#8 Les arts et la culture à l’heure de la crise
Observatoire de la crise Mathide Serrell voit dans la présence en silhouette du ministre de la Culture lors de l’intervention d’Emmanuel Macron un signe de plus de « décennies d’affaiblissement de cette fonction ». Or, c’est bien « sur la base d’un couple fort entre l’exécutif et le ministère que se sont inventées les grandes politiques culturelles ». Dans
La Coordination Nationale des Intermittent.e.s et Précaires (CNIP) répond au président de la République
NOUS AIMERIONS POUVOIR NOUS RÉJOUIR, M.MACRON Monsieur le Président. Quitte à vous surprendre, nous aimerions, en premier lieu, vous remercier : grâce à vous, nous savons que la mobilisation paye. C’est un message important à envoyer à tou.te.s.   Nous avons entendu vos robinsonnades. Nous vous prenons au mot sur votre annonce d’une année blanche.
La culture est rayée du débat électoral.
(…) cela fait plus de vingt ans que la culture est rayée du débat électoral. Ce n’est plus vraiment un enjeu depuis que le tandem François Mitterrand-Jack Lang n’est plus au pouvoir. Ajoutons aussi que le mot culture a muté. Il a changé de définition, emporté par un débat qui le dépasse. Des responsables politiques,
Vers une résolution de la crise des intermittents ?
Dans le journal Le Monde, Clarisse Fabre revient sur le combat des intermittents du spectacle : « Ils sont à deux doigts d’obtenir l’accord sur l’assurance-chômage qu’ils réclament depuis treize ans, que l’on peut résumer par le slogan des « 507 heures en douze mois ». Il faut effectuer 507 heures en douze mois pour être éligible aux annexes 8 (techniciens)

Recherche

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...