PASS CULTURE, une mosaïque, un juke-box, un carrousel, un grand bazar…

Le pass Culture en quelques mots : 
Le pass Culture a été imaginé pour tous les publics, et surtout ceux qui sont ou se sentent exclus
de la culture, et il a été conçu pour tous les acteurs culturels, y compris les plus modestes et les
moins outillés pour des pratiques numériques. Le pass Culture a pour vocation de rapprocher la
culture de tous les citoyens, en donnant accès à l’information sur les propositions artistiques et
culturelles à proximité, en suscitant l’envie des jeunes générations d’y participer, en proposant
des actions et des services partout sur le territoire.
au service des citoyens : il référence des expériences – théâtre, cinéma, musées, monuments,
cours de pratique artistique, rencontres avec des artistes – et des biens culturels – matériels,
numériques -, gratuites ou payantes, en mettant 500 euros à la disposition des jeunes de 18 ans
à utiliser via l’application pass Culture ;
au service des acteurs culturels, publics et privés, dans toute leur diversité : il constitue un
canal inédit de distribution de leur programmation culturelle et de leurs actions de médiation,
leur offrant ainsi un surcroît de visibilité auprès de ces nouveaux publics ;
au service des territoires et des politiques publiques : il offre un canal de communication
mettant en valeur la vie culturelle de proximité et la vitalité culturelle partout en France.

« J’invite tous les acteurs culturels à jouer le jeu de l’expérimentation. C’est
dans leur intérêt et dans celui des jeunes citoyens de notre République. Si l’Etat
ne prenait pas d’initiative en la matière, on pourrait imaginer que les géants du
numérique proposent eux-mêmes prochainement leur propre pass culture doté
de son propre algorithme, sur lesquels nous n’aurions aucunement la main. »
Franck Riester, ministre de la Culture

Dans un premier temps, une phase de co-design de l’application a été menée début 2018
avec 500 bêta-testeurs de 18 ans ayant manifesté leur intérêt pour le pass Culture. Ces jeunes,
sensibilisés notamment par des structures relais bénéficiant d’un fort ancrage territorial (telles
que les associations, missions locales, lycées, MJC, etc.), ont participé à des ateliers réguliers qui
ont permis le développement d’une première version de l’application en mai 2018. Cette phase a
également fait l’objet de l’implication de nombreux acteurs culturels, dont l’expérience a permis
de soutenir le développement d’une première version du portail professionnel du pass Culture, le
pass Culture Pro, en juillet 2018.

https://pass.culture.fr/assets/docs/PC_DP_190201.pdf 

TELERAMA : Après une année et demie d’annonces et de spéculations, le pass culture entre enfin dans le concret. Depuis début février, dix mille jeunes volontaires le testent dans cinq départements : le Bas-Rhin, le Finistère, la Guyane, l’Hérault et la Seine-Saint-Denis.

Leur pass prend la forme d’une application géolocalisée, qui recense les propositions culturelles disponibles plus ou moins près de chez eux. Un crédit de 500 euros leur est alloué : à chaque sortie ou activité réalisée, le pass est automatiquement débité du montant correspondant. Les offres en ligne – musique, jeux vidéo, livres audio… – sont plafonnées à 200 euros, de même que les « biens matériels » – livres, instruments de musique, œuvres d’art. Cette phase de test pourra durer jusqu’à trois ans, et ambitionne de favoriser « l’autonomie culturelle » des jeunes de 18 ans, à l’issue d’un « parcours d’éducation artistique et culturelle » qui aura démarré dès l’école. «

A l’adolescence, la consommation de biens culturels n’est pas une priorité, alors ce pass est utile, et je pense qu’il peut nous faire sortir de notre zone de confort, s’enthousiasme Tom, 18 ans, étudiant en soins infirmiers à Brest. Les jeux vidéo, ce n’est pas mon truc ; j’aimerais avant tout que le pass me permette d’acheter des places de concert, d’aller à Océanopolis [aquarium et parc de loisirs, ndlr] ou à la Fondation Leclerc pour la culture à Landerneau. »

Franck Riester
Ministre de la Culture

Editorial : Transmettre l’attribut premier de la citoyenneté

La transmission de notre culture est ce qui fait de nos enfants des citoyens français.
L’accès aux arts et à la culture partout et pour tous est donc la mission première de
mon ministère.
Comme à l’époque d’André Malraux, il existe « un écran pour passer le temps et un
écran pour comprendre le temps », mais celui du téléphone portable a remplacé celui
de la télévision.

Nouvelle forme de service public, à portée de main et à l’image de nos usages
contemporains, le pass Culture complète et prolonge le parcours d’éducation artistique
et culturelle scolaire et des milliers d’actions de médiation culturelle menées au niveau
local par les acteurs de la culture et de l’enseignement auprès des publics jeunes.
Les arts et la culture doivent retrouver leur place dans la construction de la citoyenneté
et de la sociabilité des jeunes Français, y compris pour les aider à s’émanciper des
nouvelles formes d’obscurantisme et d’intolérance qui sévissent ici et là. Avoir accès
au pass Culture sera un droit du citoyen, développer sa curiosité et son ouverture
intellectuelle en sera un devoir.
Le 1er février 2019, une période décisive s’ouvrira pour le pass Culture, avec un
lancement progressif qui engage plus de 10 000 jeunes volontaires et plus de 900
acteurs culturels.

       

Ajouter un commentaire

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...