« Orchestres en fête » : vous avez dit “démocratisation ?”

Hasard du calendrier ou changement de cap ? Pour la première fois depuis sa création en novembre 2008, la manifestation « Orchestres en fête » a troqué son rendez-vous automnal pour une nouba de printemps. Jusqu’au 29 mars, une trentaine d’orchestres de France seront à la manœuvre, en région, mais aussi dans la capitale, où treize d’entre eux se produiront le temps d’un grand week-end à la Philharmonie de Paris, du 27 au 29 mars.(…)

Elena Pease est entrée comme premier violon à l’orchestre de l’Opéra de Rouen Haute-Normandie en 2002. Depuis trois semaines, elle suit la formation que Philippe Bouteloup, directeur de l’association Musique et Santé, dispense aux musiciens intervenant dans les domaines de la santé et du handicap. Pour elle comme pour beaucoup d’autres, le travail au sein de l’orchestre ne se limite pas aux concerts et répétitions.(…)

A Rouen, Elena a commencé en 2006 à jouer en dehors de l’orchestre. « Au début, il s’agissait de roder des programmes de musique de chambre avec des collègues. Et puis j’ai pensé à l’hôpital Charles-Nicolle. J’ai d’abord joué dans les parties communes, puis dans les couloirs, enfin dans les chambres, au chevet d’enfants et d’adultes » raconte-t-elle. Révolu le temps de la musique classique dans sa tour d’ivoire ? Tout le monde s’accorde  : l’avenir de l’orchestre symphonique passe par une ouverture plus grande sur le monde. C’est pourquoi la médiation culturelle est désormais inscrite au budget de l’orchestre, les heures passées dans les écoles, les universités, les hôpitaux ou les maisons de quartier comptant au même titre que le temps dévolu aux répétitions et concerts.

« En l’espace de quinze ans, le métier de musicien a énormément changé, affirme Fabienne Voisin, directrice générale de l’Orchestre national d’Ile-de-France (Ondif). La proportion de 12 % à 15 % de musiciens investis dans l’action culturelle est passée à 56 %. » Même état des lieux pour son homologue de l’Orchestre national de Lyon, Jean-Marc Bador : « Quand je suis arrivé à l’Orchestre de Bretagne en 1997, le cahier des charges faisait trois pages avec un seul paragraphe concernant les obligations de l’orchestre en direction du jeune public. Aujourd’hui, à Lyon, le projet compte 60 pages, dont la moitié liée à la médiation et à la participation des publics. »(…)

La raréfaction des subventions publiques a rendu la conquête du public plus que jamais cruciale. La musique classique souffre toujours de son image élitiste, corroborée par l’inexorable vieillissement des mélomanes et le désintérêt des jeunes générations. « Depuis le milieu du XIXe siècle, le répertoire de la musique classique représente l’apanage de la bourgeoisie, dont l’orchestre reste l’emblème fort. Il faut faire bouger les lignes », résume Philippe Fanjas.

Si le public ne vient plus à Lagardère, Lagardère se doit de prendre le mal à la racine d’une éducation artistique qui a déserté les programmes de l’école républicaine. « Les musiciens ont pris conscience qu’ils doivent se faire entendre plus largement du grand public, remarque Jean-Marc Bador. Mais aussi qu’ils ont désormais la responsabilité de se substituer à une école qui ne fait pas son boulot, sans parler de la formation professionnelle des jeunes musiciens sortant des conservatoires. »(…)

Les Français accusent vingt ans de retard sur leurs homologues des pays anglo-saxons, déjà à pied d’œuvre depuis les années 1980, comme en témoignent notamment les actions pédagogiques du chef d’orchestre Simon Rattle à la tête de l’Orchestre symphonique de Birmingham, puis à la Philharmonie de Berlin. (…)

Les temps ont certes changé. Mais plus que l’effet « vaches maigres », la mentalité des jeunes musiciens paraît plus ouverte que celle de leurs aînés. « Ce n’est cependant pas dans l’ADN d’un musicien d’orchestre de prendre son instrument, de se séparer de ses collègues, pour intervenir devant un enfant couché sur son lit, objecte Fabienne Voisin, qui constate que le passage du collectif à l’individuel, une fois le pas franchi, est vécu par la plupart comme une source d’enrichissement. Le musicien est en quelque sorte mis face à son public et récolte directement les fruits de son travail. » Une nouvelle légitimité bienvenue pour les musiciens dans une société qui stigmatise un orchestre désigné comme obsolète. Elena Pease confirme : « Chaque expérience personnelle enrichit la vie collective de l’orchestre. Cela redonne du sens à notre métier de musicien. »

Répertoires métissés, actions jeune public, concerts de sensibilisation, médiations en tout genre, l’orchestre symphonique a compris qu’il doit élargir son public tout en le rajeunissant. ((…)

Orchestres en fête. Jusqu’au 29 mars dans toute la France. Week-end à la Philharmonie de Paris, du 27 au 29 mars. Tél. : 01-44-84-44-84. Orchestresenfete. comhttp://www.orchestresenfete.com/2015/

 Marie-Aude Roux, Journaliste au Monde

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/musiques/article/2015/03/21/l-orchestre-prend-l-air_4598475_1654986.html#45K9zx7y27MxjeRE.99

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Jean Defrêne, adhérent de notre association, homme politique et militant associatif, est mort
Jean Defrêne,  maire honoraire de Rouelles, membre du Parti Socialiste puis du Parti radical de gauche au Havre, ancien maire de Rouelles et adjoint au
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,
Thelma recherche Louise désespérément…au Bastringue.
Le choix du titre fait référence à deux  film,  Thelma et Louise de  Ridley Scott (1991)et Recherche Suzanne désespérément de Suzanne Seidelman (1985). Les deux

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...