Retour sur Avignon 2016-1983

 « Billet d’humeur »

J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes, échoppes et terrasses. 

C’était « Le Journal d’un homme de trop », de Tourgueniev, dans un hangar chauffé à  blanc par le soleil de midi que n’atténuait alors nulle climatisation. Il était porté par un acteur magnifique, membre de la compagnie Catherine Dasté, Serge Maggiani.

Alors, que me reste-t-il deux mois après, des douze spectacles vus cette année en cinq jours ? Exactement comme depuis 40 ans, une impression fréquente de déjà  vu ou d’insignifiance.

Des pièces  légères ou plus graves  (l’humour juif new-yorkais de « Visite à Mister Green », et même « Yvonne », de Grombowicz), plaisantes ,bien jouées mais au souvenir périssable.

Des tragédies aussi, très belles comme « Admète » d’Euripide en  grec moderne surtitré ou un peu plus convenues comme « Luz », sur les bébés volés par les militaires argentins…

Un coup à  l’estomac dans la Cour d’honneur peuplée et chantée par « Babel » (Cherkaoui), grande machine éblouissante et en partie énigmatique. 

Et, en 2016 comme en 1983, la certitude de préférer le théâtre nu, pauvre, évoqué par Olivier Py, celui qui confine au sacré tant il nous remue longtemps : pas de décors, ou réduits à  l’essentiel, pas d’effets spéciaux (sons, lumières, vidéos), juste des textes,  habités plus que joués par des corps et des voix d’interprètes inouïs, entre silences et proférations. Ils nous parlent en résonance très forte avec l’actualité, du devoir de rebellion, de la place des femmes, des migrants, de la guerre et du chaos et de notre pouvoir de choix.

Dans le In, à  la Chartreuse, « Pièces de guerre » d’Eschyle par Olivier Py avec Philippe Girard, Mireille Herbstmeyer et Frédéric Le Sacripan.

Dans le Off, la très troublante Histoire d’Artaud-Mômo, créée en2000 au Chêne noir par Gérard  Gelas pour Damien Rémy qui incarne littéralement un Artaud laissant le public secoué par la conférence mythique que le poète ne put prononcer au Vieux Colombier en 1947.

Toujours dans le Off, le coup de gueule du « Discours sur la servitude volontaire »  écrit à  18 ans vers 1548  par La Boétie, servi et adapté par François Clavier, seul en scène, sans accessoires ou presque.

Enfin, Mary Prince, d’après les « Mémoires »  (publiées en 1831) d’une ancienne esclave antillaise,  à  laquelle Souria Adèle offre sa voix et son émotion contenue.

Voici, plutôt que les grandes formes, des expériences qui aident à  grandir et nous accompagnent longtemps,  à  l’instar de ceux d’Ariane Mnouchkine et Peter Brook naguère.

Pour finir sur un contraste : sur le passage obligé du cloître Saint-Louis, coeur du In, on croise des longues files d’attente devant l’ancien multisalles Palace pour des one-man-show d’humoristes “vus à  la télé”, qui répondent au goût d’une partie du public avignonnais.

Sylvie Barot

 

 

 

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Commémorer la traite, l’esclavage et leurs abolitions
Le 10 mai est la “journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition” depuis 2006. La France est le premier État et demeure le seul qui, à ce jour, ait déclaré la traite négrière et l’esclavage “crime contre l’humanité“. Elle est également le seul État à avoir décrété une journée
Une Saison graphique fête ses 10 ans ! Une Saison Graphique est une manifestation annuelle consacrée à la création graphique contemporaine, regroupant plusieurs événements répartis dans différents lieux culturels du Havre et de sa région. Chaque année, entre les mois de mai et juin, l’évènement Une saison graphique propose expositions, rencontres, ateliers, conférences, concerts et
7eme grande conversation – Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues, la ville transformée Le vendredi 13 avril prochain, l’association MCH recevra François Delaroziere, directeur artistique de la Cie la Machine. Il aura carte blanche, à la bibliothèque Oscar Niemeyer, à 18h 30. L’entrée sera libre. Il parlera de sa démarche, de sa collaboration avec les artistes, les techniciens et les décorateurs qui
10 MN CHRONIQUE – VIVACULTURE – sur Ouest Track.com, le dimanche à 11h
A retrouver sur notre site www.asso-maisondelaculture.fr dans Actualités / Rubrique des spectateurs 2017 14 mai : Une ville qui fait rêver le monde, exposition Los Angeles, à Lyon 28 mai : histoires de musées 11 juin : faire la fête, les 500 ans du Havre 25 juin : Une série culte : Le prisonnier. 09
Razzia, un film de Nabil Ayouch  Ou l’art de se tromper de colère.  1982. Un instituteur renonce à ce qui fait sa joie : enseigner aux enfants la beauté du monde. L’arabisation forcée exerce sa violence religieuse jusque dans ces superbes montagnes reculées de l’Atlas marocain, et les écoliers kabyles, magnifiquement filmés, n’y comprennent plus rien.
Apéro des spectateurs du 20 mars 2018 au Monte-Cristo
C’était un petit apéro de printemps mardi, agréable et sympathique. Comme on n’était que 4 (Isabelle, Liliane, Sylvette et moi) on a pris le temps de bavarder. Sylvette était curieuse de savoir ce qu’on avait pensé de sa soirée aux Yeux d’Elsa consacrée au Printemps des poètes. Liliane qui aime beaucoup cet endroit pour l’ambiance

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...