Que faire avec les ruines ? Poétique et politique des vestiges

 

Il est communément admis, au moins, dit-on, depuis la Renaissance, que les ruines puissent poser une question de poétique. Mais encore faut-il que ces ruines en question aient une présence matérielle. Truisme ? En quelque lieu qu’elles soient situées – urbain, rural ou désertique – s’il y a des ruines, c’est qu’on les a laissées, voire parfois installées, là où elles sont.

Cela même est à interroger À quelle négligence, à quel oubli ou à quelles intentions répond l’existence des ruines qui, elles, en appellent à la mémoire ? Suivre cette interrogation suppose de ne pas se limiter au champ littéraire mais de croiser les approches et les démarches. Les Beaux-Arts, l’urbanisme et l’architecture, l’archéologie ainsi que la littérature trouvent dans ces rencontres l’occasion d’échanges privilégiés.

Chantal Liaroutzos (dir.)

Presses Universitaires de Rennes
Campus de La Harpe – 2, rue du doyen Denis-Leroy – 35044 Rennes Cedex
http://www.pur-editions.fr
Avec le soutien de l’université Paris Diderot et du centre d’étude et de
recherche interdisciplinaire de l’UFR LAC.
Pour plus d’informations, consultez la notice (Que faire avec les ruines ?) sur notre site Internet.
Auteur(s) :
Chantal Liaroutzos est maître de conférences (HDR) en littérature française à l’université Paris-Diderot. Ses travaux
portent sur la littérature du XVIe siècle, en particulier sur la représentation de l’espace au début des temps modernes.

Sommaire :
 Trier, récupérer, réhabiliter
 La ruine comme oeuvre : atchitectonique et temporalité
 La ruine à l’oeuvre : le travail de la mémoire

18,00 €

       

Ajouter un commentaire

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...