Pierre Etaix: hommage

Nous avons appris hier avec tristesse la disparition de Pierre Etaix.
 
Né en 1928, clown, cinéaste, dessinateur, gagman, acteur, musicien, metteur en scène, décorateur de théâtre, poète, héritier revendiqué des grands maîtres du “slapstick” américain, Pierre Étaix était un artiste à la palette très étendue.
Sa rencontre avec Jacques Tati est déterminante : il devient gagman, puis, en 1957, assistant-réalisateur sur le film Mon oncle. Il réalise en 1962 son premier long métrage, Le Soupirant, sur un scénario de son complice Jean-Claude Carrière, que suivra, notamment, Yoyo. Des films que l’on a pu revoir au Studio. À l’opposé de la tradition française, où la parole est la principale source comique, Pierre Étaix était l’un des rares représentants français d’un burlesque aux gags visuels.
 
Ce grand artiste infiniment modeste, nous le connaissions bien au Havre, une ville qu’il aimait et où il venait volontiers.
Il avait participé à plusieurs reprises aux Rencontres internationales Cinéma et Enfance organisées à L’Eden à l’initiative de Ginette Dislaire.
Des élèves d’une école du Havre ont fait un film sur lui et il leur a répondu par un très beau court métrage, dans le cadre des “correspondances filmées” impulsées par L’Eden.
Il a parrainé une édition du festival du grain à démoudre.
Et il a répondu, en octobre 2014, à l’ invitation des Amis du Sirius à participer à un hommage aux cent ans de Charlot : à cette occasion, il est venu au cinéma Le Studio présenter La Ruée vers l’or.
 
Ses films nous restent.
 
Havre de Cinéma
 
Je garde un souvenir particulier de la venue de Pierre Etaix au Studio pour les 100 ans de Charlot. J’étais venu assister à la séance de la Ruée vers l’or avec mes deux garçons. Le plus jeune, Amaury (11 ans), avait souhaité lui poser une question sur ses relations avec Charlie Chaplin.  Pierre Etaix avait alors passé un très long moment avec lui, non pas seulement à lui parler, mais vraiment à échanger avec lui sur l’amour du cinéma, sur son métier, sur la vie… Deux ans plus tard, Amaury se souvient comme si c’était hier de ce monsieur si gentil et a été très ému d’apprendre sa mort.
 
Eric Charnay, vice-président, Maison de la culture du Havre
pierre-etaix-amaury-charnay_le-havre2014_a
 
       

A propos de l'auteur

Vice-président et trésorier de la Maison de la Culture du Havre. Vice-président d'Actions pour promouvoir le français des affaires.

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
  Smart factory, la fabrique d’œuvres d’art, au Tetris Il resta silencieux pendant un long moment Il se tut pendant un moment Il était
            Il est des fictions qui rassemblent toutes les générations, et cela sur plusieurs années. Le Prisonnier, série télévisée de
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...