La culture, missile balistique des temps de paix.
(…) Strasbourg détruit, Mulhou­se détruit, le théâtre de Colmar est le seul qui, à la Libération, est encore debout. C’est donc là que Jeanne Laurent, sous-directrice des spectacles à la direction générale des arts et lettres du ministère de l’éducation (la culture n’a pas encore droit à son propre maroquin), décide, depuis Paris, le 11 janvier 1947,
André Malraux à l’honneur sur France Inter et France culture
https://www.franceinter.fr/emissions/la-marche-de-l-histoire Le témoin du vendredi : Charles-Louis Foulon, Malraux en ministre De Gaulle savait que sa présence donnait du relief à ses gouvernements. Et, en effet, de 1958 à 1969 il maintint Malraux onze ans dans ce vaste bureau de la rue de Valois. Il était ministre d’Etat, en charge des Affaires culturelles. La rue
Bussang, « Un théâtre à la portée de tous les publics »
En 1895, Maurice Pottecher a l’idée d’installer un théâtre dans son village natal, Bussang, au cœur de la vallée vosgienne, alors florissante. Son père, Benjamin, à la tête d’une importante usine de fabrication de couverts, va financer son projet. Sous la devise « Par l’art pour l’humanité », Maurice, aidé de sa femme, la comédienne
« L’art contemporain, un vrai sujet politique »
Serge Lasvignes, né en 1954, agrégé de lettres puis énarque, secrétaire général du gouvernement de 2006 à mars 2015, est, depuis cette date, président du Centre Pompidou.Il définit ses projets. « Nous allons inaugurer en 2017 l’« école du Centre Pompidou ». Gratuite, ouverte à tous les publics, disons à partir de la classe de première, qui s’intéressent à l’art contemporain.

Recherche

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...