« Relire la Révolution », de Jean-Claude Milner

On recommence de s’interroger sur la révolution.
Le vocable vient du passé, mais il est temps de le ressaisir à la lumière du présent. Impossible de ne pas commencer par la Révolution française. Impossible de ne pas continuer par la révolution soviétique et la révolution chinoise.
Sauf qu’il faut bien réveiller les somnambules : si elles sont des révolutions, alors la Révolution française n’en est pas une. Si la Révolution française est une révolution, alors elles n’en sont pas.
Car les droits de l’homme existent ; ce sont les droits du corps parlant. La Terreur aussi a eu lieu. Pour opposées que soient ces deux mémoires, chacune permet d’interpréter l’autre.
La Révolution française se situe à leur intersection.
De ce fait, elle a approché le réel de la politique. À quoi les autres ont substitué la grise réalité de la prise de pouvoir. Ce que nous voyons du xxie siècle permet de redéfinir les droits du corps ; la révolution, relue, permet de comprendre ce qu’il nous est permis d’espérer.

Dans le journal Le Monde :

“Elle a aimanté l’histoire mondiale durant deux siècles. (…)

Après que la France a renversé la monarchie, proclamé la République, énoncé la Déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen, le terme a quitté 1789. Il est devenu l’élément nodal de quantité de représentations. De Marx-Engels jusqu’à Mao Zedong et à la révolution chinoise, en passant par Lénine, la révolution bolchevique et tant d’autres, « la révo­lution satura l’horizon de tout ­avenir possible (…); la préparer ou l’empêcher, il n’y avait pas d’autre choix », écrit Jean-Claude Milner.

Voilà qui est fini. (…)

Pour Jean-Claude Milner, qui porte ce diagnostic, pareil déclin n’a rien d’un désastre. Au contraire, c’est une chance. Débarrassés des mythes, des croyances, des horizons prétendument indépassables, nous pouvons désormais nous intéresser à ce qui est advenu de réel en 1789. « Relire la Révolution » devient possible, et fécond. Et Jean-Claude Milner s’y emploie dans cet essai incisif.

On y retrouve les caractéristiques qui font de ce linguiste-philosophe l’un des plus intéressants penseurs d’aujourd’hui.(…)  « La politique, soutient Milner, n’a en dernier ressort qu’un seul objet : la survie des êtres parlants. » Elle peut et doit protéger avant tout les corps, leur intégrité, leurs besoins vitaux, mais aussi leur capacité de parler, leur droit à l’expression.(…)

Voilà ce qui constitue le sens et la portée des droits de l’homme, le « trésor pour toujours », pour parler comme Thucydide, de la Révolution française. (…)

Faute de pouvoir entrer dans le détail des démonstrations et des objections possibles, il faut souligner le point d’arrivée du parcours. C’est le caractère unique de l’événement 1789, qui sut proclamer, définitivement, que les corps parlants ont des droits, du seul fait d’être nés, et que ces droits sont inaliénables, « universels et invariables dans le temps et dans l’espace ».

Ces droits des corps parlants sont les conditions premières des droits civiques. Voilà qui reste à jamais actuel. Cela s’applique, par exemple, aux migrants d’aujourd’hui. (…)”

« Relire la Révolution », de Jean-Claude Milner, Verdier, « Philosophie », 288 pages, 16 euros.

 Roger-Pol Droit
  • Journaliste au Monde

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/livres/article/2016/10/06/figures-libres-la-revolution-est-morte-vive-la-revolution_5008993_3260.html#sWaly1U4Fq6H7t0w.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Commémorer la traite, l’esclavage et leurs abolitions
Le 10 mai est la “journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition” depuis 2006. La France est le premier État et demeure le seul qui, à ce jour, ait déclaré la traite négrière et l’esclavage “crime contre l’humanité“. Elle est également le seul État à avoir décrété une journée
Une Saison graphique fête ses 10 ans ! Une Saison Graphique est une manifestation annuelle consacrée à la création graphique contemporaine, regroupant plusieurs événements répartis dans différents lieux culturels du Havre et de sa région. Chaque année, entre les mois de mai et juin, l’évènement Une saison graphique propose expositions, rencontres, ateliers, conférences, concerts et
7eme grande conversation – Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues, la ville transformée Le vendredi 13 avril prochain, l’association MCH recevra François Delaroziere, directeur artistique de la Cie la Machine. Il aura carte blanche, à la bibliothèque Oscar Niemeyer, à 18h 30. L’entrée sera libre. Il parlera de sa démarche, de sa collaboration avec les artistes, les techniciens et les décorateurs qui
10 MN CHRONIQUE – VIVACULTURE – sur Ouest Track.com, le dimanche à 11h
A retrouver sur notre site www.asso-maisondelaculture.fr dans Actualités / Rubrique des spectateurs 2017 14 mai : Une ville qui fait rêver le monde, exposition Los Angeles, à Lyon 28 mai : histoires de musées 11 juin : faire la fête, les 500 ans du Havre 25 juin : Une série culte : Le prisonnier. 09
Razzia, un film de Nabil Ayouch  Ou l’art de se tromper de colère.  1982. Un instituteur renonce à ce qui fait sa joie : enseigner aux enfants la beauté du monde. L’arabisation forcée exerce sa violence religieuse jusque dans ces superbes montagnes reculées de l’Atlas marocain, et les écoliers kabyles, magnifiquement filmés, n’y comprennent plus rien.
Apéro des spectateurs du 20 mars 2018 au Monte-Cristo
C’était un petit apéro de printemps mardi, agréable et sympathique. Comme on n’était que 4 (Isabelle, Liliane, Sylvette et moi) on a pris le temps de bavarder. Sylvette était curieuse de savoir ce qu’on avait pensé de sa soirée aux Yeux d’Elsa consacrée au Printemps des poètes. Liliane qui aime beaucoup cet endroit pour l’ambiance

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...