Pourquoi les ultra-riches cherchent-ils à devenir encore plus riches ?

Comment une histoire de chimpanzés pourrait-elle réussir à nous expliquer pourquoi les femmes sont si peu représentées parmi les dirigeants d’États ou d’entreprises ?
 
Ou pourquoi les ultra-riches cherchent à devenir encore plus riches alors que leurs besoins matériels sont satisfaits pour des générations ? Ou encore pourquoi on évoque toujours les grands chefs, les « leaders »… jamais les multitudes qui les ont aveuglément suivis ?
C’est que pour nous, humains, il est difficile d’admettre que, comme nos cousins, nous sommes avant tout des animaux sociaux. Et encore plus difficile d’admettre que, parmi les humains, il y a, par essence, des dominants… et des dominés. Le sujet est tabou.
Pourtant, les autres animaux s’en sortent généralement très bien.
Alors, que s’est-il passé pour que nous en soyons arrivés à une domination exclusive et abusive de quelques puissants sur une multitude de plus en plus affaiblie ? Des châteaux-forts du Moyen Âge aux gratte-ciel de la mondialisation, cet ouvrage propose une vision à la fois neuve et évidente de l’histoire occidentale.

Et de quoi réfléchir à la suite…(édition Le Pommier)

 
Penseur atypique, Eyal Jonas s’est frotté, loin du sérail académique, aux grandes forces à l’œuvre dans notre société contemporaine : les forces du capitalisme et de la mondialisation.                                                                  
 
Dans Le Monde :

Si on s’en tient aux premières lignes, on pourrait penser que le livre Et les chimpanzés prirent l’ascenseur, d’Eyal Jonas, n’est qu’un anodin traité sur les primates.

Mais que viennent faire alors Pierre Bourdieu et Emile Durkheim en épigraphe ? (…)

« Comme chez tous les grands singes, la société chimpanzée est divisée en classes, avec la particularité que le dominant est toujours un mâle ; le dominant n’est pas nécessairement le plus puissant de tous, néanmoins son ascendant sur ses congénères doit être suffisamment fort pour les empêcher de ravir sa place. »

Il est moins question ici de singes que de hiérarchie sociale et de domination masculine : en s’appuyant sur les chimpanzés, Eyal Jonas propose une vision claire et étonnante de l’histoire occidentale. Ainsi, cette société de primates où la concurrence commerciale devient « l’expression de la lutte pour la domination sociale à travers la lutte pour l’enrichissement personnel », où le travail est une valeur sociétale permettant la préservation et la perpétuation de l’espèce, n’est pas sans rappeler notre propre société.

« Alors que nous reconnaissons les mécanismes de hiérarchie sociale chez les animaux et chez nos plus proches cousins, les chimpanzés et les bonobos (…), il est bien difficile de dénicher de la littérature scientifique qui explore le sujet chez l’humain », constate Eyal Jonas. Comment accepter, en effet, qu’un comportement animal puisse à ce point régenter nos vies individuelles et sociales ?

L’objectif de l’ouvrage est justement de lever ce tabou. « Domination et servitude ne sont pas des maux contre lesquels lutter, elles sont propres à notre espèce, à tous les animaux sociaux. Elles ne sont ni bonnes ni mauvaises, elles sont, tout simplement. Il s’agit donc moins de les combattre que de les connaître et de savoir les réguler. »

Et les chimpanzés prirent l’ascenseur, d’Eyal Jonas (Le Pommier, 96 pages, 12 euros).

  • Margherita Nasi
    Journaliste au Monde

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/emploi/article/2016/11/30/domination-et-servitude-volontaire-sujets-tabous_5040822_1698637.html#1xuQvIrsRxKHZxlJ.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Portrait fragmenté
George Sand, Aurore Dupin, fragments d’intimité Isabelle Krauss est George Sand. On connait la romancière auteure de plus de soixante-dix romans, cinquante volumes d’oeuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques. Aurore Dupin est devenue George Sand. A une époque où les femmes étaient sous la tutelle d’un
L’Histoire en chansons
Chat noir Ces comédiens, chanteurs, danseurs sont alertes, vifs, souvent drôles. Ils ont étudié précisément les documents, et composent une reconstitution historique. Ils nous invitent à pousser la porte d’un cabaret mythique Le Chat noir ouvert par Rodolphe Salis entre 1882 et 1897. Le créateur applique une nouvelle formule avec poètes, musiciens, chansonniers, peintres. Fantaisie,
Dieu est un chômeur de plus
Le CV de Dieu Le choix des comédiens est capital. C’est une lapalissade, mais si Dieu n’était pas interprété par JF. Balmer, la pièce de Jean-Louis Fournier n’aurait pas la même saveur.  On l’a vu au cinéma, à la télévision, au théâtre. Il a joué Louis XVI, Richard Wagner, Henry IV, Racine, Malesherbes, Georges Pompidou…C’est
Le comédien est un boxeur
L’effort d’être spectateur Pendant un long moment Pierre Notte a des gants de boxe : une sorte de Prométéo à la Rodrigo Garcia, mis en scène par François Berreur,  vu au Volcan, au Havre, il y a plusieurs années. Prométéo, le Titan qui a donné l’art aux hommes  : « Comme le boxeur, qui se relève
L’homme qui a des amis n’est pas un raté
La vie est belle On pourrait s’étonner qu’une compagnie adapte au théâtre le film La vie est belle de Franck Capra, avec James Stewart, d’après The greatest Gift, une nouvelle de Philip Van Doren Stern. Ce film d’après-guerre, 1946, est devenu un classique projeté à Noël, adoré par les américains et par les cinéphiles. La
Une rencontre
Une chambre en attendant Son fils est parti « faire le djihad ». Il a 20 ans. Depuis, son père dit qu’il est parti en voyage. Dans une chambre d’hôtel à la frontière turco-syrienne, il attend, son fils l’a appelé pour rentrer. Il est venu et il tourne en rond.               

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...