Polar à la plage en juin. Lettre ouverte suite au retrait de la Région Normandie

Cette année, du 13 au 17 juin, le 16ème Festival Polar à la plage aura bien lieu.

Nous, les doux dingues de littérature noire et policière, avons à cœur de partager notre passion par cet évènement culturel et littéraire de qualité. La notoriété de cette manifestation n’est plus à prouver, dépassant largement nos frontières régionales.

Toujours aidés et encouragés à poursuivre l’aventure par nos partenaires institutionnels, forts de cet appui, nous pouvons ainsi chaque année, dès le mois de septembre, commencer les préparatifs et mettre en place les projets qui se mènent bien en amont du mois de juin.

MAIS… Il y a une semaine, l’arrêt de la subvention de la Région (à hauteur de 6000 euros) nous a effarés et consternés. Cette décision aussi brutale que soudaine de ne pas renouveler la subvention destinée à notre association met en grand péril ce festival littéraire.

La lecture et l’ouverture culturelle ont-elles si peu d’importance dans notre région ?

Le polar est une littérature populaire et reconnue qui a toute sa place dans le paysage culturel ! Nous touchons en effet un public que d’autres manifestations littéraires, ici au Havre ou ailleurs dans la région ne touchent pas. Dans ce créneau, nous sommes les seuls à présenter chaque année un plateau d’auteurs régionaux, nationaux et internationaux de cette ampleur et de cette qualité.

Le brusque arrêt de cette subvention pourrait donc être un coup fatal porté à notre festival qui voit aujourd’hui son existence menacée.

Les décideurs politiques de la Région espèrent que nous trouverons toutefois « les moyens de mener à bien notre projet ». Quel cynisme ! Ce qui est certain, c’est que cette décision s’inscrit bien dans la politique nationale actuelle de désengagement vis-à-vis de la Culture !

Nous avons besoin de votre soutien pour que cette manifestation culturelle et littéraire puisse continuer à exister ! Venez encore plus nombreux sur le site du Festival Polar à la plage !

Cette 16ème édition ne peut pas être la dernière !

Pour Les Ancres Noires,

Chantal Lebourg, présidente de l’association.
13/04/2018

       

A propos de l'auteur

Vice-président et trésorier de la Maison de la Culture du Havre. Vice-président d'Actions pour promouvoir le français des affaires.

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Portrait fragmenté
George Sand, Aurore Dupin, fragments d’intimité Isabelle Krauss est George Sand. On connait la romancière auteure de plus de soixante-dix romans, cinquante volumes d’oeuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques. Aurore Dupin est devenue George Sand. A une époque où les femmes étaient sous la tutelle d’un
L’Histoire en chansons
Chat noir Ces comédiens, chanteurs, danseurs sont alertes, vifs, souvent drôles. Ils ont étudié précisément les documents, et composent une reconstitution historique. Ils nous invitent à pousser la porte d’un cabaret mythique Le Chat noir ouvert par Rodolphe Salis entre 1882 et 1897. Le créateur applique une nouvelle formule avec poètes, musiciens, chansonniers, peintres. Fantaisie,
Dieu est un chômeur de plus
Le CV de Dieu Le choix des comédiens est capital. C’est une lapalissade, mais si Dieu n’était pas interprété par JF. Balmer, la pièce de Jean-Louis Fournier n’aurait pas la même saveur.  On l’a vu au cinéma, à la télévision, au théâtre. Il a joué Louis XVI, Richard Wagner, Henry IV, Racine, Malesherbes, Georges Pompidou…C’est
Le comédien est un boxeur
L’effort d’être spectateur Pendant un long moment Pierre Notte a des gants de boxe : une sorte de Prométéo à la Rodrigo Garcia, mis en scène par François Berreur,  vu au Volcan, au Havre, il y a plusieurs années. Prométéo, le Titan qui a donné l’art aux hommes  : « Comme le boxeur, qui se relève
L’homme qui a des amis n’est pas un raté
La vie est belle On pourrait s’étonner qu’une compagnie adapte au théâtre le film La vie est belle de Franck Capra, avec James Stewart, d’après The greatest Gift, une nouvelle de Philip Van Doren Stern. Ce film d’après-guerre, 1946, est devenu un classique projeté à Noël, adoré par les américains et par les cinéphiles. La
Une rencontre
Une chambre en attendant Son fils est parti « faire le djihad ». Il a 20 ans. Depuis, son père dit qu’il est parti en voyage. Dans une chambre d’hôtel à la frontière turco-syrienne, il attend, son fils l’a appelé pour rentrer. Il est venu et il tourne en rond.               

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...