Shakespeare, auteur du 21ème siècle !

Dans le journal Le Monde, Aureliano Tonet analyse l’actualité de Shakespeare.

“De tous les dramaturges, le bon vieux William Shakespeare reste le plus « bankable ». Jugez plutôt : l’auteur de La Tempête figure au programme de tous les festivals majeurs de l’année écoulée – même les intermittents, pourtant spécialistes en matière de perturbations, n’ont jamais soufflé sur autant de manifestations d’affilée. Le Macbeth mis en scène par Brett Bailey fut l’un des temps forts du Festival d’Automne à Paris, à 2014 ; le même Macbeth, cette fois adapté par Justin Kurzel, figurait en compétition à Cannes, en mai ; le Songe d’une nuit d’été, monté par Tim Robbins, ouvrait en juin les Nuits de Fourvière, à Lyon, avant d’offrir au festival d’art lyrique d’Aix-en-Provence l’un de ses sommets, dans la version de Benjamin Britten et Robert Carsen ; quant à Avignon, ce fut un tsunami, du Roi Lear renversé d’Olivier Py au Richard III renversant de Thomas Ostermeier, en passant par les irréversibles Antoine et Cléopâtre de Tiago Rodrigues – l’exposition consacrée à Patrice Chéreau par la collection Lambert, dans la Cité des papes, allait jusqu’à proposer une salle entière aux rapports entre Shakespeare et le défunt metteur en scène.
L’emballement déborde, du reste, le strict cadre festivalier. Cet été, les célèbres adaptations réalisées par Orson Welles – Macbeth, Othello, Falstaff – sont opportunément ressorties en salles et sur DVD ; et l’on ne compte plus les parallèles opérés par de jeunes metteurs en scène, de David Bobée à Thomas Jolly, entre les récits shakespeariens et les feuilletons télévisés les plus en vue, de « Game of Thrones » à « Mad Men ».
L’auteur de Comme il vous plaira plaît, donc, plus que jamais : « Why, what’s the matter ? », pourrait-on le paraphraser. Les plus pragmatiques se raccrochent au calendrier : on célébrait, en 2014, le 500e anniversaire de sa naissance, on commémorera, en 2016, le 450e anniversaire de sa mort, et Dieu sait à quel point notre culture marchande raffole de ces piqûres de rappel. Mais c’est oublier combien la vie du barde de Stratford-upon-Avon reste nébuleuse – les biographes se contredisent, qui sur l’année où il aurait vu le jour, qui sur les circonstances de son décès, qui sur la paternité même de ses œuvres.
Hypothèse plus probante : Shakespeare serait le premier auteur « global ». Toutes les passions humaines, toutes les situations, tous les genres dramatiques figureraient dans son corpus – une universalité d’autant mieux propagée que la langue de Shakespeare est aussi celle, depuis quelques décennies, de la mondialisation.
On le sait, les sphères hypnotisent par leur capacité à tourner sur elles-mêmes. Voilà peut-être ce qui, chez le fondateur du théâtre du Globe, fascine tant à la ronde : son théâtre n’est fait que de cercles, vicieux ou vertueux, de récits en spirales, de girations exponentielles et haletantes. Toupie or not toupie : d’une pièce à l’autre, le meurtre appelle le meurtre, le mensonge appelle le mensonge, l’amour appelle l’amour, et ainsi de suite – tant et si bien que, vertige des vertiges, Shakespeare appelle Shakespeare.”
tonet@lemonde.fr
• Aureliano Tonet
Journaliste au Monde

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,
Thelma recherche Louise désespérément…au Bastringue.
Le choix du titre fait référence à deux  film,  Thelma et Louise de  Ridley Scott (1991)et Recherche Suzanne désespérément de Suzanne Seidelman (1985). Les deux
Dom Juan au 21ème siècle
DOM JUAN, Myriam Muller / Théâtre de Caen, janvier 2017 Myriam Muller, metteure en scène luxembourgeoise, n’a pas froid aux yeux : elle prend le chef d’œuvre

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...