« Michel Deguy : horizons de la poésie et poursuites contemporaines »

« Je travaille en plusieurs états successifs. Cela commence par le carnet. Il est dans la poche. […]. Le carnet correspond à cette dictée possible de quelques ébauches, dans la journée, à tout moment, à tout propos » (entretien avec Michel Collot, Grand cahier Michel Deguy, Le bleu du ciel, 2007).

Une rencontre fortuite sur le boulevard St-Michel, par une journée ensoleillée d’août 2014, le kiosque à journaux se souvient, petit espace pensif où « tout se tolère et se juxtapose ». Le recueil de Michel Deguy, Ouï dire (1966), que je transporte avec moi ce jour-là, collationne en strates successives la pensée poétique, voyageuse et mosaïquée de l’être en langage cabotant les rivages de l’allégorie. Ainsi, « comment appellerons-nous ce qui donne le ton ? » chez Deguy, le jaillissement du dire poétique émeut jusque dans la réciprocité du « même » qui, délivrant du nom la métamorphose, en examine la confidence intime, et nous conduit vers son apocalypse profane (l’étymologie grec du mot « apokalupsis » signifiant littéralement « révélation » ou « dévoilement »).

Cet entretien, organisé par les étudiants en Master de Création littéraire de l’université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis et mené par Thomas Goguet, étudiant et poète, se donne pour objectif de découvrir et d’approfondir le parcours et l’œuvre poétique de Michel Deguy, poète et essayiste, anciennement professeur de lettres en cette même université.

————–
À lire – Michel Deguy, La Pietà Baudelaire, Belin, coll. « L’extrême contemporain », 2013.

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Rubrique des spectateurs

 
  Claude Monet à Giverny Claude Monet a eu les honneurs du Havre, du 10 septembre au 8 octobre au MuMa. Comme si un trésor revenait sous
« Chambre noire », compagnie Plexus Polaire
Dans cette chambre noire Valérie Jean Solanas est en train de mourir sous nos yeux, allongée sur un lit très nu éclairé de néons roses.
La beauté du chant.
Pour un spectateur qui ne connait pas cet opéra, Norma de Vincenzo Bellini, (1831) sur un livret de Felice Romani, d’après la tragédie d’Alexandre Soumet Norma ou l’Infanticide, le
Une journée aux rencontres photographiques d’Arles, août 2017
Comme le spectacle vivant à Avignon, la photographie témoigne de notre monde en crise en le reflétant à travers les regards singuliers des artistes. A
Haruki Murakami est un écrivain japonais, né en 1949. Dans les années 70, il ouvre un bar de jazz à Tokyo et en 78, il
VIVACULTURE 3 septembre / OUEST TRACK RADIO 95.9
La culture dans tous ses états ! Emission du 3 septembre 2017 : écoutez le poscast ! ECLAT D’HISTOIRE : Serge Reneau évoque le théâtre au Havre RUBRIQUE

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...