Semaine de la langue française et de la Francophonie : « Dis-moi dix mots … en langue(s) française(s) »

La semaine de la langue française et de la Francophonie est le rendez-vous régulier des amoureux des mots en France comme à l’étranger. Elle offre au grand public l’occasion de fêter la langue française en lui manifestant son attachement et en célébrant sa richesse et sa diversité.

Cette opération de sensibilisation à la langue française, lancée par le ministère de la culture et de la communication. invite chacun à jouer et à s’exprimer sous une forme littéraire ou artistique.

Chaque année, une thématique destinée à transmettre un message sur la langue française (la langue comme lien social, la capacité de la langue à exprimer l’intime, à accueillir les inventions verbales…) et 10 mots l’illustrant sont choisis par les différents partenaires francophones : la France, la Belgique, le Québec, la Suisse et l’Organisation internationale de la Francophonie (qui représente 80 États et gouvernements).

L’édition 2016, la 21ème, met à l’honneur les variétés du français, la richesse des régionalismes francophones.

Une essencerie est une station-service au Sénégal, tandis que l’essence désigne le parfum en LouIsiane, un plat que nous désignerions comme savoureux en France est goûté à l’île Maurice, tandis que les abribus sous lesquels nous patientons sont des aubettes en Belgique…

Notre langue n’est pas uniforme, mais au contraire riche de termes et d’expressions qui expriment des réalités et des cultures différentes, selon que l’on se trouve à Bruxelles, Kinshasa, Genève, Port-au-Prince, Montréal ou Paris. 

Les dix mots de l’édition 2016 invitent à partir à la découverte du français parlé dans les différents territoires de la Francophonie :

  • en  France « chafouin » et « fada»
  • au Québec « poudrerie » et « dépanneur »
  • en Belgique  « lumerotte » et « dracher »
  • en Suisse « ristrette » et « vigousse »
  • en Haïti  « tap-tap » 
  • et au Congo « champagné ». 

En règle générale, la diffusion de ces termes n’excède pas les territoires où ils sont en usage. Si l’on s’en tient à la liste qui est proposée, une poudrerie est inconcevable en Haïti, où il drache assez peu, et commander un ristrette dans un café marseillais risque de vous faire passer pour un fada ! Et pourtant, avec un peu d’imagination ou de curiosité, on peut comprendre que lumerotte n’est pas sans lien avec la lumière et tap-tap avec un moyen de transport inconfortable… 

Ces particularismes lexicaux fécondent le français, sans pour autant empêcher la communication dans une langue partagée. Ils nous font percevoir que chaque francophone est porteur d’un imaginaire et d’une identité singuliers, qui enrichissent et nourrissent les échanges avec les francophones du monde entier.   

Grâce au travail de coordination mis en place par les associations havraises et le réseau Lire au Havre (bibliothèques municipales), la ville du Havre a reçu, une nouvelle fois, le label « Ville et village partenaire ».

L’AHAM (association havraise pour l’accueil, la médiation et l’insertion) (www.aham.fr), l’AVF (Accueil des villes de France) (avf.asso.fr/fr/le-havre), l’APFA (Actions  pour promouvoir le français des affaires) (www.apfa.asso.fr) et l’AREC ( association réseau échanges cultures) (arec.e-monsite.com/) travaillent ensemble afin de promouvoir la langue française auprès de leurs publics.

L’AREC présente au forum de l’hôtel de ville une exposition du 15 au 27 février « Dix mots, dix textes, dix photos pour la République au Havre ».

Du 1er février au 1er mars, participez au jeu-concours « Dis-moi dix mots… » dans toutes les bibliothèques et les relais lecture du Havre.

Ecrivez un petit texte en utilisant au moins trois des dix mots proposés dans la liste ci-dessus.

Bulletin de participation à retirer et à déposer dans toutes les bibliothèques et relais lecture à compter du 1er février ou via http://lireauhavre.fr/fr/evenement/jeu-concours-dis-moi-dix-motsen-langues-francaises.

Un spectacle de remise des prix aura lieu le samedi 19 mars à 15h à la bibliothèque Oscar Niemeyer. Il sera réalisé avec la complicité des élèves de la classe d’art dramatique du conservatoire Arthur Honegger.

Le 19 mars à 10h, l’APFA organise la dictée des Mots d’or pour tous à la bibliothèque Oscar Niemeyer. (Voir agenda de notre site Maison de la culture du Havre. Inscription gratuite via lireauhavre.fr)

La veille, le 18 mars, la fête de la Francophonie réunira à 14h à la bibliothèque Oscar Niemeyer, les associations partenaires afin de valoriser les productions créées par les publics accompagnés par ces associations socio-culturelles.

Le 12 mars de 15h à 18h, le Tetris (www.letetris.fr) organise en partenariat avec l’association Maison de la culture du Havre, une table ronde « si tu n’as rien à dire, chante en anglais » avec des chanteurs locaux, des professionnels de la scène, du disque et de la Francophonie, ainsi que  des universitaires impliqués dans la création littéraire et la chanson en français (Voir agenda de notre site Maison de la culture du Havre).

Le 17 mars, sur la scène du Tetris se produiront« Bon Débarras » et Michel Robichaud, artistes primés au festival international de la chanson francophone de Granby (www.ficg.qc.ca ).

       

A propos de l'auteur

Vice-président et trésorier de la Maison de la Culture du Havre. Vice-président d'Actions pour promouvoir le français des affaires.

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Portrait fragmenté
George Sand, Aurore Dupin, fragments d’intimité Isabelle Krauss est George Sand. On connait la romancière auteure de plus de soixante-dix romans, cinquante volumes d’oeuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques. Aurore Dupin est devenue George Sand. A une époque où les femmes étaient sous la tutelle d’un
L’Histoire en chansons
Chat noir Ces comédiens, chanteurs, danseurs sont alertes, vifs, souvent drôles. Ils ont étudié précisément les documents, et composent une reconstitution historique. Ils nous invitent à pousser la porte d’un cabaret mythique Le Chat noir ouvert par Rodolphe Salis entre 1882 et 1897. Le créateur applique une nouvelle formule avec poètes, musiciens, chansonniers, peintres. Fantaisie,
Dieu est un chômeur de plus
Le CV de Dieu Le choix des comédiens est capital. C’est une lapalissade, mais si Dieu n’était pas interprété par JF. Balmer, la pièce de Jean-Louis Fournier n’aurait pas la même saveur.  On l’a vu au cinéma, à la télévision, au théâtre. Il a joué Louis XVI, Richard Wagner, Henry IV, Racine, Malesherbes, Georges Pompidou…C’est
Le comédien est un boxeur
L’effort d’être spectateur Pendant un long moment Pierre Notte a des gants de boxe : une sorte de Prométéo à la Rodrigo Garcia, mis en scène par François Berreur,  vu au Volcan, au Havre, il y a plusieurs années. Prométéo, le Titan qui a donné l’art aux hommes  : « Comme le boxeur, qui se relève
L’homme qui a des amis n’est pas un raté
La vie est belle On pourrait s’étonner qu’une compagnie adapte au théâtre le film La vie est belle de Franck Capra, avec James Stewart, d’après The greatest Gift, une nouvelle de Philip Van Doren Stern. Ce film d’après-guerre, 1946, est devenu un classique projeté à Noël, adoré par les américains et par les cinéphiles. La
Une rencontre
Une chambre en attendant Son fils est parti « faire le djihad ». Il a 20 ans. Depuis, son père dit qu’il est parti en voyage. Dans une chambre d’hôtel à la frontière turco-syrienne, il attend, son fils l’a appelé pour rentrer. Il est venu et il tourne en rond.               

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...