Passion simple, un spectacle de Florence Caillon

 

Florence Caillon – L’Eolienne / Annie Ernaux
C’était au Volcan, Le Havre, les 19 et 20 mai

Comment accompagner un texte dit par une voix off et en faire un spectacle ? Poser un divan rouge fatigué sur un plateau noir et faire entrer en scène, successivement, trois femmes.

Passion simple, d’Annie Ernaux, est la litanie d’occupations sans grand intérêt s’il n’y avait au coeur de ces jours qui s’étirent sur plusieurs mois, l’attente brûlante et infinie d’une femme qui ne pense qu’à un homme. Il va venir, il ne viendra peut-être pas, il est venu, reparti, reviendra, mais quand ? Jusqu’à quand ?
C’est un monologue sur un temps dilaté et suspendu.

Florence Caillon, par sa propre écriture dans l’espace, ne redouble pas le texte d’Annie Ernaux, elle n’illustre pas la description précise d’activités mécaniques destinées à nier le temps, elle choisit et inscrit le sens charnel qui est le seul axe du récit, son seul objet : le corps.

                                          Ill. Passion s

 

Elle convoque tout ce que le corps montre dans la vacuité de l’attente, dans la fièvre du désir, dans l’égarement, dans la douleur. Elle décrit à sa façon aérienne, comment le corps est envahi et soumis à quelque chose d’indéfinissable et d’incontrôlable parce que trop grand, trop proche de la folie et qui au regard des autres est une aberration. On a donné à cet état, un mot aussi vague et inatteignable que ses effets : la passion.
Trois femmes se succèdent sur la scène, trois corps qui expriment la soumission à ce qui ne peut être réprimé : la frénésie, l’abattement, la douleur, l’éclair de la folie. Chacune de ces danseuses acrobates, avec talent, apporte à tour de rôle, la grâce, l’énergie, la mise en danger et un cri.

Et par un étonnant retournement, la voix de Florence Caillon, d’une grande douceur, presque blanche, en retrait, semble seulement accompagner ce que l’on voit sur scène alors qu’elle en dispense le fil qui tient l’ensemble en équilibre.

Catherine Désormière

Passion simple – Annie Ernaux – Gallimard

Florence Caillon sera présente à la Grande conversation , au Volcan, le 11 juin

       

A propos de l'auteur

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
7eme grande conversation – Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues, la ville transformée Le vendredi 13 avril prochain, l’association MCH recevra François Delaroziere, directeur artistique de la Cie la Machine. Il aura carte blanche, à la bibliothèque Oscar Niemeyer, à 18h 30. L’entrée sera libre. Il parlera de sa démarche, de sa collaboration avec les artistes, les techniciens et les décorateurs qui
10 MN CHRONIQUE – VIVACULTURE – sur Ouest Track.com, le dimanche à 11h
A retrouver sur notre site www.asso-maisondelaculture.fr dans Actualités / Rubrique des spectateurs 2017 14 mai : Une ville qui fait rêver le monde, exposition Los Angeles, à Lyon 28 mai : histoires de musées 11 juin : faire la fête, les 500 ans du Havre 25 juin : Une série culte : Le prisonnier. 09
Razzia, un film de Nabil Ayouch  Ou l’art de se tromper de colère.  1982. Un instituteur renonce à ce qui fait sa joie : enseigner aux enfants la beauté du monde. L’arabisation forcée exerce sa violence religieuse jusque dans ces superbes montagnes reculées de l’Atlas marocain, et les écoliers kabyles, magnifiquement filmés, n’y comprennent plus rien.
Apéro des spectateurs du 20 mars 2018 au Monte-Cristo
C’était un petit apéro de printemps mardi, agréable et sympathique. Comme on n’était que 4 (Isabelle, Liliane, Sylvette et moi) on a pris le temps de bavarder. Sylvette était curieuse de savoir ce qu’on avait pensé de sa soirée aux Yeux d’Elsa consacrée au Printemps des poètes. Liliane qui aime beaucoup cet endroit pour l’ambiance
7eme Grande conversation  -Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues – La ville transformée Carte blanche à François Delaroziere L’association MCH – Maison de la Culture du Havre, invite François Delaroziere, le vendredi 13 avril 2018, à 18h30, à la Bibliothèque Oscar Niemeyer, Le Havre, pour la 7e édition de la Grande Conversation. François Delaroziere, pendant son compagnonnage avec le Royal
PETIT RESUME DE L’ APERO DES SPECTATEURS DU 20/2/2018
Une pièce de théâtre : « Love and money » (THV : théâtre de l’Impossible)  Bien jouée ; pièce intéressante et mise en scène plaisante. Mais certaines personnes ont trouvé que les différentes phases de la pièce donnaient un aspect décousu et longuet, parfois. En fait, la pièce était conçue comme une  série de sketchs sur un même thème. Personnellement,

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...