“Maghrébien que mal, le Cyrano de Berbérac”

Compagnie Théâtre Nejma – Théâtre du Bourg neuf à Avignon – juillet 2014

On avait tant aimé naguère Une étoile dans l’œil de mon frère et Bouzlouf qui furent programmés dans le cadre du festival terres d’auteurs. Moussa Lebkiri y disait, avec une délicieuse fraîcheur, ses enfances algériennes et son arrivée dans l’ancienne Métropole, avec les malices des petites bandes et le désarroi des mamans apprenant le français dans des stages de langue et de tricot appliqués.

On retrouve dans ce spectacle un Moussa habitué à chahuter le langage et à nous ravir de jeux de mots que n’aurait pas reniés Alphonse Allais : « Si j’avais laissé Lucie faire, j’aurais eu mes fils tôt. » Parfois la fantaisie verbale vient du curieux métissage entre l’arabe, voire le berbère, et un français impitoyablement trituré. Il arrive encore que, derrière cette verve langagière, le propos se fasse plus grave. Qu’avec le secours de l’humour, notre Cyrano de Berbèrie s’en prenne à un racisme trop ordinaire, à un certain Jean-Marie et sa fille Marine dont on vous laisse deviner le nom et encore, autre volet d’un intolérable fanatisme, aux intégristes religieux qui, disait déjà Molière, sont d’autant plus dangereux qu’ils usent contre nous d’armes que l’on révère. 

Moussa n’a pas non plus abandonné cette veine matoisement enfantine où il nous contait sa lointaine Kabylie, ses coutumes, ses rituels et les naïves ruses des gens de son pays. Ainsi des aventures cocasses de cet heureux propriétaire d’un mouton promis à un traditionnel sacrifice et installé, avant de finir dans un méchoui sacré, aux côtés de son chauffeur qui n’oublie pas, sécurité oblige, de lui attacher sa ceinture de sécurité.

On le voit, notre bateleur aux naïves roueries et aux innocences calculées possède l’art des conteurs orientaux et certaines de ses saynètes semblent sorties des aventures de Nasdine Hodja, voire de la lampe d’Aladin. Ici le merveilleux côtoie le quotidien et les voleurs, ces picaresques figures des légendes orientales, dérobent aussi les étoiles du ciel. Dans ce joli monologue Moussa Lebkiri nous offre ce que les classiques appelaient des mélanges où se mêlaient le sérieux et le grotesque, les registres et les genres avec une seule exigence : le talent.

Y.SIMON. Association Maison de la Culture. Le Havre.

spectacle_13510


logo_af-c

       

A propos de l'auteur

Association MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Enquête sur les représentations de la culture
C’est dans une indifférence médiatique presque totale que le ministère de la Culture a publié en septembre dernier une enquête sur les représentations de la
Havre de cinéma communique ! Festival “Les yeux ouverts”
Le Havre a longtemps été, avec L’Eden et les Rencontres nationales cinéma et enfance, un phare national dans le domaine de l’initiation au regard des
Chers amis, Le Havre et sa région a une nouvelle radio Ouest track radio, 95.9. Elle émettra pour six mois et nous espérons qu’elle sera pérennisée ! Elle
Depuis le 8 mars, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, présente une gigantesque exposition sur deux étages, où les travaux de 34 artistes, des
Le CNC présente la réforme Art et Essai
Donner un nouvel élan aux salles d’art et essai, telle est l’ambition de la réforme du secteur annoncée, vendredi 7 avril, par le Centre national du
Des raisons d’aimer le théâtre….
On ne programme pas assez de Commedia dell’arte, théâtre populaire italien, né au XVIe siècle. Pourtant ces acteurs masqués qui improvisent des comédies savent susciter

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...