On est sérieux quand on a 17 ans

J’ai pu aller au festival de films documentaires FestiVaLeurE fondé par Christian Affagard il y a 8 ans et organisé par les étudiants du master ingénierie touristique et culturelle (UFR LSH), sous la houlette de Danièle Sansy. “La jeunesse dans tous ses états“, tel est le thème cette année.
Le film musical de David André, Chante ton bac d’abord, m’a beaucoup touchée. Le jury des étudiants qui l’a choisi a eu raison !
Il suit un groupe de lycéens en terminale, année charnière où l’on décide, si l’on peut, de sa vie à venir. L’astuce du cinéaste est de regarder et d’écouter en parallèle leurs parents.

Ces 17 ans qu’ils chantent avec sensibilité, et que les adultes reconnaissent à travers eux, c’est le point de basculement que nous vivons tous entre l’enfance et l’âge adulte. Le montage alterné peint le portrait de chacun des jeunes de la bande, et de ses parents. Ces gros plans les montrent avec beaucoup d’attention et de délicatesse.

David André évoque leur environnement et les situe dans le port de Boulogne sur fond de difficultés de travail et de budget, de choix de vie aussi des uns et des autres. Pour les parents, jongler avec la crise, aider ses enfants, leur éviter si possible l’échec, pour les enfants, trouver comment réussir sa vie, peut-être partir loin, rendre fiers ses parents.  “C’est quand le présent ?”
On peut penser devant ces témoignages croisés que les mondes jeunes et adultes sont étanches. C’est faux.
Beaucoup de choses bien sûr ont changé depuis quelques décennies.
Les jeunes savent plein de choses qu’ils ont appris avec d’autres moyens que leurs parents, leur façon de penser est formée par internet aussi, ce qui redouble les sources de leur savoir. Et ils sont comme des poissons dans l’eau dans ce monde, même si c’est la crise et qu’ils ont les doutes propres à leur âge.
Le film montre cet échange de “savoirs”, les parents avec leur expérience, parfois leurs déceptions. Les jeunes avec leurs espoirs et leurs peurs, et leur énergie. Finalement ils sont en tandem.
C’est beau de voir ces énergies se répondre et se partager ! Restent en mémoire de doux portraits et des chansons pleines de sens !

I. R
https://www.youtube.com/watch?v=z_cCB8Q7_mQ

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
  On peut aimer les musées silencieux et pouvoir arpenter leurs salles en compagnie paisible et recueillie. On peut aimer se sentir seul devant les œuvres,
L’échange est essentiel pour faire découvrir et aimer l’art aux publics qui n’y ont pas accès.
Amener La Joconde à Sevran, au milieu des HLM ? C’est l’un des buts de la Micro-Folie, un musée numérique implanté dans le quartier des Beaudottes en janvier 2017.
La meilleure façon de décrire le « jeune cosmopolite esthétique » que nous avons rencontré, c’est de dire qu’il est à l’aise partout.
Manga, pop coréenne, série islandaise… Grâce à Internet, les moins de trente ans s’approprient librement une culture désormais mondialisée. Ce qui enrichit leur identité, selon
Quoi qu’il entreprenne, Aurélien Bory place son évolution sous le signe des rencontres.
Aurélien Bory, à la tête de la Compagnie 111 depuis 2000, a dégagé un espace spectaculaire inédit entre cirque, danse, musique et théâtre, avec l’obsession de
Cirque Plume : “Nous avons conçu des spectacles populaires sans verser dans le niaiseux ni le commercial. “
Pour quelles raisons avez-vous décidé de mettre fin à l’aventure du Cirque Plume en annonçant votre dernier spectacle ? Cette création est le début d’une aventure, pas la

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...