Les Suppliantes … enfin !
Mardi 21 mai dernier, nous étions 700 dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne. Nous étions là pour le théâtre. Je veux dire pour l’art théâtral. Nous sommes venus pour assister à la représentation d’une pièce qui a 2500 ans, imaginée, écrite, de si longue date que l’on se demande parfois comment elle a pu parvenir jusqu’à nous. De tellement loin, comme venue de voix si lointaines qu’il suffit d’imaginer ce long parcours pour que notre place dans ce monde nous paraisse ce qu’elle est : si petite...
Aujourd’hui Les Suppliants d’Elfriede Jelinek font écho aux Suppliantes d’Eschyle, vues à Avignon, dans une mise en scène d’Olivier Py.
Les Suppliants (Schatten (Eurydike sagt)), d’Elfriede Jelinek, traduit de l’allemand (Autriche) par Magali Jourdan et Mathilde Sobottke, L’Arche, 118 p., 14 € (en librairie le 26 octobre). Comme la plupart des textes de Jelinek, Les Suppliants n’ont pas été conçus spécifiquement pour le théâtre. Ecrit en 2013 en réaction à la tragédie migratoire de Lampedusa et au durcissement
Retour d’Avignon : Pièces de guerre, Eschyle, mise en scène Olivier Py
« XERXÈS. Fais éclater tes sanglots. LE CHŒUR. Hélas! hélas! hélas! Oui, je veux gémir encore.. » Comment ne pas voir que le théâtre et en particulier les Pièces de guerre présentées par le directeur du festival d’Avignon, font le portrait de notre époque, dans une scénographie toute en sobriété, avec pour seul décor l’église de la Chartreuse
Dans Les Suppliantes, pièce de guerre traduite par Olivier Py , vue à La Chartreuse d’Avignon, Eschyle fait dire à ses personnages que les étrangers suscitent peur et méfiance et que demander l’asile est délicat. Vision prémonitoire ! Dans le journal Le Monde, le sociologue Stéphane Dufoix analyse la méfiance envers les diasporas et démonte

Recherche

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...