Passion simple, un spectacle de Florence Caillon

 

Florence Caillon – L’Eolienne / Annie Ernaux
C’était au Volcan, Le Havre, les 19 et 20 mai

Comment accompagner un texte dit par une voix off et en faire un spectacle ? Poser un divan rouge fatigué sur un plateau noir et faire entrer en scène, successivement, trois femmes.

Passion simple, d’Annie Ernaux, est la litanie d’occupations sans grand intérêt s’il n’y avait au coeur de ces jours qui s’étirent sur plusieurs mois, l’attente brûlante et infinie d’une femme qui ne pense qu’à un homme. Il va venir, il ne viendra peut-être pas, il est venu, reparti, reviendra, mais quand ? Jusqu’à quand ?
C’est un monologue sur un temps dilaté et suspendu.

Florence Caillon, par sa propre écriture dans l’espace, ne redouble pas le texte d’Annie Ernaux, elle n’illustre pas la description précise d’activités mécaniques destinées à nier le temps, elle choisit et inscrit le sens charnel qui est le seul axe du récit, son seul objet : le corps.

                                          Ill. Passion s

 

Elle convoque tout ce que le corps montre dans la vacuité de l’attente, dans la fièvre du désir, dans l’égarement, dans la douleur. Elle décrit à sa façon aérienne, comment le corps est envahi et soumis à quelque chose d’indéfinissable et d’incontrôlable parce que trop grand, trop proche de la folie et qui au regard des autres est une aberration. On a donné à cet état, un mot aussi vague et inatteignable que ses effets : la passion.
Trois femmes se succèdent sur la scène, trois corps qui expriment la soumission à ce qui ne peut être réprimé : la frénésie, l’abattement, la douleur, l’éclair de la folie. Chacune de ces danseuses acrobates, avec talent, apporte à tour de rôle, la grâce, l’énergie, la mise en danger et un cri.

Et par un étonnant retournement, la voix de Florence Caillon, d’une grande douceur, presque blanche, en retrait, semble seulement accompagner ce que l’on voit sur scène alors qu’elle en dispense le fil qui tient l’ensemble en équilibre.

Catherine Désormière

Passion simple – Annie Ernaux – Gallimard

Florence Caillon sera présente à la Grande conversation , au Volcan, le 11 juin

       

A propos de l'auteur

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
L’Apéro des spectateurs/février 17
Réunis le 9 février,   les spectateurs que nous sommes ont échangé sur quelques évènements culturels du mois. Voici un rapide aperçu… nous nous sommes réjouis de
Jean Defrêne, adhérent de notre association, homme politique et militant associatif, est mort
Jean Defrêne,  maire honoraire de Rouelles, membre du Parti Socialiste puis du Parti radical de gauche au Havre, ancien maire de Rouelles et adjoint au
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...