Pierre Etaix: hommage

Nous avons appris hier avec tristesse la disparition de Pierre Etaix.
 
Né en 1928, clown, cinéaste, dessinateur, gagman, acteur, musicien, metteur en scène, décorateur de théâtre, poète, héritier revendiqué des grands maîtres du “slapstick” américain, Pierre Étaix était un artiste à la palette très étendue.
Sa rencontre avec Jacques Tati est déterminante : il devient gagman, puis, en 1957, assistant-réalisateur sur le film Mon oncle. Il réalise en 1962 son premier long métrage, Le Soupirant, sur un scénario de son complice Jean-Claude Carrière, que suivra, notamment, Yoyo. Des films que l’on a pu revoir au Studio. À l’opposé de la tradition française, où la parole est la principale source comique, Pierre Étaix était l’un des rares représentants français d’un burlesque aux gags visuels.
 
Ce grand artiste infiniment modeste, nous le connaissions bien au Havre, une ville qu’il aimait et où il venait volontiers.
Il avait participé à plusieurs reprises aux Rencontres internationales Cinéma et Enfance organisées à L’Eden à l’initiative de Ginette Dislaire.
Des élèves d’une école du Havre ont fait un film sur lui et il leur a répondu par un très beau court métrage, dans le cadre des “correspondances filmées” impulsées par L’Eden.
Il a parrainé une édition du festival du grain à démoudre.
Et il a répondu, en octobre 2014, à l’ invitation des Amis du Sirius à participer à un hommage aux cent ans de Charlot : à cette occasion, il est venu au cinéma Le Studio présenter La Ruée vers l’or.
 
Ses films nous restent.
 
Havre de Cinéma
 
Je garde un souvenir particulier de la venue de Pierre Etaix au Studio pour les 100 ans de Charlot. J’étais venu assister à la séance de la Ruée vers l’or avec mes deux garçons. Le plus jeune, Amaury (11 ans), avait souhaité lui poser une question sur ses relations avec Charlie Chaplin.  Pierre Etaix avait alors passé un très long moment avec lui, non pas seulement à lui parler, mais vraiment à échanger avec lui sur l’amour du cinéma, sur son métier, sur la vie… Deux ans plus tard, Amaury se souvient comme si c’était hier de ce monsieur si gentil et a été très ému d’apprendre sa mort.
 
Eric Charnay, vice-président, Maison de la culture du Havre
pierre-etaix-amaury-charnay_le-havre2014_a
 
       

A propos de l'auteur

Vice-président et trésorier de la Maison de la Culture du Havre. Vice-président d'Actions pour promouvoir le français des affaires.

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
L’Apéro des spectateurs/février 17
Réunis le 9 février,   les spectateurs que nous sommes ont échangé sur quelques évènements culturels du mois. Voici un rapide aperçu… nous nous sommes réjouis de
Jean Defrêne, adhérent de notre association, homme politique et militant associatif, est mort
Jean Defrêne,  maire honoraire de Rouelles, membre du Parti Socialiste puis du Parti radical de gauche au Havre, ancien maire de Rouelles et adjoint au
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...