“Occident”, de Remi de Vos, mise en scène Frédéric Dussenne

Théâtre Girasole Avignon

 

J’avais aimé Débrayages de Remi de Vos, mis en scène par Anne-Laure Liégeois, au Volcan, Occident écrit en 2005 est stupéfiant et jubilatoire.

« Putain/ Tu m’as fait peur. Où t’étais ?/ Espèce de pute. / Où t’étais ?/ Sale putain. / C’est tout ?/ Pute de merde./ C’est quoi ton problème ?/ Salope./ Oh tu me parles autrement ! Qu’est-ce que t’as ? T’es maboul ?/ Je vais te tuer. / Encore ! Qu’est-ce que je t’ai fait ? »

Le ton est donné ! Sur scène, un simple rideau de douche tendu. Une femme assise sur une chaise de cuisine. Entre un homme (Philippe Jeusette), apparemment ivre après une virée dont on comprend vite qu’elle est journalière. « Y a rien de plus emmerdant que de discuter avec un mec bourré ». Une suite précipitée de répliques et d’insultes fulgurantes qui semblent récurrentes.
Elle (Valérie Bauchau), ne se laisse pas faire : « Et moi je te balance un truc en travers de la gueule ! » Lui est un « sale facho alcoolique et impuissant », elle, ne cède jamais, répétant à toutes les injures racistes contre les Arabes, les Yougoslaves, les Noirs etc… « C’est des gens comme les autres ». Un vocabulaire cru, des opinions extrémistes. « Et qu’est-ce que tu as fait toi pendant qu’un Yougoslave cassait la gueule à Mohamed ?/ Je regardais les autres. / T’as rien dit du tout. / Je parle pas yougoslave. / »

Passée la stupéfaction, cet échange mené tambour battant comme une mécanique suscite nos rires grâce aux qualités de l’auteur Remi de Vos et au ton imperturbable des comédiens mis en scène par Frédéric Dussenne. « Parce que j’écris plus, je bande plus de la tête ?/ Bravo / T’emploies des métaphores. / Si tu le dis. / T’es une intellectuelle… » ( !!). C’est le rythme, le laconisme, la répétition, mais aussi l’implicite, les jeux de mots, les hyperboles, toutes les ressources de la langue.

Indigence sociale,  affective, conjugale, intellectuelle, on est effaré, avec ce soupçon que rien n’est vraiment inventé…Mais c’est la misère de « l’homme occidental » qui est pointée ici : « Mohamed a arrêté de boire. / Contente de l’apprendre. Tu peux pas faire comme lui ? / Tu comprends pas ce que ça veut dire ?/ Parce que ça veut dire quelque chose ?/ Oui ça veut dire qu’il veut ma mort. » Apparaît en infra-texte une analyse politique sans concession de ses préjugés, sa bonne conscience, son machisme, ses peurs, sa solitude, son goût de la mort.

Pourtant sous ce dialogue expéditif, perce parfois quelque tendresse comme au dénouement : « C’est beau la mer / Tu m’emmènerais au bord de la mer/ Pourquoi pas ».

Ajoutons un mot pour la dernière scène : Philippe Jeusette se déshabille et se met sous la douche ! Finalement ce rideau nous incluait dans la salle de bain de ce couple… Comme le personnage, on est “douchés” par la force du propos ! Rincés. Lessivés ! On en sort abasourdis, bizarrement joyeux,  éclairés par le va et vient entre la crudité des propos et la comédie, les dessous de la vie conjugale, le sordide des opinions et l’Histoire et la politique. Nous sommes partagés entre l’horreur et le rire. Exercice de style efficace, condensé de pensée ingénieux, belle leçon que cette pièce, comme un discours de « vérité » !

Isabelle Royer

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,
Thelma recherche Louise désespérément…au Bastringue.
Le choix du titre fait référence à deux  film,  Thelma et Louise de  Ridley Scott (1991)et Recherche Suzanne désespérément de Suzanne Seidelman (1985). Les deux
Dom Juan au 21ème siècle
DOM JUAN, Myriam Muller / Théâtre de Caen, janvier 2017 Myriam Muller, metteure en scène luxembourgeoise, n’a pas froid aux yeux : elle prend le chef d’œuvre

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...