se restaurer (repas syrien : 8€).
> Pour en savoir plus sur le spectacle : https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-thibaudat/blog/140216/decris-ravage-d-adeline-rosenstein-repond-bien-la-question-de-la-palestine

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Portrait fragmenté
George Sand, Aurore Dupin, fragments d’intimité Isabelle Krauss est George Sand. On connait la romancière auteure de plus de soixante-dix romans, cinquante volumes d’oeuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques. Aurore Dupin est devenue George Sand. A une époque où les femmes étaient sous la tutelle d’un
L’Histoire en chansons
Chat noir Ces comédiens, chanteurs, danseurs sont alertes, vifs, souvent drôles. Ils ont étudié précisément les documents, et composent une reconstitution historique. Ils nous invitent à pousser la porte d’un cabaret mythique Le Chat noir ouvert par Rodolphe Salis entre 1882 et 1897. Le créateur applique une nouvelle formule avec poètes, musiciens, chansonniers, peintres. Fantaisie,
Dieu est un chômeur de plus
Le CV de Dieu Le choix des comédiens est capital. C’est une lapalissade, mais si Dieu n’était pas interprété par JF. Balmer, la pièce de Jean-Louis Fournier n’aurait pas la même saveur.  On l’a vu au cinéma, à la télévision, au théâtre. Il a joué Louis XVI, Richard Wagner, Henry IV, Racine, Malesherbes, Georges Pompidou…C’est
Le comédien est un boxeur
L’effort d’être spectateur Pendant un long moment Pierre Notte a des gants de boxe : une sorte de Prométéo à la Rodrigo Garcia, mis en scène par François Berreur,  vu au Volcan, au Havre, il y a plusieurs années. Prométéo, le Titan qui a donné l’art aux hommes  : « Comme le boxeur, qui se relève
L’homme qui a des amis n’est pas un raté
La vie est belle On pourrait s’étonner qu’une compagnie adapte au théâtre le film La vie est belle de Franck Capra, avec James Stewart, d’après The greatest Gift, une nouvelle de Philip Van Doren Stern. Ce film d’après-guerre, 1946, est devenu un classique projeté à Noël, adoré par les américains et par les cinéphiles. La
Une rencontre
Une chambre en attendant Son fils est parti « faire le djihad ». Il a 20 ans. Depuis, son père dit qu’il est parti en voyage. Dans une chambre d’hôtel à la frontière turco-syrienne, il attend, son fils l’a appelé pour rentrer. Il est venu et il tourne en rond.               

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...