Apéro des spectateurs/ Association MCH/ Bar Le Monte Cristo
20 février 2018 Annette, Jean-Pierre, Marie-Françoise et Jean-Claude, Véronique, Véronique et Benoît, Christine. On aurait bien ouvert les échanges sur le Molière « Monsieur de Pouceaugnac » mais Véronique y allait juste après l’Apéro donc motus. On en reparlera car les avis avaient l’air partagés ? Etonnant… Il faudra y revenir. Pas de Molière donc mais quelques mots › Lire la suite
FESTIVALEURE : Racisme
Vendredi 16 février : RacismeSwagger de Olivier Babinet, 2015 (84 minutes)Intervenants : des associations liées aux discriminations sociales ou au racisme.Diffusion à 19h au Polygone (60 rue de Valmy), suivie d’un cocktail (entrée libre). Swagger nous transporte dans la tête de onze enfants et adolescents aux personnalités surprenantes, qui grandissent au coeur des cités les plus défavorisées de › Lire la suite
FESTIVALEURE : Handicap
Jeudi 15 février : HandicapMon fils, un si long combat de Eglantine Eméyé et Olivier Pighetti, 2013 (52 minutes)Intervenants : Olivier Pighetti et l’association « TransfaireLH »Diffusion à 20h45 au Sirius (5 rue du Guesclin) (entrée 3 euros) ; Dans ce documentaire, réalisé par Olivier Pighetti et Eglantine Eméyé, cette dernière évoque sans tabou son quotidien aux côtés de › Lire la suite
FESTIVALEURE : Amour et Discriminations
Mercredi 14 février après-midi : Séance et atelier pour les enfants du Pôle Molière sur le thème du handicap ; Soirée courts métrages du mercredi 14 février  : Amour et DiscriminationsPourquoi mon fils ? de Lucas Morales, 2015 (22 minutes) C’est le moment venu pour Thomas et Louis d’annoncer à leurs parents leur liaison homosexuelle. Si pour Louis tout › Lire la suite
FESTIVALEURE / Pleure ma fille, tu pisseras moins !
Soirée du mardi 13 février : SexismePleure ma fille, tu pisseras moins de Pauline Horovitz, 2011 (52 minutes)Intervenants : la réalisatrice Pauline Horovitz et l’Association de défense du droit des femmesDiffusion à 18h30 à la Médiathèque Léopold Sédar Senghor (67 rue Gustave Brindeau), suivie d’un cocktail (entrée libre)  On ne naît pas femme, on le devient… On ne naît pas › Lire la suite
FESTIVALEURE 2018
FESTIVALEURE 2018 10e édition Du 13 au 16 février 2018 Le FestiVaLeurE est un festival havrais de films-documentaires, organisé par des étudiants de l’université du Havre dans le cadre d’un projet tutoré, en lien avec l’association ADELE. Ce festival aborde des thèmes différents chaque année et est accompagné de débats autour des films proposés avec des associations, réalisateurs, acteurs, … THÈME › Lire la suite
On est sérieux quand on a 17 ans
J’ai pu aller au festival de films documentaires FestiVaLeurE fondé par Christian Affagard il y a 8 ans et organisé par les étudiants du master ingénierie touristique et culturelle (UFR LSH), sous la houlette de Danièle Sansy. « La jeunesse dans tous ses états« , tel est le thème cette année.Le film musical de David André, Chante › Lire la suite
Chante ton bac d’abord, FestiVaLeurE
« Chante ton bac d’abord » raconte l’histoire tumultueuse d’une bande de copains de Boulogne-sur-Mer, une ville durement touchée par la crise. Un an entre rêves et désillusion. Imaginées par ces adolescents issus du monde ouvrier ou de la classe moyenne, des chansons font basculer le réel dans la poésie, le rire et l’émotion. De David André › Lire la suite
« FestiVaLeurE » du 8 au 10 mars 2016
« FestiVaLeurE » est un festival de films documentaires se déroulant chaque année au mois de mars, porté par les étudiants du Master Ingénierie Touristique et Culturelle et soutenu par de nombreux partenaires tels que la ville du Havre, le réseau « Lire au Havre » ou bien les associations Culture & Co. et ADELE. Pour chaque édition, un › Lire la suite
Venez assister à la soirée d’ouverture du festival avec la projection de « Route 219″! Rendez-vous à 18h30 à la Médiathèque Léopold Sédar Senghor située dans le quartier de L’Eure. › Lire la suite
1..11

Rubrique des spectateurs

 
Portrait fragmenté
George Sand, Aurore Dupin, fragments d’intimité Isabelle Krauss est George Sand. On connait la romancière auteure de plus de soixante-dix romans, cinquante volumes d’oeuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques. Aurore Dupin est devenue George Sand. A une époque où les femmes étaient sous la tutelle d’un
L’Histoire en chansons
Chat noir Ces comédiens, chanteurs, danseurs sont alertes, vifs, souvent drôles. Ils ont étudié précisément les documents, et composent une reconstitution historique. Ils nous invitent à pousser la porte d’un cabaret mythique Le Chat noir ouvert par Rodolphe Salis entre 1882 et 1897. Le créateur applique une nouvelle formule avec poètes, musiciens, chansonniers, peintres. Fantaisie,
Dieu est un chômeur de plus
Le CV de Dieu Le choix des comédiens est capital. C’est une lapalissade, mais si Dieu n’était pas interprété par JF. Balmer, la pièce de Jean-Louis Fournier n’aurait pas la même saveur.  On l’a vu au cinéma, à la télévision, au théâtre. Il a joué Louis XVI, Richard Wagner, Henry IV, Racine, Malesherbes, Georges Pompidou…C’est
Le comédien est un boxeur
L’effort d’être spectateur Pendant un long moment Pierre Notte a des gants de boxe : une sorte de Prométéo à la Rodrigo Garcia, mis en scène par François Berreur,  vu au Volcan, au Havre, il y a plusieurs années. Prométéo, le Titan qui a donné l’art aux hommes  : « Comme le boxeur, qui se relève
L’homme qui a des amis n’est pas un raté
La vie est belle On pourrait s’étonner qu’une compagnie adapte au théâtre le film La vie est belle de Franck Capra, avec James Stewart, d’après The greatest Gift, une nouvelle de Philip Van Doren Stern. Ce film d’après-guerre, 1946, est devenu un classique projeté à Noël, adoré par les américains et par les cinéphiles. La
Une rencontre
Une chambre en attendant Son fils est parti « faire le djihad ». Il a 20 ans. Depuis, son père dit qu’il est parti en voyage. Dans une chambre d’hôtel à la frontière turco-syrienne, il attend, son fils l’a appelé pour rentrer. Il est venu et il tourne en rond.               
Nouvelles générations : Les grandes maisons de la décentralisation théâtrale ne font plus rêver
Ils sont en première ligne à Avignon : Thomas Jolly met en scène Thyeste, de ­Sénèque, dans la Cour d’honneur du Palais des papes, en ouverture du Festival, le vendredi 6 juillet. Le lendemain, ­Julien Gosselin lance à la FabricA son marathon de huit heures, d’après les romans de Don ­DeLillo Joueurs, Mao II, Les Noms. L’an dernier, c’était Caroline Guiela
Le monstre est un doudou
Perdu #Lost Il bouge trop. Il ne parle pas. Il fait des bêtises. Il n’en fait qu’à sa tête. N’écoute rien. N’obéit pas. Stop ! Voici sans doute ce qu’ont dit les parents de ce petit garçon que l’on retrouve seul, à l’orée d’une forêt, avec son doudou, abandonné. On est au Chapeau d’ébène théâtre, à
L’air est moins lourd
Les goguettes A Avignon, on peut voir de tout, dans le IN, dans le OFF, c’est l’occasion rêvée de voir tout ce que l’on peut faire sur une scène. Par exemple, les chansonniers. On les voit à la télévision, sur You tube et sur certains plateaux parisiens. L’Essaïon nous a fait découvrir les Goguettes : quels
Le cirque, ce n’est pas de la gymnastique
Les heures séculaires des Sélène. Un spectateur met sans doute beaucoup de soi dans la vision d’un spectacle. Comment regarder le « main à main » aérien de Laura de Lagillardaie et Olivier Brandicourt, dans le jardin du musée Vouland, sans être touché par sa douceur ? De là à comprendre ce corps à corps lent et puissant

Avec nous sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...