PAUL AUSTER, écrivain – 10mn chronique, dans l’émission Viva culture, émission de la MCH, sur Ouest Track radio

bandeau auster

Le 21 janvier, s’achevait la 7e édition du festival Le goût des autres, consacré cette année aux littératures New-Yorkaises. L’invité d’honneur était Paul Auster.

Dans son dernier livre, intitulé 4 3 2 1, Paul Auster raconte l’histoire d’un homme. Ce pourrait être un sujet très banal si au détour d’une page, ce récit d’une vie ne se démultipliait en plusieurs variations : que serait-il arrivé si ?
Nous nous sommes tous déjà posé la question : que serait-il arrivé si un seul fait avait été différent dans notre existence, si nous avions pris à un certain moment telle ou telle décision ? Chaque événement nous oriente vers des voies diverses. Ce sont des rencontres, des accidents où le cours de l’histoire. Paul Auster joue de cela. De toutes les possibilités que la vie pourrait nous offrir. 
Dans un court texte de 2002, intitulé :  Note du traducteur il écrit , évoquant sa période d’études à Columbia : «  A l’époque, la question était moins de me chercher une vie que d’essayer d’en inventer une à laquelle je puisse croire… »
Ceci est la clé de l’œuvre de Paul Auster. On comprend sans peine qu’il écrit pour créer des vies et non pas des personnages. Il excelle à donner plusieurs vies à ces vies, plusieurs voies, d’autres issues. Mais il ne s’agit pas d’évasion telle qu’on la conçoit ou d’une quelconque liberté d’imaginer un univers paradisiaque, non. Il s’agit plutôt de s’emparer de tous les éléments qui nous entourent pour ouvrir une fenêtre et une réflexion sur le monde. Ce qu’il fait dans 4 3 2 1.

IMG_1134

 

En 2008, il publie Seul dans le noir. Ce roman raconte l’histoire d’August Brill, retraité qui à la suite d’un accident, immobilisé, s’installe chez sa fille Miriam. Le présent est lourd et August est insomniaque. C’est pendant ses longues nuits blanches qu’il échappe à son quotidien chargé de tristesse. En créant un monde parallèle. Un monde où n’existe pas la guerre en Irak et où le 11 septembre n’a pas eu lieu. Progressivement, le personnage qu’August a créé, dans une Amérique fictive, pour échapper à ses propres tourments, devient le véhicule des questionnement de son créateur, à propos de nos responsabilités dans la société et interroge nos positions face à l’histoire.

Ce désir de démultiplication est constant chez Paul Auster. Dans Cité de verre, le héros s’appelle Quinn, il est un auteur de romans policiers dont le personnage récurrent est un détective du nom de Work. Quinn écrit sous le pseudonyme de William Wilson, sans toutefois adhérer totalement à ce nom qu’il a pourtant choisi. Il se sent plus d’affinités avec Work, comme s’il s’identifiait à son propre personnage de fiction. Une nuit, dans son petit appartement, la sonnerie du téléphone résonne. Une voix demande à parler à… Paul Auster. Quinn répond qu’il n’y a pas de Paul Auster ici. Après cet appel, Quinn regrette de ne pas être le héros détective de ses romans, il essaie d’imaginer ce que ce dernier aurait répondu à l’inconnu du téléphone, il envie l’agressivité, la répartie facile, le sang-froid de Work. A partir de ce moment, il est dans l’attente d’un autre appel.C’est seulement après plusieurs nuits que le téléphone sonne enfin, et que la voix demande à nouveau : « Paul Auster…le détective » Quinn, alias William Wilson, créateur de Wok, accepte alors d’endosser l’identité de l’hypothétique détective Paul Auster. Il répond alors : « C’est lui-même, dit-il. C’est Auster qui vous parle. » Ainsi, l’auteur omniscient du roman, introduit son nom dans le récit, pour y désigner un personnage absent à l’identité douteuse, dont seul le lecteur a connaissance mais sous une autre fonction : celle de l’auteur.

Cependant, il ne faudrait pas penser que Paul Auster est centré sur un individu multiple qui serait finalement lui-même. Autocentré. Non : par ce moyen il réussit à parler de nous, de nos désirs, de nos travers, de nos peurs, de notre humanité. Et le récit romanesque éclaté grâce à des destins qui souvent s’emboîtent, se croisent, s’éloignent et se réunissent, permet aussi de parcourir l’histoire des Etats-Unis et de ce qui fait l’Amérique, le rêve américain et son envers.

livres auster

Dimanches 21 janvier et 4 février, sur Ouest Track Radio, dans l’émission 10mn chronique de Viva culture, vous avez pu entendre des extraits des romans : Cité de verreSeul dans le noir ; Constat d’accident et autres textes.

 

 

       

A propos de l'auteur

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Portrait fragmenté
George Sand, Aurore Dupin, fragments d’intimité Isabelle Krauss est George Sand. On connait la romancière auteure de plus de soixante-dix romans, cinquante volumes d’oeuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques. Aurore Dupin est devenue George Sand. A une époque où les femmes étaient sous la tutelle d’un
L’Histoire en chansons
Chat noir Ces comédiens, chanteurs, danseurs sont alertes, vifs, souvent drôles. Ils ont étudié précisément les documents, et composent une reconstitution historique. Ils nous invitent à pousser la porte d’un cabaret mythique Le Chat noir ouvert par Rodolphe Salis entre 1882 et 1897. Le créateur applique une nouvelle formule avec poètes, musiciens, chansonniers, peintres. Fantaisie,
Dieu est un chômeur de plus
Le CV de Dieu Le choix des comédiens est capital. C’est une lapalissade, mais si Dieu n’était pas interprété par JF. Balmer, la pièce de Jean-Louis Fournier n’aurait pas la même saveur.  On l’a vu au cinéma, à la télévision, au théâtre. Il a joué Louis XVI, Richard Wagner, Henry IV, Racine, Malesherbes, Georges Pompidou…C’est
Le comédien est un boxeur
L’effort d’être spectateur Pendant un long moment Pierre Notte a des gants de boxe : une sorte de Prométéo à la Rodrigo Garcia, mis en scène par François Berreur,  vu au Volcan, au Havre, il y a plusieurs années. Prométéo, le Titan qui a donné l’art aux hommes  : « Comme le boxeur, qui se relève
L’homme qui a des amis n’est pas un raté
La vie est belle On pourrait s’étonner qu’une compagnie adapte au théâtre le film La vie est belle de Franck Capra, avec James Stewart, d’après The greatest Gift, une nouvelle de Philip Van Doren Stern. Ce film d’après-guerre, 1946, est devenu un classique projeté à Noël, adoré par les américains et par les cinéphiles. La
Une rencontre
Une chambre en attendant Son fils est parti « faire le djihad ». Il a 20 ans. Depuis, son père dit qu’il est parti en voyage. Dans une chambre d’hôtel à la frontière turco-syrienne, il attend, son fils l’a appelé pour rentrer. Il est venu et il tourne en rond.               

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...