Reparer_les_vivants

Seul en scène, pour l’amour d’un livre.

Reparer_les_vivantsFabienne Darge revient sur le succès de Réparer les vivants, présenté au théâtre du Rond-Point à Paris.

“En juillet 2015, Emmanuel Noblet est ainsi arrivé dans le festival « off » d’Avignon avec Réparer les vivants, un spectacle qu’il avait conçu lui-même, et dans lequel il jouait seul, d’après le formidable roman de Maylis de Kerangal (éd. Verticales, 2014). En quelques jours, le bouche-à-oreille s’est ­répandu comme une traînée de poudre dans la cité des Papes, et Réparer les vivants a été le grand succès public et critique du « off » 2015.

(….) Les théâtres de France et de Navarre s’arrachent ce spectacle modeste dans sa forme, mais infiniment juste et émouvant, et de grande portée quant à ce qu’il raconte de l’humain et de notre société.

En cette rentrée, voilà Emmanuel Noblet pour un mois au Théâtre du Rond-Point, à Paris, avant de repartir encore et encore sur les routes. (…)”

Le comédien témoigne de son parcours :

« A partir de la deuxième année au Conservatoire de Rouen, j’ai senti que j’étais vraiment passionné, raconte-t-il. Mais j’ai raté d’un cheveu les concours du ­Conservatoire national et de l’école du TNS [Théâtre national de Strasbourg], parce que je n’avais pas tous les tuyaux pour préparer les scènes demandées. Et de nos jours, il est devenu quasi impossible de travailler avec les metteurs en scène majeurs du théâtre public si vous ne sortez pas de ces grandes écoles. Leur accès vous est tout simplement fermé. »

Il le déplore, lui qui est depuis quinze ans un spectateur assidu, admirateur inconditionnel de Claude Régy, de Joël Pommerat ou de Jean-François Sivadier, notamment. Après être passé par l’Académie théâtrale de Limoges, pourtant, Emmanuel Noblet n’a cessé de jouer, à Rouen, surtout, avec Sophie Lecarpentier et Yann Dacosta. « Beaucoup de classiques, mais aussi des créations ­contemporaines. Toujours des seconds rôles. Parallèlement je ­faisais de l’assistanat, avec Xavier Durringer, notamment. Je n’étais pas malheureux. »

Emmanuel Noblet, comédien : « J’ai su immédiatement que ce livre était pour moi »

Et puis un jour, à l’aube de ses 39 ans, tout s’est arrêté. Le trou, le rien, comme cela arrive à tant d’acteurs. C’était l’hiver 2013-2014, Emmanuel Noblet était sur le point de perdre ses droits à l’assurance-chômage des intermittents du spectacle, quand il a lu un article dans Le Monde des livres (..) Le 3 janvier, j’ai acheté Réparer les vivants, que j’ai lu dans la journée, en voyant, à chaque page que je tournais, comment je ferais telle scène, et telle autre. »

Emmanuel Noblet a emprunté de l’argent à sa petite sœur, ­bricolé sa scénographie sur la ­table de sa cuisine, puis il a reçu le soutien de la Maison de la ­poésie, à Paris, et du Centre dramatique national de Normandie, à Rouen, où David Bobée, qui venait d’être nommé, avait envie de donner leur chance à des artistes qui ne soient pas déjà connus.

Et tout s’est enchaîné, avec un succès inespéré, qu’Emmanuel Noblet goûte sans barguigner, mais non sans une légère inquiétude. Celle d’être enfermé dans « le rôle du garçon idéal pour les seuls-en-scène à base de roman contemporain ».(…)

Réparer les vivants, d’après le roman de Maylis de Kerangal. Adaptation, mise en scène et interprétation : Emmanuel Noblet. Théâtre du Rond-Point, 2 bis, av. Franklin-Roosevelt, Paris 8e. Tél. : 01-44-95-98-21. Du mardi au samedi à 21 heures, dimanche à 15 h 30, jusqu’au 9 octobre. Durée : 1 h 20. Puis tournée jusqu’en mai 2017. www.theatredurondpoint.fr

 
  • Fabienne Darge
    Journaliste au Monde

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/scenes/article/2016/09/07/emmanuel-noblet-un-jeune-second-en-haut-de-l-affiche_4993642_1654999.html#gtuZlQbfzuIOL7Le.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
  Smart factory, la fabrique d’œuvres d’art, au Tetris Il resta silencieux pendant un long moment Il se tut pendant un moment Il était
            Il est des fictions qui rassemblent toutes les générations, et cela sur plusieurs années. Le Prisonnier, série télévisée de
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...