Nathalie Quintane, Que faire des classes moyennes ?

La classe moyenne est assise entre deux chaises : celle du pro­lé­ta­riat qui risque de deve­nir son trône et celle des classes supé­rieures où, mal­gré ses efforts, elle ne pourra jamais s’asseoir. Natha­lie Quin­tane le résume impla­ca­ble­ment : « les pauvres sont anor­maux et les riches sont hors normes ». Pris entre ces deux feux, les classes moyennes ont peur d’elles-mêmes. Elles tentent de l’oublier par divers sub­ter­fuges plus ou moins com­pen­sa­toires que l’auteure passe au pilon.(…)  jean-paul gavard-perret

quintaneQue faire des classes moyennes ? de Nathalie Quintane par François Huglo

Omniprésente dans les discours politiques, la classe moyenne n’existe pas, objectivement du moins. La moyenne est une notion statistique, sans pertinence économique. Ce n’est pas la répartition des revenus qui définit les classes, mais leur rôle dans le processus de production et de reproduction du Capital. Réduire les rapports de classe à une échelle des salaires ou à un partage du gâteau, c’est occulter la question de la propriété des moyens de production et d’échange, occulter la réalité du pillage des ressources, de la spéculation financière, de l’extorsion de la plus-value. Examinant différentes représentations statistiques, Nathalie Quintane tient à bonne distance humoristique batteries de chiffres et courbes (en montgolfière entre 1955 et 1975, en sablier depuis 1976).(…)

Le prolétariat a « été transformé en foule semi-clandestine, déboussolée et épuisée », les classes supérieures « en roue libre, se sont mises à enfourner et recracher du fric comme un distributeur détraqué ». Craignant d’être absorbée par le bas et incapable d’atteindre le haut, la classe moyenne flotte, achète pour « être moins floue » et floute « le reste du monde ». Quand le ressentiment devient révolte, il déchaîne la violence gratuite. La grenouille accuse la démocratie (autre fable) de sa propre incapacité à atteindre le volume du bœuf, bien que « la démocratie libérale » lui ait « donné de l’oseille en plus » pour qu’elle puisse « absorber le trop-plein de produits jaillis des usines » ou, à défaut, ouvert des crédits.(…)« Le grand ciment social, c’est la vengeance (…) : le ressentiment passé à l’acte ».

Que faire des classes moyennes ? En sortir, quitte à sortir de soi. Sortir du ressentiment, de la compétition, de la terreur économique, du consumérisme, du productivisme. Car mettre en place « un système de compensation qui permettrait que tout change pour que rien ne change », ça ne va pas être possible.

http://www.sitaudis.fr/Parutions/que-faire-des-classes-moyennes-de-nathalie-quintane.php

 Dans Le Monde : “Elle est écrivaine. C’est de la littérature, point. En 2006, on parlait de la « brouillasse » dans Cavale, à savoir le fait, pour une certaine catégorie d’artistes et d’intellectuels, d’avoir l’impression de ne plus rien comprendre à rien. Voilà pour la politique. On pense à Rancière, sur Mediapart, à propos de « Nuit debout » : « Les formes d’oppression qui nous gouvernent créent non pas de la résistance mais du découragement, un dégoût à l’égard de soi-même, le sentiment qu’on est incapable de faire quoi que ce soit. » Cette « brouillasse », comment en sortir ?” Eric Loret

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/livres/article/2016/11/30/nathalie-quintane-au-dessus-de-la-moyenne_5040989_3260.html#xPGPl4hoEJsz8DwD.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Cette association absorbera les deux structures régionales du livre normandes, l’ARL et le CRL, et constituera la nouvelle agence normande du livre.  Normandie Livre & Lecture est la nouvelle agence de coopération des métiers du livre en Normandie, à compter du 1er janvier 2018. L’association Normandie Livre & Lecture a pour objectif de promouvoir le
Viva Culture ! sur Ouest Track Radio.  La Rubrique des spectateurs, une année de radio à podcaster…
2017 14 mai 2017, Dick Anegarn au Tetris, un concert qui twiste ! 28 mai, Olivier Saladin et l’art populaire, 6ème Grande Conversation MCH. 11 juin, Sonia Anton raconte Le Havre, Le Galet et la crevette. 25 juin, la fête de la musique et les festivals d’été. 9 juillet, Lire à la plage à Yport avec
LES ENTRETIENS DE VIVACULTURE sur OUEST TRACK. COM : écoutez les en podcast !
11 MARS l’artiste plasticienne Claire Lise Chobelet 25 MARS  Hélène Emery, Théâtre du Passage à Fécamp 8 AVRIL l’artiste Hélène Delprat au Musée des Beaux Arts de Caen 22 AVRIL la médiation entre artistes et publics Martine Sabatier du Transfo 6 MAI Samir de la bouquinerie, café littéraire Les Yeux d’Elsa 20 MAI le peintre
Retour à Reims
Retour à Reims.   Didier Eribon a écrit « Retour à Reims » en 2009. C’est à la fois un récit très personnel et une analyse politique et sociologique.  Il raconte dans ce livre son retour dans sa ville natale après des années de rupture et d’exil, retour qu’il n’a pu envisager qu’après la mort de son
Corto Maltese – 50e anniversaire – 10mn chronique- sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH. 
Nous célébrons en ce moment, le 50eme anniversaire de Corto Maltese, le héros de la bande dessinée de Hugo Pratt. C’est à Lyon que l’on pourra voir l’exposition Hugo Pratt, lignes d’horizon, jusqu’au 24 mars 2019, au Musée des Confluences. Une très belle scénographie nous emmène à travers le monde, là où Hugo Pratt a emmagasiné
Commémorer la traite, l’esclavage et leurs abolitions
Le 10 mai est la “journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition” depuis 2006. La France est le premier État et demeure le seul qui, à ce jour, ait déclaré la traite négrière et l’esclavage “crime contre l’humanité“. Elle est également le seul État à avoir décrété une journée

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...