Serge Reneau, Mai 68, Une révolution culturelle au Havre

Serge Reneau, Mai 68, Une révolution culturelle au Havre,

dans la dernière livraison des Cahiers Havrais de Recherche Historique, recueil 77, disponible à la Galerne.

En une trentaine de pages très illustrée (certaines issues de nos archives) qui reprennent sa conférence donnée en 2018, Serge retrace avec précision et vivacité le bouillonnement de ce mois là, dont la MCH (dite alors MDC) fut le principal épicentre grâce à l’implication totale du directeur Marc Netter, de son équipe, et de toutes les forces vives du Havre.

En Mai 68, la région havraise connaît une incroyable expérience, que l’historien Serge Reneau n’hésite pas à qualifier « de révolution culturelle » . Cette fois, la tempête ne vient pas de la mer mais des terres. Dans de très nombreuses usines occupées, la Maison de la culture du Havre, un établissement inauguré sept ans plus tôt par André Malraux, propose des spectacles et activités culturelles pour les ouvriers en grève, avec le concours des comités d’entreprise.

Sous la houlette de son directeur, Bernard Mounier, cette maison conduira 259 interventions dans 47 entreprises, au grand déplaisir d’ailleurs du ministre du général de Gaulle qui demandera en vain au directeur « de quitter cette sédition ». Au programme : le mime René Quellet, le chanteur Léo Ferré, le violoniste Ivry Gitlis, la compagnie de théâtre havraise Le Tableau gris, des projections de films, etc. . Cinquante ans plus tard, Ginet Dislaire, alors âgée de 20 ans et chargée de l’accueil à la Maison de la culture, garde un souvenir « extraordinaire » de cette expérience « magique » : « C’était une grande fête, un émerveillement total, une découverte permanente et une convivialité incroyable. Nous étions dans l’utopie, nous pensions que le monde allait changer, devenir plus juste ».

« C’est quand même assez unique ce qui s’est passé là, et c’est une initiative culturelle venue du monde syndical. Ça nous changeait des CE qui ne faisaient rien hormis des arbres de Noël ou des repas pour les anciens », renchérit Alain Bozec, 17 ans à l’époque et déjà jeune militant. Pour Jacky Maussier, président de l’institut CGT de l’histoire sociale de Seine-Maritime, le plus intéressant est que ce ne fut pas qu’un feu de paille : « Certains CE ont continué par exemple d’inviter une fois par mois un écrivain pour débattre avec les salariés. Il y a eu aussi une mutualisation des moyens entre plusieurs CE pour faciliter l’accès à la culture ». Serge Reneau explique ce mouvement par les particularités du Havre, une ville ouvrière, communiste et syndiquée, où la dynamique du mouvement social n’est pas venue des étudiants comme dans les villes universitaires.

http://asso-maisondelaculture.fr/sortie-evenement-culturel/mai-68-au-havre-une-revolution-culturelle-serge-reneau/

 

       

Ajouter un commentaire

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...