On est sérieux quand on a 17 ans

J’ai pu aller au festival de films documentaires FestiVaLeurE fondé par Christian Affagard il y a 8 ans et organisé par les étudiants du master ingénierie touristique et culturelle (UFR LSH), sous la houlette de Danièle Sansy. “La jeunesse dans tous ses états“, tel est le thème cette année.
Le film musical de David André, Chante ton bac d’abord, m’a beaucoup touchée. Le jury des étudiants qui l’a choisi a eu raison !
Il suit un groupe de lycéens en terminale, année charnière où l’on décide, si l’on peut, de sa vie à venir. L’astuce du cinéaste est de regarder et d’écouter en parallèle leurs parents.

Ces 17 ans qu’ils chantent avec sensibilité, et que les adultes reconnaissent à travers eux, c’est le point de basculement que nous vivons tous entre l’enfance et l’âge adulte. Le montage alterné peint le portrait de chacun des jeunes de la bande, et de ses parents. Ces gros plans les montrent avec beaucoup d’attention et de délicatesse.

David André évoque leur environnement et les situe dans le port de Boulogne sur fond de difficultés de travail et de budget, de choix de vie aussi des uns et des autres. Pour les parents, jongler avec la crise, aider ses enfants, leur éviter si possible l’échec, pour les enfants, trouver comment réussir sa vie, peut-être partir loin, rendre fiers ses parents.  “C’est quand le présent ?”
On peut penser devant ces témoignages croisés que les mondes jeunes et adultes sont étanches. C’est faux.
Beaucoup de choses bien sûr ont changé depuis quelques décennies.
Les jeunes savent plein de choses qu’ils ont appris avec d’autres moyens que leurs parents, leur façon de penser est formée par internet aussi, ce qui redouble les sources de leur savoir. Et ils sont comme des poissons dans l’eau dans ce monde, même si c’est la crise et qu’ils ont les doutes propres à leur âge.
Le film montre cet échange de “savoirs”, les parents avec leur expérience, parfois leurs déceptions. Les jeunes avec leurs espoirs et leurs peurs, et leur énergie. Finalement ils sont en tandem.
C’est beau de voir ces énergies se répondre et se partager ! Restent en mémoire de doux portraits et des chansons pleines de sens !

I. R
https://www.youtube.com/watch?v=z_cCB8Q7_mQ

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Jean Defrêne, adhérent de notre association, homme politique et militant associatif, est mort
Jean Defrêne,  maire honoraire de Rouelles, membre du Parti Socialiste puis du Parti radical de gauche au Havre, ancien maire de Rouelles et adjoint au
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,
Thelma recherche Louise désespérément…au Bastringue.
Le choix du titre fait référence à deux  film,  Thelma et Louise de  Ridley Scott (1991)et Recherche Suzanne désespérément de Suzanne Seidelman (1985). Les deux

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...